bourgade
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Toulouse

Suivi par 19 abonnés

Billet de blog 9 oct. 2009

l'agriculture est à bout de souffle

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faut-il protéger les agriculteurs comme on le fait des espèces en voie de disparition ? La réponse est sans aucun doute, oui. Derrière la manifestation des agriculteurs gersois, ce lundi, il est question, au-delà de leur survie immédiate, de la souveraineté alimentaire, de l’entretien de l’espace, et de la sauvegarde d’emplois induits. Bref, comme le dit le slogan des agriculteurs, « quand l’agriculture souffre, c’est l’économie qui se grippe ».

L’opération s’appelle « ville morte ». Elle consiste à montrer à quoi ressemblerait la capitale du Gers, sans son agriculture. Une ville dont les commerces auraient tirés rideaux, dont les rues seraient vides de toute agitation, et les tracteurs immobilisés. Le Gers est un bon exemple de la crise que vit actuellement l’agriculture. Depuis 1992, le département a perdu la moitié de ses agriculteurs. Ils ne sont plus que 8.000, ce qui peu paraître encore beaucoup. Ses producteurs de lait ne sont plus que 224, un chiffre qui va sans doute encore baisser. Le Modef – syndicat paysan proche du PCF – annonce que 42 producteurs ont déposé une demande de cessation d’activité. 25 autres seraient sur le point de le faire. La crise du lait est en fait l’arbre qui cache la forêt.

Toutes les filières sont de fait touchées. « Ca fait deux ans environ qu’on vend les céréales à perte, les producteurs de viande bovine, ovine vendent également à perte, la viticulture et l’arboriculture sont en difficulté. Dans toutes les productions, nous sommes dans des marchés excédentaires qui ne correspondent pas au prix réel. Par exemple, 80% des céréales sont produites dans le pays, mais ce sont les 20% exportés qui font le prix mondial des céréales qui est toujours plus bas que le prix de production, donc on est perdant » explique Françis Villemur, jeune agriculteur dans le secteur de Samatan.

Aujourd’hui, « on produit la tonne de Tournesol à 200 euros la tonne, concrètement, pour que le prix soit rémunérateur, il faudrait au minimum 250 euros, voir même plutôt 300 euros. Si on va au bout de la logique libérale de l’Europe, on va complètement mettre en péril la survie des exploitations. Aujourd’hui, avec les prix qu’on a, avec les aides qu’on a, on n’arrive pas à équilibrer les bilans, on ne sait pas ce que ca va donner avec la fin des aides conjuguées à des prix qui baissent » explique Laurent Laborie, jeune agriculteur de Haute Garonne.

A ses cotés, Alexandre Duval fait aussi un constat significatif : « Une pastèque sortie de chez un maraîcher, elle revient à peu prés à 2 euros pour le maraîcher, et une fois qu’elle est vendue en grande surface, elle est à peu prés à 6 euros, et tout ca, dans le même pays, dans la même région, parfois à quinze kms de distance. J’en conclus quoi ? J’en conclus qu’il y en a qui se gave et que c’est pas le producteur. »

L’agriculture gersoise, en effet, reste de loin la force économique numéro 1 du département. Chaque exploitation génère au moins 4 emplois induits dans les secteurs commerciaux, de l’artisanat, du social, de l’agro alimentaire. C’est dire si sa diminution, ou sa disparition, fragiliserait l’ensemble de la région. C’est pourquoi, Remy Fourcade, de la FDSEA réclame « une année blanche au plan fiscal, bancaire et social ».

La crise de l’agriculture, c’est aussi parfois des drames qui, individualisé, passe inaperçu. Ainsi, le 30 Aout dernier, devant la statue de Jean Jaurès à Castres, l’éleveur Alain Bauduy, 58 ans, s’est suicidé dans sa voiture, d’un coup de fusil de chasse. Vendredi 16 Octobre, d'autres opèrations villes mortes sont prévus à travers le pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre