bourgade
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Toulouse

Suivi par 19 abonnés

Billet de blog 22 sept. 2009

la sncf veut faire dérailler le frêt

bourgade
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le frêt, c'est le maillon faible de la SNCF. C'est en tout cas, ce que dit la direction. Selon elle, l'activité perd de l'argent, ce qui plombe ses comptes d'environ 600 millions d'euros cette année. Ses solutions sont contenues dans le plan fret qu'elle présente aujourd'hui aux organisations syndicales. Pour l'essentiel, il consiste à restructurer l'activité pour donner la priorité aux trains complets sur les "wagons isolés", à densifier ceux qui circulent sur les "autoroutes" comme l'axe Luxembourg Perpignan, et à créer des filiales pour segmenter les problèmes et les solutions. Trois arguments que les cheminots récusent. Quand on veut faire dérailler le train, on lui met des batons dans les roues disent-ils en substance. Et les bâtons ne manquent pas.

"Il y a deux ans, on a totalement abandonné un important trafic de frêt de plusieurs millions de tonnes par an, entre le port de Séte et l'usine Péchiney de Sarran Colin dans les Hautes Pyrénées. La direction a augmenté de 140% le prix du transport et malgré que le chargeur a accepté cette augmentation, elle a trouvé des raisons spécifiques pour que finalement, il mette sa marchandise dans des camions sur la route" explique Patrick. "On avait aussi pas mal de transport de bois pour des scieries, on les a incitées à changer de mode de transport. Ensuite,on explique que le frêt n'est pas rentable, mais on ne dit rien de la sécurité du transport, des bouchons, de la pollution". A ses cotés, devant la gare Matabiau, d'autres cheminots ont aussi en tête des exemples de même nature. "En Ariège, on fait tout pour que l'usine de Talc de Luzenac transporte ses produits par la route" raconte Michel, tandis que Gérard parle d'une attitude similaire avec des entreprises du coté de Rodez. "Un service public" dit il, "ce n'est pas que la rentabilité économique, c'est aussi de l'aménagement du territoire" .

Christophe, qui n'est pas cheminot, mais usager du train acquiesce."Moi j'habite a Gourdon dans le Lot et on est impactés par la disparition du frêt avec l'usine Andros qui met 30 camions sur nos routes. Qui plus est, si on sépare le frêt du reste de la sncf, on va avoir des conducteurs pas assez utilisés puisque le frêt baisse tandis qu'il manque des conducteurs pour les TER. Nous (les voyageurs), on tient à garder une entreprise nationale public parce que, moi lotois, je veux les mêmes droits que si j'étais lyonnais.Lui, il a un TGV et des prix, pas chers, prem's pour monter à paris, moi, je paie 130 euros pour faire l'aller retour Gourdon Paris."

La création de filiales par activité fait, en effet, redouter une privatisation rampante. "La filialisation, ce n'est pas la privatisation, mais c'est un premier pas. Je me souviens que pour France Télécom ou EDF GDF, Sarkozy disait aussi qu'il garderait 70% du capital. On a vu la suite, donc y'a pas de raison qu'on ait confiance quand l'Etat assure qu'il va garder 100% du capital de la sncf" analyse Eric Ferrères, cheminot CGT. En fait, tous les incite à croire que l'Etat travaille de fait pour les concurrents, Véolia, Deutsch Ban, Colas Rail ( Bouygues) "le but du jeu, pour eux, c'est pas de s'attaquer fondamementalement au frêt, C'est d'être présents pour s'attaquer au marché des voyageurs parce que là , par contre, il y a énormément d'argent à se faire. Comme ils ont besoin de licences, ils se sont placés là dessus, sur le frêt ouvert à la concurrence, mais dés que la concurrence sera ouverte sur le transport voyageur, on va montrer les dents, ca va être féroce" précise Philippe Verdeuil, cheminot.

Une analyse qui, au regard des déclarations de Dominique Bussereau, Secrétaire d'Etat aux transports, prends tout son sens. En effet, dans les Echos de ce Mardi 22 Septembre, le Ministre se déclare " à titre personnel" pour une concurrence privé public dans les trains régionaux. "Nous attendons un rapport ( sur cette question) au premier trimestre de l'an prochain" dit-il. Il faut "procéder par expérimentation comme cela a été fait avec beaucoup de succès pour le transfert aux régions des mêmes services régionaux de voyageurs." Même dominées par la gauche, il y a force à parier que les régions, qui paient déjà l'achat des trains régionaux et même l'entretien des voies comme en Midi Pyrénées, seront candidates à plus de pouvoir. Ce qui devrait permettre à l'Etat, non seulement de sous traiter ce secteur, mais aussi de trouver des alliés idéologiques dans sa démarche de privatisation.

Faire dérailler le frêt n'est donc pas qu'une question technique. Elle aura d'ailleurs aussi des conséquences sur l'emploi. "La direction parle de 5 à 6.000 d'emplois en moins, et depuis 7 ans, on a déjà perdu 20 mille emplois. Alors, c'est pas des licenciements, ca se voit pas médiatiquement, mais ca fait 20 mille jeunes qui n'ont pas trouvé d'emplois à la sncf" conclut Eric.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA