Tibet histoire d'une tragédie

 

             Tibet histoire d'une tragédie 

Le 7 octobre 1950, un an après la proclamation de la République populaire de Chine, Mao Zedong ordonne l'invasion militaire du Tibet, considéré par le nouveau régime comme une province chinoise dont l'indépendance n'est qu'une fiction créée par les Occidentaux.  Le 23 mai 1951, un traité sino-tibétain intègre officiellement le Tibet à la Chine communiste, mais prévoit le respect de la religion bouddhique et des droits du dalaï-lama.  Dans les années 1950 s'opère une profonde transformation du Tibet traditionnel, qui entre dans une phase de modernisation accélérée. 

Mais, en 1959, le compromis est rompu lorsque la Chine réprime un sursaut de la résistance tibétaine, contraignant le dalaï-lama à fuir le pays pour l'Inde.

Débute alors une période de mise au pas, d'oppression et  de répression qui se poursuivent  impitoyablement jusqu'à nos jours ...

 Il y a au Tibet un peuple qu'on opprime, qu'on détruit  en secret, dans le silence, depuis  ...  Cinquante trois ans ...

 

   2012062300h2012.png  Hier ...

 

Tibet histoire d'une tragédie I                                          

Tibet histoire d'une tragedie 1 © dictys

 

 

 

 

 Il y a au Tibet un peuple qu'on opprime, qu'on détruit, en secret, dans le silence, depuis quarante cinq ans ...

 

Tibet histoire d'une tragédie II

Tibet histoire d'une tragedie 2 © dictys

 

 

 

  Faire du Dieu-roi un fonctionnaire chinois ...

Le peuple tibétain  retournera dans la grande famille de la mère patrie.  A un contre dix,  peu armé et sans ordre précis, la petite armée tibétaine est  écrasée. En fait d’armée étrangère, prétexte à l'intervention,   il n’y a,  au Tibet,  que six conseillés, et ce radio Robert Ford qui avant d’être pris avertit Lhassa du danger imminent ...

 

 

 

           002564bc674510e7950e01.jpg  Aujourd'hui ...

                     Exposition publique des prisonniers ligotés et mis à genoux.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.