«Un lieu, une oeuvre»: Streets of Kenny

Connaissez-vous Mick Head, le maudit de la pop anglaise qui débuta sa carrière avec l'impeccable Pacific Street ? Originaire du quartier de Kensington (Kenny pour les intimes), Mick Head a marqué les années 80. Et les décennies qui suivirent. Et ce n'est pas Noel Gallagher d'Oasis qui dira le contraire.

Signés sur Virgin pour une coquette somme au début des années 80, les Pale Fountains avaient tout pour réussir. Le disque donc les singles, les chansons donc les influences.
Mick Head ne jurait que par Arthur Lee et son Forever Changes.  Et nous, on ne jure aujourd'hui que par ce garçon.
Or en 1984, son premier disque prit une volée de bois vert par la presse anglaise. En 1984, on ne jurait que par les Echo & The Bunnymen ou Joy Division. Alors des gars déguisaient en scouts qui jouent de la trompette et donnent des airs de bossanova à la pop anglaise... On repassera.

Reach tu deviendras...
Les frères Head sont issus de Kensington. Un quartier à la périphérie de Liverpool qui ne respire par l'argent mais transpire le football et la bière. Mick Head put jouer d'ailleurs de la guitare car il accéda à la seule requête de son paternel. A savoir jouer au foot...
De ce quartier, il n'en reste rien aujourd'hui. Liverpool et ses Docks sont plein aux as et rénovent le tissu urbain à grands coups de pelleteuse.
De ce quartier, il reste ce bar. Qui a d'ailleurs dû s'implanter après 1984. Autour.. Rien. Ou si... Des pavillons neufs.

 

Streets of Kenny (en 2020) © Louis Teyssedou Streets of Kenny (en 2020) © Louis Teyssedou

 

 

Comme un pied de nez géographique, c'est le sud de l'Angleterre (Oxford) qui vient envahir le Nord.
Mick Head quitta les rives de la Mersey pour celles de la Tamise en signant sur Virgin. Le péché originel. La voisine de Manchester n'a offert le succès qu'aux Beatles. Les La's ont mis des années à essayer d'avoir du succès et les Coral ont vu leurs fans les quitter pour un certain groupe de Sheffield.
Mick Head n'a eu aucun succès et l'a bien cherché. Tous les labels ont essayé. Même Noel Gallagher lui a offert l'enregistrement d'un disque (... The Corner Of Miles And Gil, forcément parfait) et les premières parties d'Oasis sur les dates anglaises (forcément sold out) en 2006. Et rien. Mick Head a tout sabordé et s'est contenté de jouer les maudits de service.
Même son quartier a disparu. Mais il reste les chansons de ses deux groupes. Écoutez et vous verrez (Kensington).
 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.