bourgade
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Toulouse

Suivi par 19 abonnés

Billet de blog 1 oct. 2009

les footeux valent plus que les salariés

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand ils regardent à la télévision le foot, certains salariés ont des crampes d'estomac. C'est le cas de ceux de la société Cymi à Toulouse, une succursale de Cymi espagne, qui appartient au groupe ACS industrie. A cela, il y a une raison. Leur grand patron - the big PDG - est le propriétaire du Real de Madrid qui, pour acheter Kaka, Ronaldhino, Benzema et d'autres, a sorti 196 millions d'euros. Un patron qui ne les connait sans doute pas mais au nom de qui, les salariés vont perdre leurs emplois. En effet, à la fin de l'année, Cymi ferme purement et simplement sa succursale toulousaine.

Pourtant, tout avait bien commencé. Cymi s'implante à Toulouse, il y a 4 ans, avec une ambition, décrocher des marchés publics. Sa première cible est justement dans le secteur, l'hopital de Perpignan. Cymi réalise des études tchniques dans le domaine de la plomberie, la climatisation, et l'électricité. Le marché se monte à plusieurs millions d'euros. Trés vite, la société décroche d'autres marchés, notamment pour l'hopital de Valence, Rennes, Nantes, et même l'hopital Cochin à Paris. La première année, le chiffre d'affaire de la société est des plus significatifs. Madrid a toutes les raisons d'applaudir des deux mains son choix d'implantation en France.

Le groupe ACS - dont Cymi est une filiale - conforte ainsi sa place de 5 ième géant mondial du batiment et des travaux publics. Mais la situation vire rapidement à l'orange, puis au rouge. La responsable des achats constatent rapidement que l'entreprise fait des confusions. Elle considère comme recette, les avances d'argent forfaitaires prévues pour acquérir les matériels, "une erreur que même une PME ne commet pas" explique Guillaume Barbet, délégué Force Ouvrière de l'entreprise. Par contre, elle omet de payer ses fournisseurs qui s'inquiètent des factures qui augmentent. Et la direction ne comprend pas pourquoi le bureau d'étude toulousain passe autant de temps en étude. "la raison, c'est qu'en Espagne, l'architecte fournit un plan d'exécution des travaux, en france, c'est le bureau d'étude de l'entreprise choisi qui le fournit" explique Catherine Belmonte.

Résultat, du temps et de l'argent perdus, puisque ce travail n'a pas été comptabiliser dans la réponse à l'appel d'offre. "on était toujours les meilleurs de plusieurs milliers d'euros" explique t-elle "mais trés vite, ca tournait pas rond, parce que sur le chantier, y'avait pas assez de monde pour faire le travail, et ca prenait du retard. On est d'ailleurs en procès sur cette question avec l'hopital de Rennes" dit elle.

A ce rythme là, en 4 ans, l'affaire est pliée. Ces trois derniers années, l'entreprise change trois fois de dirigeant local et perd 17 millions d'Euros. La direction décide alors de rapatrier sur Madrid la charge de travail, de fermer Toulouse et de licencier tout le monde. C'est là que le foot entre dans la danse. Les salariés vont en effet partir avec quelques milliers d'euros seulement, mais ils réclament 257 mille euros. "Parce que le travail ne coure pas les rues" explique une salariée qui veut rester anonyme. La direction locale refuse toute négociation sur ce sujet et ne répond pas aux journalistes.

"257 mille euros, c'est une goutte d'eau pour eux" explique Catherine. "Hier soir, sur le terrain, face à Marseille, Florentino Perez, notre patron, qui est propriétaire du Real Madrid, alignait en attaque 196 millions d'Euros, et nous voulons qu'il demande à la direction locale de nous faire un chèque honorable pour partir sans bruits." Mais apparamment, les footeux valent plus que les salariés. Ils n'ont pour l'instant aucune réponse et la semaine prochaine, les salariés ont l'intention d'entreprendre plusieurs actions pour populariser leurs revendications.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre