Non, ce n'est pas fini.

La violence est partout, le monde ne sait plus où chercher une lueur d'espoir dans cette confrontation entre grands qui veulent affirmer leur suprématie.   Malheur à ceux, où qu'ils soient, qui ne reconnaissent pas cette envie de puissance et ont une tout autre conception des valeurs et de la vie.

Restent des Tibétains, souvent très jeunes, pour refuser d'abandonner leur culture et sa spiritualité au profit d'une course effrénée vers toujours plus de biens matériels.   Ce choc des aspirations est toujours aussi violent, même si l'actualité appelle à tourner les yeux ailleurs. En fait, il a lieu dans de nombreux pays du monde;   au Tibet, il vient de se traduire par une nouvelle immolation.


Tsoe (Tibet) 17/09/2014 - Un étudiant tibétain s'immole

Voice Of América 21 Septembre 2014 http://www.voatibetanenglish.com/content/article/2457023.html


Lhamo Tashi



Un étudiant de 22 ans Lhamo Tashi (photo) s' est immolé près d'un bureau de la sécurité de la police chinoise de la ville de Tsoe (Tibet) vers minuit le Mercredi 17 Septembre 2014.

La famille de Tashi qui vit dans le village de Drukdo situé dans le canton de, Amchok ont été informés de l' immolation de leur fils par les forces de sécurité qui ont annoncées qu'il était mort. Toutefois, lorsque les membres de la famille se sont rendus à Tsoe le lendemain pour demander le corps de leur fils, la police leur a dit que Tashi avait déjà été incinéré et a ensuite donné à la famille un peu de cendre à la famille comme etant celle de leur fils. 

Lhamo Tashi est le 138e tibétain à s'immoler au Tibet depuis 2009 Bien qu'on ignore à l'heure actuelle si Tashi a laissé un testament comme la plupart des précédents Tibétains qui avaient effectués une immolation de protestations "en appelant à la liberté du Tibet et un Tibet et au le Dalaï Lama ai Tibet. 

Le père de Tashi Lhamo est Chopa Tsering et le nom de sa mère est Dhukar Tso.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.