Molex: il subit le froid pour souffler le chaud !

Pour les politiques, Molex est devenu un passage obligé. De droite comme de gauche, ils y sont tous allés de leur soutien aux salariés du sous traitant. De Besancenot (LCR/NPA) à Dupont Aignan (Debout la Droite) Mais aucun n’a pris racines devant le portail de l’usine, sauf le Pdt local du Modem toulousain.
Pour les politiques, Molex est devenu un passage obligé. De droite comme de gauche, ils y sont tous allés de leur soutien aux salariés du sous traitant. De Besancenot (LCR/NPA) à Dupont Aignan (Debout la Droite) Mais aucun n’a pris racines devant le portail de l’usine, sauf le Pdt local du Modem toulousain.

Il mange, boit et dort dans sa voiture. Dehors en bras de chemise, quelque soit la température, il répond aux journalistes surpris de son action. En effet, les militants du Modem de François Bayrou n’ont pas la culture de la manifestation. D’ailleurs, son action n’en est pas vraiment une puisqu’elle est individuelle. « Je suis là en bras de chemise pour dire que quand une entreprise comme Molex licencie, eh bien, on se retrouve tous dépouillés ». Tous, ce sont les salariés qui perdent, les collectivités locales qui y perdent des impôts, les sous traitants qui perde un client, et les commerçants locaux.

Remi Daillet Wierdeman sait d’ailleurs de quoi il parle. Le Pdt toulousain du Modem est en effet un artisan. Et s’il a choisi ce type d’action, « c’est un peu pour faire comme pour Jean Lasalle, » ce député Modem qui pour dénoncer la délocalisation d’une entreprise du Béarn avait conduit une grève de la faim durant plusieurs semaines. « Par ma présence permanente sur place, je veux attirer l’attention des autorités sur le fait que le temps passe et que les salariés ne voit toujours rien évoluer favorablement ». Et pour cause. La direction américaine a décider la fermeture pour Juillet prochain et le transfert de l’entreprise vers la Tchéquie. Mais aucune loi n’empêche une entreprise bénéficiaire de décider de sa fermeture pure et simple. Quoi qu’en pense le Pdt de la République qui dénonçait, il y a quelques mois en arrière, les délocalisations financières. Dans ce domaine, faire la morale aux employeurs ne sert à rien.

Les Molex l’ont d’ailleurs bien compris. Hier, ils ouvraient la manifestation toulousaine qui a rassemblé de 56 mille à 90 mille manifestants. Et ils n’ont pas l’intention de se disparaître sans résister.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.