Billet de blog 24 févr. 2009

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Sarkozy et le monde enseignant: de l’ignorance et de l’approximation comme méthode de gouvernement.

« L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même », écrivait l’historien Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire (publié à titre posthume en 1949).

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même », écrivait l’historien Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire (publié à titre posthume en 1949).

Nicolas Sarkozy, qui se pique d’histoire, devrait de temps en temps réviser les classiques. Juste pour éviter ce qui devient malheureusement une habitude : l’approximation pour toute rigueur, la proclamation de contre-vérité en guise d’effet d’annonce. En témoigne le désormais célèbre discours du 22 janvier 2009 sur la recherche.

© GEPetcompagnie

Or, voilà qu’on apprend aujourd’hui dans Le Monde (édition électronique du 24 février ; édition papier du 25 février) que « L’Elysée envisage d’affecter à l’université des professeurs du secondaire ».

Moi-même enseignant dans le secondaire et chercheur-doctorant, ayant exercé à l’université comme chargé de cours et comme attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), me voilà plus qu’intrigué. Je lis donc que l’idée d’affecter (à temps complet ou partiel) à l’université des enseignants exerçant dans le secondaire fut au menu des conversations lors d’un déjeuner à l’Elysée lundi dernier ; déjeuner auquel furent conviés, en compagnie de Xavier Darcos et Richard Descoings, onze enseignants du primaire et du secondaire.

Bonne idée ? En tout cas, comme c’est trop souvent le cas pour tout ce qui touche à l’éducation, redécouverte de l’eau chaude… Car les passerelles entre secondaire et supérieur existent déjà !

On peut ainsi évoquer :

- les chargés de cours : des « vacataires » qui sont pour l’essentiel des enseignants du secondaire venant à l’université assurer quelques heures (en général 48h sur un semestre) en plus de leur service habituel (ces chargés de cours, cherchent ainsi à mettre un pied à l’université sur leur temps libre car ils ne bénéficient d’aucune décharge d’enseignement dans leur établissement de rattachement et pour un simple dédommagement en guise de salaire).

- les PRAG (professeurs agrégés aux universités) et PRCE (professeurs certifiés affectés dans l’enseignement supérieur : université, IUFM, IUT) auxquels s’ajoutent quelques professeurs de l’enseignement professionnel et d’EPS pour un service à temps complet d’enseignement (384 heures). Précisons qu’un professeur agrégé affecté à l’université ne dispose pas du statut d’enseignant-chercheur bien que parfois rattaché aux équipes de recherche.

On pourrait simplement s’amuser ou s’agacer de cette ignorance des réalités actuelles. On peut aussi légitimement s’inquiéter. Que cache ce nouvel effet d’annonce ? Une nouvelle atteinte, déguisée, au statut des enseignants-chercheurs par l’introduction à l’université d’enseignants non chercheurs qu’on imagine donc sans peine moins bien rémunérés ? Que dire également des non-dits de ce projet, de l’ignorance qu’il révèle sur la situation de nombre de jeunes chercheurs doctorants qui sont enseignants dans le secondaire et essaient, tant bien que mal, de concilier les exigences d’un travail de thèse de doctorat (aux contraintes alourdies par la réforme du LMD) avec celles de leur métier d’enseignant ? Si Nicolas Sarkozy souhaite réellement faire entrer des enseignants du secondaire à l’université, il suffirait sans doute d’augmenter le nombre de postes dans la dite université. Les doctorants, les jeunes docteurs sont nombreux à frapper à une porte close.

Valérie Pécresse était ce matin sur France Inter. A la question de Nicolas Demorand qui lui demandait si la réduction des postes à l’université signifiait un sur-effectif elle n’a tout simplement rien répondu…

© 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac