pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Tibet

Suivi par 57 abonnés

Billet de blog 26 juin 2012

Comme une offrande pour chasser les ténèbres et libérer tous les êtres de la souffrance

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 བླ་མ་ཡི་དམ་དཀོན་མཆོག་གསུམ་ལ་སྐྱབས་སུ་མཆིའོ།
འཛམ་གླིང་ལ་ཞི་བདེ་ཡོང་བའི་རེ་བ་དང་།
 ༸རྒྱལ་དབང་རིན་པོ་ཆེ་རང་ཡུལ་དུ་ཕེབས་པའི་རེ་འདུན།

བོད་རྒྱལ་ཁབ་ཀྱིས་རང་ས་ཟིན་པའི་དོན་དུ་རང་ལུས་མེ་མཆོད་དུ་འབུལ་རྒྱུ་ཡིན།

 Je prends refuge en le Bouddha, le Dharma et la Sangha

 Je m'assieds moi-même sur le feu comme une offrande de lumière

 Avec l'espoir que Sa Sainteté Le Dalai Lama retourne au Tibet,

 Que la paix prévaudra sur terre et que le Tibet sera gouverné par les Tibétains

                                                                                        Tels sont les derniers mots de Tamding Thar


Tamdin Thar est,  depuis le début de la vague d'auto-immolations en février 2009,  le trente-neuvième Tibétain à s'être auto-immolé pour protester contre le gouvernement Chinois et demander le retour d'exil du chef spirituel du Tibet, le Dalai Lama.

Le 19 Juin 2012, Tamding Thar, un tibétain agé de 50 ans, s'est lui-même assis en feu en face du bureau de police-armée du peuple chinois, à Chentsa, dans la province d'Amdo, dans le nord du Tibet,  pour protester contre le règne de la Chine sur le Tibet.

    offrir son corps comme torche de la Compassion pour dissiper les ténèbres et l’ignorance

                           J’abandonne mon corps comme une offrande pour chasser les ténèbres et libérer tous les êtres de la souffrance.

                                                                                                                       Lama Sobha,

                                                                                                                       qui s’est immolé le 8 janvier 2012 dans son monastère à Golog

  Le temps est venu pour les autorités chinoises d'adopter  une approche sérieuse pour résoudre le problème tibétain.

                                                                                                                                             Sa Sainteté, Tenzin Gyatso, XIV ème Dalai Lama

Le Dalaï Lama a accusé la politique des autorités de Pékin d'être avec son  régime totalitaire, aveugle et irréaliste,  la grande responsable de cette vague d'auto-immolations au Tibet.

Depuis 2009 jusqu'à 40 Tibétains se sont auto-immolés par le feu  pour réclamer la liberté du Tibet, le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama et la fin de la domination communiste au Tibet.

Ils ont pour nom, 

Tapey,  Rigzen Phuntsog,  Tsewang Norbu,  Lobsang Kelsang,  Lobsang Konchok,  Kelsang Wangchuk,  Choephel,  Kayang,  Norbu Damdrul, Tenzin Wangmo,  Dawa Tsering,  Palden Choetso,  Tenzin Phuntsog,  Tsultrim,  Tennyi,  Sonam Wangyal,  Lobsang Jamyang,  Sonam Rabyang, Rigdzin Dorje,  Tenzin Choedron,  Lobsang Gyatso,  Dhamchoe Sangpo,  Nangdrol,  Tsering Kyi,  Gepey,  Jamyang Palden,  Losang Tsultrim, Sonam Thargyal,  Lobsang Sherab,  Chime Palden,  Tenpa Thargyal,  Choephak Kyab,  Sonam,  Rinchen,  Dorjee Tsetin,  Dargye,  Rikyo,  Janphel Yeshi  ...

et combien d'autres ...

Le Très Vénérable Thich Quang Do, Patriarche Suprême de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam  -  EBUV,  Église historique,  indépendante, arbitrairement interdite en 1981 -   a écrit à  Sa Sainteté le Dalai Lama pour exprimer le soutien de l’EBUV au combat du peuple tibétain pour la liberté.  La lettre, en date du 11 février 2012, a été envoyée clandestinement au Bureau International d’Information Bouddhiste - BIIB - , depuis le Monastère Zen Thanh Minh à Saïgon, où Thich Quang Do est en résidence surveillée.

