pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Tibet

Suivi par 57 abonnés

Billet de blog 18 avr. 2013

Sikyong, chef-d'état en exil du Tibet-occupé

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les sénateurs français ont reçu hier, au Sénat,  le SikyongDr Lobsang Sangay,  leader démocratiquement élu des Tibétains et successeur politique de Sa Sainteté le Dalaï Lama, au Tibet. 
Au Sénat, le président du groupe Tibet, le sénateur Jean-François Humbert et six autres sénateurs, qui sont également membres du groupe Tibet,  ont  reçu le Sikyong  à un dîner en l'honneur du chef politique tibétain en visite à Paris, ainsi que le représentant spécial de Sa Sainteté le Dalaï Lama en Europe,  Kelsang Gyaltsen.
Le sénateur Jean-François Humbert qui a, donc,  accueilli  le Sikyong au Sénat  a exprimé son bonheur de le recevoir en tant que représentant de tout le peuple tibétain. Le président du groupe Tibet au Sénat a également informé le Sikyong sur les travaux récents du groupe vis-à-vis du Tibet, en particulier sur l'initiative du groupe Tibet au Sénat à adopter avec succès une résolution en faveur du Tibet à la Commission des relations étrangères du Sénat et au Comité européen.
Dr. Lobsang Sangay Sikyong a,  de son côté,  réciproquement,  remercié les sénateurs de lui avoir ainsi consacré de leur temps précieux,  à une heure tardive de la journée,  et a tenu à souligner l'importance et la signification de cette rencontre, par sa présence auprès d'un peuple aux idéaux, à la croyance et à la foi effective dans les principes fondamentaux de liberté, d'égalité et de fraternité.  Il a ré-affirmé le long et constant  investissement, depuis  des décennies, de l'Administration centrale tibétaine - CTA - dans le soutien aux principes de non-violence et de  démocratie, qui ont prévalu dans le monde libre, dont la France, qui s'est montré à la hauteur de ses principes et de ses valeurs fondamentales par son soutien à la juste cause du Tibet.


Sikyong conclu par ces deux points importants.

Tout d'abord, il a réitéré la position constante de CTA de décourager n'importe quel type de mesures drastiques, y compris les auto-immolations tout en soutenant pleinement les aspirations des Tibétains de l'intérieur, comme celles des auto-immolés, qui voulaient  le retour de Sa Sainteté le Dalai lama  au Tibet,  et ainsi que la liberté Tibet.

Deuxièmement, la position de principe de la LTC de trouver une solution mutuellement bénéfique à la question du Tibet,  à travers l'approche de la voie médiane. Laquelle voie propose de ne pas chercher la séparation avec la Chine, mais une véritable autonomie pour le peuple tibétain telle qu'elle est portée  dans la Constitution de la République populaire de Chine.
Il a également répondu aux nombreuses questions posées par les sénateurs sur la question du Tibet.
Sikyong s'adressera aux membres de la communauté tibétaine demain et rencontrera  les membres du groupe Tibet à l'Assemblée nationale.
Un plus tôt dans la journée, Sikyong avait  reçu  un accueil traditionnel particulièrement grandiose par les membres de la communauté tibétaine à son arrivée à Paris.  Des centaines de Tibétains affluèrent à la Gare du Nord dans des robes traditionnelles afin de l'accueillir.

© Ling Lhamo

Sikyong, le  Premier Ministre du Tibet, Dr. Lobsang Sangay arrivé à  Paris,  accueilli en grand pompe, par la Communauté Tibétaine de France.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par Fred Sochard