Billet de blog 22 mars 2008

Enjeux de mémoire en Espagne par Mari Carmen RODRIGUEZ

Enjeux de mémoire en Espagne :des symboles du franquisme qui résistent Mari Carmen RodriguezLa propriété familiale de Franco, payée par les Espagnols durant la guerre civile, est aujourd’hui au cœur d’un bras de fer sur son usage privé ou public. Ce cas révèle une fois de plus les rapports conflictuels de la société espagnole avec son passé traumatique, en prise avec les fantômes persistants du franquisme.

Nicolas Offenstadt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Enjeux de mémoire en Espagne :
des symboles du franquisme qui résistent

Mari Carmen Rodriguez
La propriété familiale de Franco, payée par les Espagnols durant la guerre civile, est aujourd’hui au cœur d’un bras de fer sur son usage privé ou public. Ce cas révèle une fois de plus les rapports conflictuels de la société espagnole avec son passé traumatique, en prise avec les fantômes persistants du franquisme.
Dans la municipalité de Sada (Galice), s’élèvent un imposant palais (Pazo de Meirás) et ses jardins, couvrant près de 66.800 mètres carrés. Cette imposante propriété, construite au XIXe siècle, sur commande de la comtesse et écrivain Emilia Pardo Bazán, est aujourd’hui au centre des difficultés que soulève l’application de la loi mémorielle approuvée le 31 octobre dernier, par le parlement espagnol.
En effet, cette « Loi de récupération de la mémoire historique », proposée par le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero pour réparer les préjudices subis par les victimes de la guerre civile et la dictature, prévoit une réécriture des usages publics des monuments du franquisme dans la perspective d’une mémoire collective critique.
Le Pazo de Meirás entre dans cette nouvelle interprétation des lieux de mémoire du franquisme. Le palais et ses jardins, offerts à Francisco Franco par la Galice durant la guerre civile (Franco était originaire de la région) sont restés propriété privée de la famille du dictateur durant de nombreuses années. Or, en 1991, la résidence est devenue un bien public inscrit au Patrimoine Culturel de la Communauté autonome.
Pourtant, les héritiers de Franco, sous l’égide de sa petite-fille Carmen, se sont opposés jusqu’à ce jour à toutes les visites d’inspections des représentants du ministère de culture. L’intérêt public du « monument » est entré en concurrence avec les intérêts privés de la famille Franco. Ayant profité du rôle public du dictateur pour s’approprier ce patrimoine culturel, elle veut à présent faire de son histoire une affaire privée.
La réélection de Zapatero à la présidence du gouvernement a confirmé la nécessité de la révision de la mémoire du franquisme et une nouvelle opportunité a ainsi été offerte aux défenseurs de l’usage public de la propriété. Le Tribunal Supérieur de Justice de Galice a autorisé l’inspection des lieux par l’administration culturelle, dans le courant du mois . Le Tribunal a également accepté, contre la volonté des héritiers du dictateur, qu’un reportage photographique de l’intérieur du palais soit réalisé. En outre, la famille Franco devra ouvrir les lieux au public 4 jours par mois au minimum.
Le travail de mémoire est encore rude en Espagne, plus de trente ans après la mort du dictateur. La « transition démocratique » qui a été menée dès 1975, au prix du renoncement au procès des crimes franquistes, porte aujourd’hui encore les séquelles d’une absence de réparation par les instances de justice. Les réactions à un processus qui n’en est qu’à ses premiers pas sont encore vives.
Mari Carmen Rodriguez

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn