Billet de blog 4 oct. 2021

Climat : Quand est-ce que nos dirigeants arrêtent les blablas ?

Notre jeunesse est victime d'effets de mode, de tendances ou encore, poussée à consommer plus en étant continuellement influencée, le tout, orchestré par un marketing ultra agressif de multinationales dont l'intérêt est l'argent. Alors quand des jeunes sortent la tête de l'eau pour dénoncer ces dérives et réclamer de vraies mesures pour le climat et l'urgence sociale, ça dérange…

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mise à jour le 4 octobre 2021 à 14h

A l'approche de la COP26, les climatosceptiques s'attaquent aux jeunes qui réclament des changements à nos dirigeants © Capture

Une publication refait surface sur les réseaux sociaux d'un texte, traduit dans plusieurs langues, d'une chronique de l'animateur australien, Alan Jones, connu pour être un journaliste haineux, polémiste, voir réactionnaire, une sorte de Zemmour à l'australienne. Un écrit qui remonte à 2019.

Ce texte s’attaque à toute une jeunesse dont Greta Thunberg, une jeune suédoise militante écologiste née en 2003 et engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique, porte leurs paroles sur la scène internationale. Ce qui dérange, c’est cette forme d’arrogance à vouloir faire la leçon aux dirigeants du monde. Une jeunesse qui réclame depuis plus de trois ans, à ces dirigeants, de prendre des mesures fortes et réelles face à ce réchauffement climatique devant lequel l’urgence écologique et sociale est là, pas dans 5, 10 ou 20 ans. Des revendications légitimes dans la continuité d'actions entreprises par de nombreuses associations et collectifs en France et dans le monde, préoccupation que nous avons retrouvé durant le week-end des 1, 2 et 3 octobre à Metz avec « Vent de Bure »(1) ou à Strasbourg avec un festival (2) et une marche (2) pour le climat et l'urgence sociale.

Au-delà de la question de qui est le journaliste à l'origine du texte, je note au premier abord des ′′éléments intéressants′′ dans son propos lorsqu'il énumère avec une certaine provocation, la liste "tendance" des faits et gestes de la jeunesse actuelle :

« Vous êtes la première génération qui a exigé la clim dans chaque salle d'audience ; vos cours sont tous faits sur ordinateur ; vous avez un téléviseur dans chaque pièce ; passez toute la journée à utiliser des moyens électroniques ; au lieu de marcher à l'école, prenez une flotte de moyens privés qui empochent les voies publiques ; vous êtes le plus grand consommateur de biens de consommation de toute l'histoire, achetant sans cesse les vêtements les plus chers pour être ′′ tendance ′′ ; votre protestation est médiatisée par des moyens numériques et électroniques. »

Sauf que sa critique pointe « l'égoïsme » de nos jeunes, alors qu'ils sont les VICTIMES d'un système mondialiste orchestré par le « dicta » des multinationales, à la tête desquelles se trouvent des personnes de son âge, voire plus vieux.

Manifestation pour le climat et l'urgence climatique, samedi 2 octobre 2021, dans les rues de Strasbourg © Bruno Dalpra

L’ETAT FRANÇAIS EST SOUS PRESSION, MAIS N’AGIT PAS !

À la veille de l’ouverture de la 26e Conférence des parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26)(3) qui se déroulera à Glasgow au Royaume-Uni entre le 1er et 12 novembre 2021, on peut s’interroger sur les raisons de voir resurgir des propos mettant en doute la notion de crise climatique, tout en pointant la sincérité de ses jeunes qui se mobilisent pour climat et l’urgence sociale.

Sur le terrain, l’État Français n’a toujours pas compris que l’urgence climatique et sociale demande des mesures qui doivent casser le « dicta » des multinationales. La France, grande puissance mondiale, doit montrer l’exemple et sortir des discours policés que nous tient Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée. Son « The Make Our Planet Great Again » de juin 2017 a peut-être été joli sur la scène médiatique mondiale, mais la réalité de sa loi Climat et Résilience, présenté comme LA loi-cadre de son quinquennat dans la lutte contre le réchauffement climatique, ne change rien ou presque dans la vie de tous les jours puisqu’elle ne reprend qu’à peine 10% des propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Aujourd’hui, la notion d’une nécessité écologique dans la prise de décision de nos dirigeants, notamment en France, est de plus en plus assimilée dans la population. La pression combinée des ONG, des jeunes et citoyens engagés, renforcée par des décisions de justice, comme celles prises contre l’État Français, montre qu’il faut que les états arrêtent de faire semblant. Nous n’avons qu’une seule planète. STOP aux blabla… action !


(1) « VENT DE BURE/CATTENOM STOP EURATOM » à Metz, festival des antinucléaires et opposants au projet CIGEO à Bure, événement qui c'est  déroulé les 1, 2 et 3 octobre 2021 à Metz. Voir les infos sur le festival ici – Revue de presse avec un article de France Bleu. à lire ici.

(2) Les 1, 2 et 3 octobre, à l'imitative de "Citoyen·ne·s Pour Le Climat · Strasbourg" et avec plusieurs associations et collectifs locaux, un « FESTIVAL CLIMAT » c'est organisé à Strasbourg avec 2 projections (le vendredi soir), une marche pour le climat et l'urgence sociale (le samedi) et un village associatif avec des tables rondes, de la restauration et des concerts – (re)voir le programme ici – voir des images de la manifestation ici . Durant le week-end, "les jeunes pour le climat" (Youth for Climate) ont voulu également mettre le focus sur une meilleur éducation et renvoient à la tribune publié d'avril 2019 où ils réclament un  « enseignement aux enjeux environnementaux » qui  soit pleinement instauré au collège et au lycée. A lire ici.

(3) Ciel menaçant à un mois de la COP26 cruciale pour le climat 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille