bourgade
Abonné·e de Mediapart

Lien publié dans

Édition

Toulouse

Suivi par 19 abonnés

Lien 11 mars 2009

"la solidarité n'est pas un délit".

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

750 euros d’amende. C’est le prix de la solidarité avec un sans papier. Une vingtaine de militants demandent au préfet de Haute Garonne, de renoncer à cette peine, infligée par la Police de l’Air et des Frontières. Sans réponse d’ici la fin du mois, ils seront frappés au portefeuille.

Leur crime, avoir franchi le portique de l’aéroport Toulouse Blagnac. Ce qui pour la Paf équivaut à une infraction. Seules les personnes munies d’un titre de transport sont en effet autorisées à franchir le portique. Les militants n’ont pas empêchés physiquement l’embarquement du père de famille algérien, ils voulaient juste lui manifester leur soutien. Mais la loi est la loi, elle n’a pas d’état d’âmes. Et surtout, « on veut nous faire peur et criminaliser ainsi le mouvement social » estime Myriam, militante du Nouveau Parti Anticapitaliste. La critique n’est pas nouvelle, mais il y a, à l’évidence, un raidissement des autorités. Elle ne supporte pas en effet que depuis trois ou quatre ans déjà, la cause des sans papiers persiste. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter, si l’on en croit Cathy « A chaque fois qu’il y a un nouveau cas, on a de nouvelles personnes qui se mobilisent. Le Réseau Ecole Sans Frontière va donc durer aussi longtemps que le problème demeure » dit elle.

Les militants sont en effet intervenu pour défendre ce père de famille parce qu’au départ toute la famille, donc les enfants, étaient menacés d’expulsion. Ce sont donc d’abord des parents d’élèves qui ont médiatisé l’affaire. Celle de la famille G, arrivée en France en 2006. Née en Métropole avant 1962, la maman a d’abord obtenu des papiers d’identité français. Puis l’administration a parlé d’une erreur et les lui a retirés. Du jour au lendemain, tout le monde est devenus clandestins. « On osait plus sortir, on ne peut plus marcher dans la rue, sans la peur » raconte la fille Samia. Le père, dont la carte de séjour n’est pas renouvelée, perd son emploi de vigile. Pour vivre, il se met à vendre des cigarettes de contrebande dans le quartier Arnaud Bernard. C’est là qu’il est contrôlé par la police et conduit directement au centre de rétention de Cornebarrieu. « Il est parti sans même dire au revoir à sa femme et ses enfants. On n’a pas pu le voir, ca été très vite » explique sa fille qui parle désormais de galère. « Comment faire vivre 5 enfants sans argent, c’est vraiment la galère ! ».

Volontaire ou pas, la procédure applique ainsi une double peine aux sans papiers. L’expulsion pour l’un, l’insécurité pour les autres. Quand aux militants, « ca ne nous fera pas renonçait, on va continuer à les soutenir » affirme Cathy pour qui, "la solidarité n'est pas un délit !"

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik