Billet de blog 20 mars 2008

Le sabre et le goupillon : le 17 mars 2008 aux Invalides

Le sabre et le goupillon : le 17 mars 2008 aux Invalides La cérémonie du 17 mars en hommage à Lazare Ponticelli, dernier poilu de France, a pris une forme topographiquement centrée, aux Invalides et donné lieu à un rituel diffus sur tout le territoire national (minute de silence et drapeaux en berne dans les administrations, hommage aux monuments aux morts, évocation dans l’enseignement...).

Nicolas Offenstadt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sabre et le goupillon : le 17 mars 2008 aux Invalides
La cérémonie du 17 mars en hommage à Lazare Ponticelli, dernier poilu de France, a pris une forme topographiquement centrée, aux Invalides et donné lieu à un rituel diffus sur tout le territoire national (minute de silence et drapeaux en berne dans les administrations, hommage aux monuments aux morts, évocation dans l’enseignement...). La première fut en deux temps : messe et honneurs militaires le matin, dévoilement d’une plaque dans l’Eglise du Dôme l’après-midi. L’ensemble fut très militarisé : cercueil porté par des légionnaires en uniforme, hommage militaire dans une cour d’honneur bordée de troupes diverses, puis, l’après-midi, défilé de détachements des différentes armes après le dévoilement, par le Président de la République, de la plaque dédiée au souvenir des combattants dans l’Eglise du Dôme.
Tout cela est très loin des mentalités combattantes de l’entre-deux-guerres qui, comme l’a montré Antoine Prost, ont largement mis à distance l’armée, dont les Anciens combattants rejetaient l’autoritarisme. On en oublierait presque que les soldats de la Grande Guerre en France étaient d’abord des conscrits revenus plutôt pacifistes des tranchées...
Aucune tentative ce 17 mars d’actualiser ou de moderniser le souvenir mais une somme de rituels traditionnels qui remontent aux années vingt ou à des époques précédentes. Le patriotisme le plus conventionnel colore l’ensemble de la cérémonie avec des Marseillaise à répétition (j’en ai compté 5 dans la journée !), des discours qui soulignent la grandeur du sacrifice patriotique (le gouverneur militaire de Paris évoque lui la « grandeur du service des armes », rappelant que « la vie est un combat »...)
On a beaucoup cherché, ce 17 mars, à justifier la pompe du cérémonial qui contrastait sans doute trop évidemment avec les réticences de Lazare Ponticelli. Sur France 2, Philippe Harrouard qui commente la cérémonie du matin, insiste bien : c’est une « messe toute simple » (il le dit deux fois) – certes, mais quid du lieu, de la présence de tout le gouvernement, de deux Présidents de la République, et de tant d’étendards ? -, l’évêque du diocèse des armées lui a cette jolie formule justificative : « le sage qui a traversé l’épreuve ne s’appartient plus tout à fait », quant à Max Gallo, il rappelle dès le début de son intervention les réticences de Ponticelli.
Le discours de Nicolas Sarkozy, plutôt sobre, clôt le rituel. Dans ses propos, deux remarques méritent d’être soulignées. La première tient à la mise en parallèle des poilus et des maquisards des Glières auquel il rend hommage le lendemain 18 mars (voir dans cette édition la contribution à ce sujet de Samuel Kuhn) où l’on retrouve toujours ce souci de rebâtir un grand récit national sous le mode du zapping d’un événement l’autre. De plus, il est dit des poilus et des résistants qu’ils avaient en commun de préférer mourir libre que vivre en esclave. Cette thématique de la liberté était aussi présente dans l’acrostiche d’un élève de 5e lu dans l’Eglise Saint-Louis en hommage à Ponticelli, l comme libre : « Grâce à tous les poilus (...) nous vivons dans un pays libre ». On a presque l’impression d’une reprise du discours de l’Union sacrée pendant la Grande Guerre : le droit et la liberté du côté français, la barbarie et l’illégalisme du côté allemand (thème prenant appui notamment sur la violation de la neutralité de la Belgique par les troupes allemandes en 1914). Chacun appréciera cette mise en parallèle, par la négative, de l’Allemagne de 14/18 d’un côté, et de Vichy et des Nazis (alliés dans l’assaut donné aux Glières), de l’autre. Faut-il rappeler que, du côté allemand, en 14-18, on avait aussi l’impression de mener un combat vital, pour éviter l’encerclement ? Pourtant le discours de Nicolas Sarkozy avait commencé par la mise en vis-à-vis des premiers morts de la guerre, un allemand et un français. Ce manque de mise en perspective final, qui plus est à l’heure d’une construction européenne centrée sur le couple franco-allemand ne laisse pas d’étonner.
Nicolas Offenstadt
Pour prolonger :
De Cock, Laurence et alli, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France. Dictionnaire critique, Agone, 2008, à paraître et notamment la notice Glières par Jean-Marie Guillon.
Offenstadt, Nicolas, « Les derniers poilus, héros nationaux », Le Monde diplomatique, 649, avril 2008.
Prost, Antoine, Les anciens combattants, 1914-1940, Paris, Gallimard-Julliard, 1977, 247 p.
Prost, Antoine, Les Anciens Combattants et la Société Française, 1914-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1977, 3 volumes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan