pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Tibet

Suivi par 57 abonnés

Billet de blog 20 oct. 2015

Cop 21, le message du Dalai-lama

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

 Sa Sainteté le Dalaï-lama, ce 20 octobre 2015

© TibetTV

Frères et sœurs de cette petite planète. Maintenant, nous sommes dans le 21ème siècle. En dépit des énormes progrès de la technologie et de la science, nous avons aussi créé beaucoup de problèmes pour l'homme.

Donc, je dis souvent que ces problèmes qui ont été créés par des êtres humains, en toute logique, nous les êtres humains avons la responsabilité de réduire ces problèmes et de les éliminer.

Nous avons nous-mêmes créé ces problèmes, mais nous comptons sur les prières que nous adressons  à Dieu ou à Bouddha pour espérer trouver la solution.

Ce que je pense est peu illogique. Ces problèmes sont notre création, et, nous ne pouvons pas chercher une solution à ces problèmes qui vienne d’en haut.

 Maintenant, le problème majeur parmi tous les problèmes qui se posent à l’homme, c’est le  changement climatique et le problème de l'environnement.

Je pense que, dans une certaine mesure, la position de l'ensemble de la galaxie est en train de changer. En conséquence, la position de notre propre planète, cette planète bleue est également en train de changer, et de ce fait la situation propre du soleil est en train de changer. Je pense que cela est aussi en quelque sorte lié à l'environnement.

En outre, selon les experts, nous les êtres humains sommes également responsables de la variation des conditions météorologiques et du réchauffement climatique. Par conséquent, ce n’est pas une question d'une nation ou deux nations. Ceci est une question d'humanité qui affecte le monde entier.

Notre monde est notre seule maison. Si sur cette planète bleue, pour des raisons dues au réchauffement climatique ou à un autre type de problème environnemental, l’homme ne peut pas se maintenir, alors, il n'y a pas d'autre planète où nous pouvons nous déplacer ou se déplacer.

Ainsi c’est notre seule et unique maison. Par conséquent, vous voyez, nous devons nous sentir sérieusement concernés, avec toute la gravité que la question requiert, par  la protection de l'environnement et également gravement préoccupé par le réchauffement de la planète.

À cet égard, je dis toujours, le Tibet est habituellement appelé le Toit du Monde. Selon certains experts, en raison de sa haute altitude et de son climat sec, si son écologie est endommagée, cela prendra beaucoup de temps  pour récupérer. Ainsi donc, la situation de l'environnement dans une telle zone est très très délicate. De nombreux spécialistes indiens de l'environnement m’ont affirmé la même chose.

Certains écologistes chinois, ont, voyez-vous, décrit le Tibet ou le Plateau Tibétain comme le troisième Pôle, car l'impact du plateau tibétain sur le réchauffement climatique global est aussi important  que le pôle sud et le pôle nord. Ainsi tiennent-ils le Tibet comme un troisième pôle.

Ce ne sont pas des déclarations politiques, mais plutôt les conclusions des experts et des scientifiques. Ainsi donc, vous le voyez, ce n’est pas quelque chose qui concerne donc uniquement le peuple tibétain. Cela concerne plus d'un milliard de  vies humaines, y compris la Chine continentale. Et aussi les régions du sud de l'Himalaya, dont le Pakistan, le Bangladesh et puis l'Inde.

Plus d'un milliard de personnes dépendent de ces rivières qui coulent depuis le Tibet jusqu’au travers de la Chine puis en Asie du Sud. Par conséquent, vous voyez, la protection, ou une grave préoccupation envers la protection de l'environnement du Tibet ne concerne pas, non seulement les peuples d’une région particulière, mais un bien plus grand nombre de personnes dans toute cette partie du monde.

Et puis aussi, certains experts considèrent que l'état écologique du plateau tibétain affecte également d'autres parties du monde. Aussi est-ce quelque chose de très très important.

Voilà ce que je veux partager.

Il ne s’agit donc pas d’une question politique ou une affaire religieuse. Il s’agit bien plutôt et en fin de compte, d’une question liée à la survie de l'humanité, il s’agit de la question de la question de la santé du monde, de la santé de la planète.

Voilà donc ce que je veux vous dire. Et puis, comme je l'ai mentionné plus tôt, l'environnement est de la responsabilité de toute l'humanité. Ensuite, parmi les êtres humains, la génération plus âgée, que je décris habituellement comme la génération du 20ème siècle, ces générations, donc plus âgées, se sont  presque estompées, y compris moi-même.

Alors maintenant, la génération du 21ème siècle, les jeunes frères et sœurs, vous devriez prendre un rôle plus actif dans la protection de la planète, y compris l'environnement du Tibet.

Voilà ce que je veux partager avec vous.

Merci.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran