Billet de blog 24 févr. 2009

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Sarkozy et le monde enseignant: de l’ignorance et de l’approximation comme méthode de gouvernement.

« L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même », écrivait l’historien Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire (publié à titre posthume en 1949).

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même », écrivait l’historien Marc Bloch dans son Apologie pour l’histoire (publié à titre posthume en 1949).

Nicolas Sarkozy, qui se pique d’histoire, devrait de temps en temps réviser les classiques. Juste pour éviter ce qui devient malheureusement une habitude : l’approximation pour toute rigueur, la proclamation de contre-vérité en guise d’effet d’annonce. En témoigne le désormais célèbre discours du 22 janvier 2009 sur la recherche.

© GEPetcompagnie

Or, voilà qu’on apprend aujourd’hui dans Le Monde (édition électronique du 24 février ; édition papier du 25 février) que « L’Elysée envisage d’affecter à l’université des professeurs du secondaire ».

Moi-même enseignant dans le secondaire et chercheur-doctorant, ayant exercé à l’université comme chargé de cours et comme attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER), me voilà plus qu’intrigué. Je lis donc que l’idée d’affecter (à temps complet ou partiel) à l’université des enseignants exerçant dans le secondaire fut au menu des conversations lors d’un déjeuner à l’Elysée lundi dernier ; déjeuner auquel furent conviés, en compagnie de Xavier Darcos et Richard Descoings, onze enseignants du primaire et du secondaire.

Bonne idée ? En tout cas, comme c’est trop souvent le cas pour tout ce qui touche à l’éducation, redécouverte de l’eau chaude… Car les passerelles entre secondaire et supérieur existent déjà !

On peut ainsi évoquer :

- les chargés de cours : des « vacataires » qui sont pour l’essentiel des enseignants du secondaire venant à l’université assurer quelques heures (en général 48h sur un semestre) en plus de leur service habituel (ces chargés de cours, cherchent ainsi à mettre un pied à l’université sur leur temps libre car ils ne bénéficient d’aucune décharge d’enseignement dans leur établissement de rattachement et pour un simple dédommagement en guise de salaire).

- les PRAG (professeurs agrégés aux universités) et PRCE (professeurs certifiés affectés dans l’enseignement supérieur : université, IUFM, IUT) auxquels s’ajoutent quelques professeurs de l’enseignement professionnel et d’EPS pour un service à temps complet d’enseignement (384 heures). Précisons qu’un professeur agrégé affecté à l’université ne dispose pas du statut d’enseignant-chercheur bien que parfois rattaché aux équipes de recherche.

On pourrait simplement s’amuser ou s’agacer de cette ignorance des réalités actuelles. On peut aussi légitimement s’inquiéter. Que cache ce nouvel effet d’annonce ? Une nouvelle atteinte, déguisée, au statut des enseignants-chercheurs par l’introduction à l’université d’enseignants non chercheurs qu’on imagine donc sans peine moins bien rémunérés ? Que dire également des non-dits de ce projet, de l’ignorance qu’il révèle sur la situation de nombre de jeunes chercheurs doctorants qui sont enseignants dans le secondaire et essaient, tant bien que mal, de concilier les exigences d’un travail de thèse de doctorat (aux contraintes alourdies par la réforme du LMD) avec celles de leur métier d’enseignant ? Si Nicolas Sarkozy souhaite réellement faire entrer des enseignants du secondaire à l’université, il suffirait sans doute d’augmenter le nombre de postes dans la dite université. Les doctorants, les jeunes docteurs sont nombreux à frapper à une porte close.

Valérie Pécresse était ce matin sur France Inter. A la question de Nicolas Demorand qui lui demandait si la réduction des postes à l’université signifiait un sur-effectif elle n’a tout simplement rien répondu…

© 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Santé
Accès à l’IVG : des progrès dans la loi, des galères sur le terrain
Alors que le droit à l’avortement est menacé dans le monde, des avancées ont été obtenues en France, dont l’allongement du délai légal. À la veille de la journée mondiale du droit à l’IVG, Mediapart a enquêté sur les freins persistants.
par Alexandre Léchenet et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda