Du rififi sur fond d'images

 

Cette année, pas de films de Ling Lhamo pour voir et, ou, revoir, découvrir ou redécouvrir la dernière édition, la quinzième du Festival Culturel du Tibet et des Peuples de l’Himalaya qui s’est déroulé les 13 et 14 juin derniers.

Ling Lhamo, que nous avions déjà évoquée dans cette Édition Tibet. Édition Tibet, édition vacuole de la Présence de l’Esprit subtil du Vajrayana, vajrayāna, वज्रयान, ou voie du Vajra, voie du « véhicule » (yâna) du diamant ou véhicule adamantin (vajra), voie du diamant, voie d’une fulgurante rapidité qui, à l’image de Milarepa, qui fut, avant de devenir Celui que l’on sait, celui que l’on ne savait pas être la dernière des pires crapules qui soit, qui, donc à l’image, donc, du parcours du grand-maitre précédemment et respectueusement évoqué, permet à l’adepte fortement motivé et en l’état karmique de l’être, d’accéder, en une seule vie, à la Bouddhéité, à l’Eveil, à l’état de Bouddha, Bouddha soi-même après dilution, transformation et métamorphose de ce soi par trop encombrant et entaché de trop d’ignorance et, donc, de souffrances, Vajrayāna, वज्रयान, Voie rapide de la réalisation accomplie  - qui ne va pas sans une surabondance de travaux intérieurs -  voie du bouddhisme tantrique, bien que le terme même de Bouddhisme soit une appellation d’origine strictement occidentale, et, dont il semblerait, à l’évocation de ce qui suit, que certaines de ses représentations, en son et en image, ne fassent à l’avenir, si nous n’y prenons garde, partie de la chasse gardée, jalousement, de ceux désireux d’en, peut-être maladroitement, faire une Appellation d’Origine Contrôlée.

Ling Lhamo, dont nous avions rendu compte des mésaventures, soyons et restons positifs et considérons ses aventures en terre chinoise et Tibétaine-occupée, comme des mésaventures.

Pour mémoire, Ling Lhamo partait, il y a une paire d’année, après avoir satisfait aux exigences administratives tatillonnes de l’occupant Han, partait, s’envolait pour le Tibet-occupé, pour y suivre un programme d’enseignement supervisé par les autorités - sécurité omniprésente incluse - chinoises.

Ce qui devait durer les longues années nécessaires à l’appropriation des connaissances dispensées par ce cursus, dura, en tout et pour tout, une dizaine de jours, à quelques jours prés peut-être, jours de garde à vue en sa chambre de la résidence universitaire compris.

La raison invoquée par les autorités chinoises était bien-entendue absolument irrecevable pour tout un chacun doué d’un minimum de raison. Pour résumer, quelque chose comme des forcément mauvaises fréquentations bien évidemment tibétaines.

A préciser et c’est utile pour appréhender l’irrecevabilité de la raison invoquée par les autorités chinoises de cette université située en terre-occupée, que le cursus comprend un enseignement lié à la culture et à la langue tibétaine.

Mal est vu qui ne correspond pas exactement à l’attente escomptée. En l’occurrence, les chinois se seraient bien volontiers enorgueillis d’accueillir des étudiants étrangers pour s’esbaudir ensuite de former des tibétologues savants élégamment parfumés à la sauce sinophile.

Garde à vue et vol retour.

Là se soldait le voyage plutôt express de l’émérite Ling-Lhamo en terre-tibétaine-occupée.

Ling Lhamo archive, sur sa chaine You tube, Ling Lahmo Channel, une somme colossale de vidéos fort diverses, toutes intéressantes, venues d'horizons différents, toujours riches d’informations, souvent passionnantes et toujours joliment pédagogiques.

De très beaux documentaires au thème parfois très savant, lEpopée de Ling Gésar, opéra classique tibétain haut en couleur aux lectures multiples, du narratif au symbolique subtil et complexe, et qui ne dépareilleraient pas en quelque festival que ce soit attaché à ce genre. Le festival du film documentaire qui se tient annuellement dans la salle de projection du Musée de l'homme, le primerait assurément.

De nombreux invités tibétains souvent prestigieux ou simplement fort attachants, nous font l’honneur de s’entretenir, filmiquement, avec tout un chacun de nous. Autrement dit, le ton général et la forme du propos de la filmographie de Ling Lhamo sont de bon aloi et d’une grande honnêteté intellectuelle,  témoigne d’un amour, d’une connaissance et d’un enthousiasme intacts, jamais pris en défaut, susceptibles de propager aussi universellement que possible l’esprit du Tibet, l’esprit du Bouddhisme tantrique tibétain.

Si l’enthousiasme, du grec ἐνθουσιασμός enthousiasmós, c’est étymologiquement « dieu en soi » c’est le Bouddha en elle qu’expriment ses films et ses travaux, et qui s’exprime en elle. Cette enthousiaste amoureuse du Tibet et des Tibétains qui le lui rendent bien, est l’une des personnifications de l’Art d’aimer. Personnification ultime, but ultime, athanor magique, s’il en est, de la Parole et de l’œuvre du Bouddha.

De l’art d’aimer à l’art de vendre.

« Ling Lhamo : Cette année, R. m'a envoyé un grand black payé par l'argent tibétain pour m'arracher la caméra de mes mains. »

« Ceci est la vidéo que j'ai tournée l'année dernière. Cette année R. de La Maison du Tibet m'a interdit de filmer m'opposant son droit d'image. ».

Un service de sécurité, apparemment courtois et, le cas échéant, sur la brèche, mais laquelle .. et dissuasif, mais de quoi ... borne effectivement et fort étrangement, au vu du type de population qui la fréquente,  les entrées et sorties de la pagode de Vincennes lors de manifestations publiques.

 

Ling Lhamo nous propose la vidéo tournée l’année dernière. Interdite de caméra, d’images et de sons, elle nous offrira quelques photos.

 

Quant au 15 e Festival Culturel du Tibet et des Peuples de l’Himalaya, dont ce n’était pas le propos de rendre compte dans ce billet, nombres d’invités de marques et de nombreuses manifestations tant religieuses que culturelles, les deux étant plutôt indissociables ou pour le moins fortement et naturellement liées dans l’univers harmonieux tibétain, participent de sa réussite et lui confèrent ses lettres de noblesse d’une manifestation Tibétaine annuelle, aux portes de Paris, en un lieu, la Pagode de Vincennes, qui abrite un grand Bouddha doré ainsi que les restes, les reliques du Bouddha Historique « quatre petits morceaux d’os blanchis dans une petite boule de cristal » nimbés d’un bleu adamantin, et, un temple Tibétain, Euser Tcheu Dzong, « citadelle de claire lumière », conçu sous la direction de l’on ne peut plus vénérable Kalou Rimpoche.

 

 

 

Au nombre des invités, nous rendrons hommage à Jetsun Pema, la sœur cadette de Sa Sainteté le Dalai-lama.

L’ Édition Tibet, vive à vilipender les abominations Han en terre Tibétaine et la destruction d’une culture et d’un peuple, d’un peuple et d’une culture multiséculaire et le saccage d’un système environnemental d’exception et de première importance pour le continent asiatique et le sous-continent indien, le saccage par répercussion d’un environnement climatique, géographique, l’édition Tibet, sans vouloir comparer et l’un et l’autre, déplore la mésaventure survenue à Ling Lhamo, la mesure qui l’a frappée, meurtrie et attristée, apporte son soutien à Ling Lhamo quand cette dernière se voit en butte à de semblables petits désagréments, qui semblent la poursuivre, d'un continent, l'autre, et qui en disent long sur la nature du filigrane qui se dessine de façon par trop implicite pour n’être pas bruyamment explicite.

C’est le crépuscule qui gagne, s’étend, cette mare au diable qui recouvre le beau, le bon et le gratuit, cette sombre réalité sordide de ce pays politiquement plutôt pourrissant qui déteint partout.

Gageons que les mots qui cautérisent les plaies apaisent aussi les appétits qui les provoquent.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.