2016-06-14-12h59-27

 

2016-06-14-13h00-11

2016-06-14-13h13-35

 

Pourquoi je suis plein d'espoir quant à l'avenir du monde

Par le Dalaï-lama, le 13 juillet 2016


2016-06-14-13h05-34

" La fusillade, qui fit 49 victimes et autant de blessés, dans la boite de nuit Gay d'Orlando en Floride est un exemple de type et de mode de pensée obsolète et périmée, issue du 20 em siècle.

 

Presque six décennies se sont écoulées depuis que je quitté mon Tibet natal et que je suis devenu un réfugié.

Remerciements à la gentillesse du gouvernement et du peuple de l'Inde, nous, Tibétains avons trouvé une deuxième maison où nous pouvons vivre dans la dignité et la liberté et sauver et conserver  vivantes notre langue, notre culture et nos traditions bouddhistes.

Ma génération a été témoin de tant de violence - certains historiens estiment que plus de 200 millions de personnes ont été tuées dans les conflits qui se sont déroulées au 20e siècle.

Aujourd'hui, il n'y a pas d'horizon perceptible d'une fin possible à l'horrible violence qui ensanglante le Moyen-Orient, qui, dans le cas de la Syrie a conduit à la plus grande crise de réfugiés en une génération.

D' absolument effroyables attaques terroristes  - comme celle à laquelle il nous a, malheureusement, été donné d'être confrontés ce week-end -  ont engendré un climat de peur qui s'est profondément ancré. Tandis qu'il se serait facile de se laisser envahir par un sentiment d'impuissance et de sombrer dans le désespoir, il est, à tout le moins, d'autant plus nécessaire, dans ces premières années du 21ème siècle, d'être réaliste et de se montrer optimiste.

Il y a beaucoup de raisons, pour nous, d'être optimiste.

La reconnaissance des Droits de l'Homme universels, y compris le droit à l'autodétermination, s'est étendue au delà de tout ce qu'il eût été possible d'imaginer, il y a un siècle. Il existe un consensus international croissant en faveur de l'égalité des sexes et du respect pour les femmes. En particulier parmi la jeune génération, il y a un rejet généralisé de la guerre comme moyen de résoudre les problèmes.

Partout dans le monde, nombreux sont ceux qui œuvrent précieusement pour prévenir le terrorisme, très au fait et avertis de la profondeur de ces gouffres sans fond générés par l'incompréhension et  l'ignorance et, qui-plus-est, couplée à l'idée de division, de scission binaire, du « nous » et « eux » qui est si dangereuse.

Des réductions significatives de l'arsenal mondial des armes nucléaires posant un premier jalon en vue d'établir et de fixer un calendrier pour de nouvelles réductions et, finalement, à terme, l'élimination des armes nucléaires - une appréciation que le Président Obama a, récemment, réitéré à Hiroshima, Japon - ne semblent plus un simple rêve.

La notion de victoire absolue d'un camp et la défaite de l'autre est complètement dépassée. Dans certaines situations consécutives à des conflits, la souffrance naît d'un état qui ne peut être décrit soit comme la guerre, ou, soit comme la paix. La violence entraîne inévitablement de nouvelles violences. En effet, l'histoire a montré que la résistance non-violente conduit à des démocraties plus durables et pacifiques et s'avère plus efficace dans l'élimination des régimes autoritaires que la lutte violente.

Il ne suffit pas simplement de prier. Des solutions existent à de nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés; de nouveaux mécanismes de dialogue se doivent d'être créés, parallèlement à des systèmes d'éducation ayant vocation à inculquer des valeurs morales. Ces dernières doivent être fondées sur la perspective que nous appartenons tous à une seule famille humaine et, qu'ensemble, nous pouvons prendre des mesures et envisager des actions pour relever les défis mondiaux.

Il est encourageant de constater que nous avons vu beaucoup de gens ordinaires à travers le monde affichant une grande compassion envers le sort des réfugiés De ceux qui les ont sauvés de la noyade en mer à ceux qui les ont recueillis et leur ont témoignés amitié et de soutien. En tant que réfugié, je  ressens, moi-même, une forte empathie à leur égard pour leur situation, etn quand on voit leur angoisse, nous devrions faire tout notre possible pour les aider.

Je peux aussi comprendre les craintes et les peurs des populations des pays d'accueil, qui peuvent se sentir submergées.

Les concours de circonstances attirent l'attention sur l'importance vitale de l'action collective en vue de rétablir une paix véritable sur ces terres-mêmes que ces réfugiés fuient.

Les
réfugiés tibétains ont  une expérience directe de la vie dans de telles circonstances, et, bien que nous n'ayons pas été, encore, en mesure de retourner dans notre patrie, nous sommes reconnaissants pour le soutien humanitaire que, tout au long de ces décennies, nous avons reçu d'amis, de peuples amis, y compris le peuple des États-Unis.

