Billet de blog 8 juin 2012

Encore la Maison de l'Histoire de France...

Nicolas Offenstadt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une intervention utile de la CGT archive :
DÉCIDÉMENT, NON À LA
MAISON DE L’HISTOIRE DE FRANCE !
Fossoyeurs de l’Histoire, de la Culture, de la Fonction publique et des Archives nationales, ils ont activement servi Nicolas Sarkozy, sa politique réactionnaire de l’identité nationale et son projet national-chauvin de Maison de l’histoire de France (MHF). En grande partie, revoilà les mêmes qui organisent aujourd’hui le colloque intitulé « Exposer l’histoire des villes et des territoires. Pratiques muséales du XIXe au XXIe siècle ». Comme si de rien n’était, comme si le 6 mai dernier François Hollande n’avait pas été élu. Or, tout le monde sait que François Hollande s’est clairement prononcé contre le projet sarkozyste de Maison de l’Histoire de France.
Ainsi, comme pour se rassurer, certains veulent voir en la tenue de ce colloque estampillé MHF la marque de la volonté gouvernementale et de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, de se réapproprier un projet nauséabond. Qu’ils se rassurent comme ils peuvent…
Pour notre part, nous estimons que rien ne doit remettre en cause les engagements pris et nous affirmons qu’il ne peut exister de Maison de l’Histoire de France de gauche. La MHF ne répond à aucun besoin de la population ou de la communauté scientifique. La MHF est un outil idéologique au service de la réaction : exaltation de la France éternelle, réécriture du roman national, fin de la repentance et des lois mémorielles…
Manque de moyens pour la recherche, dégradation des conditions d’enseignement dans le supérieur et le secondaire, révisions des programmes, de toute part l’Histoire a été attaquée ces dernières années. Les maux sont connus et l’urgence n’est certainement pas à la création d’une maison-musée d’histoire.
D’autant que la MHF a pour conséquence d’amputer les Archives nationales de 13 500 m2 de locaux, soit une perte nette de 20 kilomètres linéaires de capacité de stockage pour l’institution. 
Créées dans le souffle de la Révolution Française, les Archives nationales - et les documents qui y sont conservés - sont notre mémoire collective ainsi que des sources incontournables pour tous ceux qui étudient et écrivent l’histoire. Il en va de même pour des milliers de nos concitoyens qui, chaque année, établissent et font valoir des droits (propriété, nationalité, succession, famille, carrière…) grâce à l’accès aux documents d’archives.
Il n’y a que ceux qui publient beaucoup sans jamais consulter en salle qui osent nier les besoins de l’institution en matière d’espace ou éludent le travail minutieux et inlassable réalisé par des générations d’archivistes, manutentionnaires, documentalistes, relieurs, restaurateurs, photographes, ouvriers et personnels administratifs. Ceux-là sont de bien piètres historiens. Collecter, conserver, classer, inventorier, conditionner, communiquer, derrière ces tâches, quotidiennement, des femmes et des hommes œuvrent à la préservation et à l’enrichissement de ce patrimoine commun. 
C’est donc au nom de l’histoire que les Archives nationales seraient sacrifiées. Comprenne qui pourra ? Sans nous !
En ce qui nous concerne, nous irons jusqu’au bout de notre combat et sommes sûrs de gagner.
Paris, le 7 juin 2012
Contact :
CGT Archives
téléphone : 01 40 27 63 33 / télécopie : 01 40 27 63 66

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier