Tibet ! Le sale coup...! Trump : L'aide-zéro pour 2018 ?

18222015-1370799769633990-2941103281505731847-n

 His Holiness The Dalai Lama :

" The Buddha was once like us,
but through persistence and hard work
he transformed his mind. "


Photo by Mahesh Kumar, Kalachakra Initiation, Amravati, India 2006

Le Bouddha était autrefois comme nous,
Mais par la persévérance et le travail acharné
Il a transformé son esprit.

 

De l'aide-zéro de la Maison Blanche à la tolérance-zéro des revendications tibétaines par la Chine.

Cela ressemble fort à une étrange passation très perverse de relais entre d'une part la puissante administration américaine qui coupe les crédits de la sauvegarde d'un peuple et d'une culture et, d'autre-part,  la sur-puissante administration chinoise qui ne tardera pas à énoncer les nouvelles lois pas forcement écrites de la tolérance-zéro du pouvoir chinois envers les revendications légitimes du peuple tibétain quant à sa survie, la sauvegarde de sa culture et de son mode d'être, de vie, de penser, d'aimer et d'adorer.

Une décision de la Maison Blanche qui pourrait se traduire par une tolérance-zéro quant aux exigences légitimes des Tibétains pour la reconnaissance par la Chine, qui se livre depuis la bagatelle de plus de soixante ans, mais qui ne le sait ..., à une destruction sans faille de la civilisation du Toit du Monde.

Le Président Donald Trump a proposé d'inverser radicalement la courbe de l'aide américaine aux tibétains sous la forme d'une aide-zéro en 2018.

Inversant ainsi radicalement  la politique américaine menée depuis plus de 10 ans qui fournissait  un soutien financier à la communauté tibétaine pour sauvegarder son identité distincte.

Sous couvert que l'administration Trump désire maintenant que d'autres pays - lesquels ? - contribuent à participer au soutien financier de la communauté tibétaine.

On sait l’Amérique de Mr. Trump très concentrée au moins militairement et donc aussi fort médiatiquement sur l'imbroglio coréen du   " ... tu me menaces ... tu vas voir ... " et l'on peut tout à fait imaginer - entre autres - que le président américain très sourcilleux d'en finir avec cette menace puisse vouloir négocier un blanc-seing, une lettre de cachet contre-signée par le dictateur chinois, pour son action dans cette partie du monde. Enfin un genre de blanc-seing du dragon rouge qui tienne du Diktat.

Le Département d’État, qui a envoyé la proposition financière détaillée au Congrès dans le cadre du budget annuel de Trump, l'a présentée comme l'un des « choix difficiles » qu'il a bien fallu faire, en raison de son budget réduit lui-même de plus de 28%.

Les dirigeants de la communauté tibétaine aux États-Unis se sont abstenus de faire des commentaires sur la question. Ils prennent connaissance  des documents budgétaires. Dans le même temps, ils ont néanmoins bien observé que la majeure partie de l'assistance financière au peuple tibétain, y compris pour le Tibet, a été, jusqu'ici, décidée et avalisée par le Congrès.

Le leader démocrate Nancy Pelosi, qui était, il y a quelques jours, à Daramsala avec Sa Sainteté,  s'est déclarée préoccupée.

" Leader Pelosi est très préoccupée par la réduction à zéro de l'aide à la communauté tibétaine dans la proposition de budget du Président Trump", a déclaré à Press Trust of India,  Drew Hammill, le porte-parole de Nancy Pelosi.

Le Département d’État, dans sa note de bas de page du budget, a déclaré que les échanges scolaires spéciaux, dont l'allocation budgétaire a été ramenée de plus de 14,7 millions de dollars US en 2017 à seulement 7 millions pour 2018, comprendrait le financement de programmes tels que Benjamin A Gilman International Scholarship Program, Mobility (Disability) Echanges et le Tibet Fund.

"Alors que nous travaillons à rationaliser les efforts visant à assurer l'efficacité et l'efficience des dollars des contribuables américains, nous reconnaissons que nous devons prioriser et faire des choix difficiles ", a déclaré un responsable du département d’État à PTI.

« Mettre l'accent sur nos efforts nous permettra de faire progresser nos objectifs politiques les plus importants et les intérêts de sécurité nationale, tout en veillant à ce que les autres pays donateurs apportent leur juste quote-part pour relever les défis mondiaux », a déclaré le responsable, sous couvert d'anonymat. Cependant, le fonctionnaire n'a pas identifié le ou  les pays qu'il aimerait voir venir aider et continuer à financer la cause tibétaine et suppléer ainsi à la dérobade financière escomptée par le locataire de la Maison Blanche.

" Nous continuerons à nous engager diplomatiquement avec des alliés et des partenaires pour faire progresser nos intérêts nationaux américains et leurs priorités politiques communes ", a déclaré le responsable.

Pelosi a conduit, ce mois-ci,  une délégation de haut niveau du Congrès à Dharamsala auprès du Dalai-Lama, s'est déclarée préoccupée par le la tournure des choses.

" Comme elle l'a dit plusieurs fois, y compris lors de sa visite ce mois-ci à Sa Sainteté le Dalaï-lama à Dharamsala, si les États-Unis ne s'expriment  pas en faveur des Droits de l'Homme en Chine, nous perdons toute autorité morale pour en parler ailleurs dans le monde, " selon Deve Hammill, porte-parole de N. Pelosi  toujours à PTI.

" Cela inclut un financement essentiel par le biais du Département d’État pour des efforts importants, comme ceux qui appuient un Tibet véritablement autonome, qui avancent et protègent les intérêts de l'Amérique dans le monde "  avait  déclaré Hammill en réponse à une question. Le mouvement pour abolir les fonds du Tibet devrait voir se lever un mouvement de contestation et une opposition certaine au Congrès.

La politique actuelle des États-Unis à l'égard du Tibet est régie par une loi sur la politique tibétaine de 2002 qui a été signée par le dernier Président républicain George W. Bush.

En vertu de la Loi de 1995, quant aux relations extérieures sur l'autorisation des relations extérieures, elle définit  son « but » comme étant « de soutenir les aspirations du peuple tibétain à protéger leur identité distincte ».

La loi établit  que « l'objectif central » du Coordonnateur spécial est « de promouvoir un dialogue substantiel entre le Gouvernement de la République populaire de Chine et le Dalaï-lama Lama ou ses représentants ».

La loi, entre autres, comprend l'aide du gouvernement des États-Unis aux organisations non-gouvernementales travaillent dans des communautés tibétaines en Chine; Un programme d'échange éducatif et culturel avec « le peuple du Tibet »; Voice of America et Radio Free Asia, et la diffusion de la langue tibétaine au Tibet; Ainsi que l'aide aux réfugiés tibétains en Asie du Sud.

Y est inscrit également un programme de bourses pour les Tibétains vivant à l'extérieur du Tibet;  le programme national de dotation pour la démocratie (NED) sur les Droits de l'Homme et la démocratie liés au Tibet.

Le coordonnateur spécial est également tenu de « promouvoir énergiquement la politique visant à protéger l'identité distincte religieuse, culturelle, linguistique et nationale du Tibet » et d’œuvrer pour « un meilleur respect des Droits de l'homme», selon un rapport de 2015 sur le Tibet par le Service de Recherche du Congrès (SRC).

C'est en 2002 que le Congrès a commencé à affecter l'aide du Fonds de soutien économique aux communautés tibétaines en Chine. En plus de cela, l'Agence américaine pour le développement international (USAID) gère la fourniture de ce soutien hors de son bureau en Inde.

 La semaine dernière encore ...

 

18300854-1373438869370080-3077911630526343270-n

                                                             Nancy Pelosi

Washington / Dharamsala, 10 mai (PTI)  Le leader du Parti Démocrate Nancy Pelosi, qui s'est entretenue avec le Dalai-Lama, a affirmé l'engagement des États-Unis envers les Tibétains, leur foi, leur culture et leur langue

Pelosi et une délégation bipartite ont rencontré mardi le chef spirituel tibétain de 81 ans à Dharamsala, dans l'Himachal Pradesh

" Notre délégation est venue animée de l'esprit, de la foi et de la volonté de Paix de Sa Sainteté, et nous sommes ravis d'affirmer, une fois de plus,  notre engagement envers le peuple tibétain, sa foi, sa culture et sa langue "  avait-t-elle déclaré.

Dans une déclaration distincte, Pelosi a réitéré son engagement envers la cause tibétaine.

" Nous avons été chaleureusement accueillis par des centaines d'enfants aujourd'hui lors d'une visite au Tibet Children's Village, une école remarquable et inspirante consacrée à l'éducation de la prochaine génération de Tibétains vivant à Dharamsala ".

Sa sainteté s'est encore tout récemment exprimée à propos de l'obligation de dispenser, à chaque et tout enfant, l'éducation, salvatrice pour l'humanité, que chacun des enfants des nouvelles générations, étaient en droit d'attendre et de recevoir.

La délégation américaine avait rencontré les membres du  gouvernement tibétain en exil, le Premier Ministre Lobsang Sangay et les membres des parlementaires tibétains afin de  discuter du soutien américain et international pour les efforts visant à aider les Tibétains à maintenir leur religion, leur culture, leur identité et à garantir que leurs droits humains soient protégés.

Le député Jim McGovern, qui a également rencontré le Dalaï-lama, a déclaré: « Il est grand-temps pour les États-Unis de repenser notre politique envers le Tibet. Pendant des années, la Chine a bafoué, sans conséquence d'aucune sorte pour elle, les droits fondamentaux des Tibétains. Cela doit changer. "

McGovern, député démocrate, coprésident de la Commission des Droits de l'Homme,  une voix de premier plan en Amérique appelait à de nouvelles politiques pour renforcer les Droits de l'Homme au Tibet, a déclaré qu'il s'inquiète particulièrement de la situation du peuple tibétain.

« Je suis profondément troublé, par les rapports que je reçois de l'intérieur du Tibet, des atteintes aux droits de l'homme et des abus envers la dignité humaine fondamentale - comme la démolition de bâtiments et l'éviction forcée de personnes religieuses du célèbre institut bouddhiste de Larung Gar,  les sévères restrictions et atteintes aux droits des Tibétains, atteintes à la liberté de se rencontrer librement, liberté de réunion, liberté d'expression, de parler, d'écrire et d'adorer comme ils le souhaitent ", a déclaré McGovern.

McGovern a déclaré qu'il était également préoccupé par les obstacles auxquels sont confrontés les Tibétains lorsqu'ils voyagent en Chine ou dans des pays voisins.

Lors de ses rencontres avec le Dalai-Lama et les leaders du Népal, qu'il avait clairement indiqué qu'il continuerait à faire pression afin les États-Unis tiennent la Chine responsable de ses violations des Droits de l'Homme

Le temps est compté pour le peuple tibétain.

" Nous ne devons pas ignorer leur poursuite de l'agression contre la liberté du peuple tibétain. Le temps est compté pour le peuple tibétain. Tous ceux qui disent qu'ils croient aux Droits des Tibétains doivent aller au-delà des mots jusqu'à des actions concrètes" a déclaré Mc Govern.

Cette délégation comprenait la congressiste amécicano-indienne Pramila Jayapal, Jim Sensenbrenner, Eliot Engel, Betty McCollum Judy Chu et Joyce Beatty.

Mais c'est presque déjà du passé...

 Le nouveau Président américain Donald Trump propose donc une réduction de la Tibetan's AID  et entend donc que d'autres pays puissent maintenant prendre le relais de l'aide à la communauté tibétaine. Sans bien entendu préciser quels seraient les heureux gagnants de sa partie de bonneteau. Gageons que là n'est pas le souci  de l'administration Trump. Le pionnier des pays développés et le leader de l'économie, les États-Unis devront maintenant voter pour la proposition du Président Trump d'une aide-zéro pour la communauté tibétaine pour l'année à venir.

Le soutien financier de l'USAID est l'une des forces essentielles, majeures du soutien financier de l'Administration Centrale Tibétaine en exil.

Avec l'annonce récente du soutien de l'USAID,  portée à 23 millions de dollars à l'Administration Tibétaine exilée pour les prochaines années, la proposition du Président américain de la réduire à zéro est une immense surprise pour tous.

La loi sur la politique tibétaine de 2002 est le socle de l'aide politique et financière américaine signée par le dernier président républicain George W. Bush envers le Tibet et elle propose de  "soutenir les aspirations du peuple tibétain à sauvegarder leur identité distincte ". On s'attend à ce que la proposition d'abolir les Fonds tibétains soit très largement contesté.

Le financement du gouvernement américain appuie les grands instituts et les projets dans les communautés tibétaines de l'Asie du Sud. Un tel retrait de la poursuite du soutien pourrait créer des difficultés pour les Tibétains, et ce à de bien multiples égards. 

Sikyong Lobsang Sangay, le Président du Gouvernement Tibétain en exil, était reçu ces jours-ci avec les honneurs et l’amitié dus à son rang et à sa cause par les parlementaires américains.

001-1024x683

 

Ce n'est pas une raison,  pour à Paris, à la Pagode de Vincennes, ne pas honorer de sa présence, le 27 et 28 Mai, la 9 éme édition du Salon de la Culture Tibétaine.

salon-2017

 Elle se déroule comme chaque année au pied du grand Bouddha, le plus grand Bouddha d'Europe, au cœur de l'enceinte de la Pagode du Lac de Vincennes, où sont conservés les reliques du Bouddha historique.

kalou-rimpoche-montpellier-1987

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.