Une source d'espoir supplémentaire est la véritable coopération entre les nations du monde dans le but de concrétiser l'accord de Paris sur le changement climatique.

Lorsque le réchauffement climatique menace la santé de cette planète qui est notre seule maison, c'est, seulement, en tenant compte de l'intérêt mondial le plus large possible plutôt que les intérêts locaux et nationaux que nos objectifs seront atteints.

J'ai un lien et un attachement personnels à cette question parce que le Tibet est le plus haut plateau du monde, et représente l'épicentre du changement climatique mondial, avec un réchauffement de près de trois fois supérieur que celui le reste du monde.

Le Tibet est le plus grand réservoir d'eau, à l'exception des deux pôles, et la source et l'origine du système fluvial aux arborescences les plus étendues de la Terre, système fluvial dont la dégradation va s’avérer extrêmement critique pour dix des pays les plus densément peuplées du monde.

Pour trouver des solutions à la crise environnementale et aux conflits violents qui nous attendent au 21e siècle, nous devons chercher de nouvelles réponses.

Même si je suis un moine bouddhiste, je crois que ces solutions se trouvent au-delà de la religion, au delà du religieux, dans la promotion d'un concept que j'appelle l’Éthique Laïque.

C'est une approche, une voie d'éducation, basée sur la science, sur les résultats scientifiques, sur l'expérience commune et le sens commun  - une approche plus universelle de la promotion de nos valeurs humaines partagées.

Depuis plus de trois décennies, mes discussions avec des scientifiques, des éducateurs et des travailleurs sociaux de par tout le globe, ont révélé des préoccupations communes.

En conséquence, nous avons développé un système qui intègre et favorise une éducation du cœur,  mais une éducation fondée sur l'étude du fonctionnement de l'esprit et des émotions, basée sur des bourses d'étude et sur la recherche scientifique, plutôt que la pratique religieuse.

Puisque nous avons besoin de principes moraux - la compassion, le respect des autres, la gentillesse, la prise de responsabilité - dans tous les domaines de l'activité humaine, nous œuvrons pour aider les écoles et les collèges afin qu’ils puissent créer des occasions nouvelles pour les jeunes de développer une plus grande conscience de soi, d'apprendre à comment gérer les émotions destructives et à cultiver leurs compétences sociales.

Une telle formation est intégrée dans le programme de nombreuses écoles en Amérique du Nord et en Europe - je m'y suis impliqué avec un travail à l'  Emory University, sur un nouveau programme et cursus d'études sur l'éthique laïque qui est en cours d'introduction dans plusieurs écoles en Inde et aux États-Unis.

Il est de notre responsabilité collective de veiller à ce que le 21ème siècle ne répète pas la douleur et le sang-versé du passé. Parce que la nature humaine est fondamentalement la compassion, je crois qu'il est possible que pour des décennies à dater d'aujourd'hui, nous allons assister à une ère de paix  - mais nous devons travailler tous ensemble en tant que citoyens du monde d'une planète en partage.

 

2016-06-14-14h18-23

                                               Nancy Pelosi et Le Dalai-lama

La haine ne prévaudra pas, Dalaï Lama, je vous remercie de toujours nous inspirer avec votre message de paix et d'amour.

 

Il y a deux mois et une semaine sortait, Nouvelle Réalité, L'âge de la responsabilité universelle, les entretiens, à plus d'un titre, exceptionnels et exclusifs du Dalaï-Lama et Sofia Stril-Rever, qui portent à l'incandescence la conscience de l'urgence qu'il y a à œuvrer de concert, à œuvrer universellement et de façon absolument responsable, pour enrayer la dynamique fatale pour la planète, ses enfants et tout le vivant qui la peuple, pour parer aux catastrophes de tout type, ces actes d'Orlando, actes tragiques venus d'un autre age, en étant l'un des multiples et très noirs exemples.

2016-06-14-13h22-50

 

L’effondrement de la biosphère à l’échelle planétaire fait planer une menace d’extinction sur la vie terrestre. Cette crise est révélatrice d’une Nouvelle Réalité. Le Dalaï-lama exhorte chacun à se transformer par la paix intérieure, l’altruisme et la compassion. La prise de conscience de nos interdépendances, intuition singulièrement moderne de la sagesse bouddhiste ancestrale, est partagée désormais par le pape, les scientifiques et les philosophes.

Pour survivre à ce millénaire, l’humanité doit réaliser que tout est relié, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Le Manifeste de la Responsabilité universelle est un texte inédit mettant en lumière la communauté de destin de l’humanité.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.