Dans son  message, envoyé au Dalaï Lama et au peuple tibétain, qui a été transmise au Dalai Lama à Dharamsala, Thich Quang Do écrit :

« Je vous écris pour exprimer la profonde douleur de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam concernant la récente vague d’immolations de bonzes, nonnes et laïcs bouddhistes appelant à la liberté religieuse et au retour de Votre Sainteté sur la terre sacrée du Tibet. J’ai appris que 21 personnes s’étaient immolées depuis un an, et cinq pour la seule semaine passée. Ces gestes tragiques n’ont pas seulement eu lieu dans la région du Tibet proprement dite mais également dans des régions des provinces chinoises du Qinghai et du Sichuan, où de nombreux Tibétains vivent.

« Au lieu de rechercher la cause de ces gestes de protestation, le gouvernement chinois a réprimé avec une brutalité intolérable. De vastes régions ont été fermées, les médias soumis au black-out, et la police a abattu au moins six Tibétains dans la région de Kham dans la province du Sichuan. En dépit de cette répression sans merci, des milliers de Tibétains continuent de défier les autorités en organisant des veillées à la lueur des bougies, des grèves de la faim, des marches et des manifestations pacifiques avec des bannières appelant au « Tibet Libre » et à la libération de tous les prisonniers politiques tibétains.

« Je suis particulièrement touché par les mots du Lama Sobha, qui s’est immolé le 8 janvier 2012 dans son monastère à Golog, dans la région tibétaine d’Amdo, dans la province de Qinghai. Dans un émouvant enregistrement audio fait avant son immolation, il appelait les Tibétains à s’unir pour protéger la culture, la religion et la langue tibétaines, et expliquait les raisons de son immolation : « J’abandonne mon corps comme une offrande pour chasser les ténèbres et libérer tous les êtres de la souffrance ».

« Nous, les Bouddhistes du Vietnam, partageons cette vision avec les Bouddhistes du Tibet. L’immolation est un geste tragique et extrême, un geste qui devrait être évité à tout prix.  Mais il y a des moments où ce geste ultime, celui d’offrir son corps comme torche de la Compassion pour dissiper les ténèbres et l’ignorance, est le seul recours possible.

« Au point culminant de la guerre du Vietnam en 1963, le Bodhisattva Thich Quang Duc s’est immolé à Saïgon pour en appeler à la réconciliation et à la paix. Son geste, filmé par la presse internationale, a secoué la conscience du monde.  Depuis que le Vietnam est tombé sous le joug communiste en 1975, 22 bonzes, nonnes et laïcs bouddhistes se sont immolés pour en appeler à la liberté religieuse au Vietnam, y compris les douze bonzes et nonnes à la Pagode Duoc Su à Can Tho, le 2 novembre 1975. Du fait de la censure impitoyable du régime communiste, aucun journaliste étranger n’était présent pour rapporter ces événements. Leur sacrifice a été réduit au silence.

« C’est par conséquent avec un profond sentiment de communion et de compréhension, mais aussi de peine et de chagrin infinis, que j’ai pris connaissance de l’immolation de tant de jeunes bonzes et nonnes bouddhistes au Tibet, et de l’escalade de la violence à laquelle recourt le régime communiste chinois pour empêcher le monde d’entendre leurs cris tragiques. Cette situation est un défi pour toute l’humanité. J’en appelle aux dirigeants du monde d’agir au plus vite, d’exiger la fin de la violence et une enqête internationale et indépendante sur ces cas d’immolation.

« Au nom de l'Église  Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) , je prie pour tous ceux qui ont sacrifié leur vie et pour tous ceux qui souffrent de la répression de ces protestations pacifiques. Je soutiens pleinement le combat courageux du peuple tibétain pour sa survie et partage vos aspirations pour le droit à la liberté et à la vie. Votre souffrance est notre souffrance. Votre combat est notre combat. Les Bouddhistes du Vietnam se tiennent derrière vous dans ce mouvement non-violent pour la liberté religieuse et les droits de l’Homme, car sans les droits de l’Homme, les êtres humains ne pourront jamais exister pleinement et librement.

« L’EBUV n’oubliera jamais les nombreux appels faits par Votre Sainteté durant les années 1990 pour obtenir ma libération des prisons communistes. Ce n’est que lorsque j’ai été amnistié en 1998 que j’ai appris, par la bouche du porte-parole de  l’EBUV  à Paris, Vo Van Ai, vos interventions humaines et cruciales. Aujourd’hui, je suis toujours en résidence surveillée au Monastère Zen Thanh Minh, après presque trois décennies de détention sous diverses formes. Je suis toutefois toujours avec vous par l’esprit. Vous êtes toujours dans mes prières et j’espère de tout mon cœur et de toutes mes forces que vous réussirez à guider le peuple tibétain en ces temps difficiles  ».

A vous dans le Dharma,
Cinquième Patriarche Suprême
Église Bouddhique Unifiée du Vietnam
(signature et sceau)
Sramana THICH QUANG DO

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi