bourgade
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Toulouse

Suivi par 19 abonnés

Billet de blog 13 oct. 2009

1% d'impôt en plus ou les poubelles débordent

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un peu partout, le vent disperse des papiers qui jonchent le sol, et par endroits, les premiers sacs poubelles s’amoncellent en des tas mal odorants. Certains, notamment sur les allées Jaurès et les allées Wilson, sont percés et répandent leurs contenus peu ragoutant sur les trottoirs. C’est quand les éboueurs ne sont plus au travail qu’on se rend compte de l’importance de leur activité. Sans eux, Toulouse ressemble en effet de plus en effet à une décharge à ciel ouvert.

Le conflit concerne les 25 communes qui constituent la Communauté Urbaine du Grand Toulouse et résulte du transfert des personnels communaux à cette nouvelle entité territoriale qui a désormais en charge l’entretien des villes. Le transfert est effectif depuis le 1 er Janvier dernier et met à la disposition du Grand Toulouse, quelque 2.700 agents dont des informaticiens, des personnels administratifs et des éboueurs. Un transfert compliqué par la diversité des statuts et des avantages consentis par les mairies aux uns et aux autres. Ainsi, les moins biens lotis ont 6 jours de RTT, les mieux servis 21 jours, et à grade et ancienneté égale, il y a parfois jusqu’à 150 euros de différence de salaire. En théorie, les éboueurs peuvent aussi désormais travailler dans n’importe laquelle de ces 25 communes. Certains salariés redoutent de devoir aller de Toulouse sur Muret - 20 Kms - ou l’inverse, pour assurer leur service au gré de l’organisation des planning de travail. Ce qui revient, pour eux, à casser des équipes constituées et à fragilisées des organisations de travail. Les syndicats - sud, unsa, CGT - réclament « une harmonisation par le haut » en s’alignant sur le régime le plus favorable - celui de la ville de Colomiers - une prime de dangerosité pour les salariés concernés et dénonce des « mutations autoritaires » au détriment d’une logique de proximité.

Pour l’instant, la mairie, qui a rencontré, une délégation de syndicalistes considére qu’elle ne peut pas aller plus loin dans l’harmonisation des situations. « 80% des personnels ont bénéficié d’une augmentation de 50 à 1OO euros mensuel » depuis la constitution du Grand Toulouse, explique Pierre Cohen, maire de Toulouse. « En Avril dernier, une nouvelle revalorisation a permis une augmentation mensuel moyenne de 60 euros pour un agent rippeur 2 ième classe, soit au total 116 euros. Augmenter encore de 50 euros tous les salariés, c’est demander 1% de plus d’impôts aux toulousains » explique l’élu, ce qui n’est pour lui, pas pensable. Et le Maire de proposer aux syndicats une nouvelle discussion le 19 Octobre, jour de la prochaine Commission Technique Paritaire.

De leur coté, les éboueurs restent ferment et pour l’instant, les poubelles des toulousains continuent de déborder. Ce conflit de l’intercommunalité préfigure « celui des grandes métropoles française quand on fusionnera les personnels des départements avec ceux des communautés urbaines» prédit Stéphane Borras de Sud 31. «Il est à craindre qu’on profitera de l’occasion pour s’attaquer au statut des 1 millions 700 mille fonctionnaires territoriaux dont 700 mille précaires» dit-il.

Dans l’immédiat, les commerçants nettoient autant que possible leur devant de porte et stockent leurs ordures pour éviter qu'elles n’incitent les acheteurs a déserté leurs magasins.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd