Pandora Papers : des révélations prévisibles !

Après les Panama Papers, voici les Pandora Papers. Plusieurs dirigeants et personnalités fortunés ont dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore, notamment à des fins d'évasion fiscale, selon une enquête publiée le 3 octobre 2021 par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Des révélations prévisibles qui renforcent...

Crée le 5 octobre 2021 – Mise à jour le 6 octobre 2021 à 11h24

 © capture © capture
Pandora Papers (1) –  Myret Zaki explique sur compte Facebook, qu'en 2010 est paru « Le secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale », un livre qu'elle a écris et qui "prédisait que les trusts offshore deviendraient l'outil de choix pour l'évasion fiscale, après la mort du secret bancaire suisse, et que les USA récupéreraient le marché des clients non déclarés de la Suisse. Que les juridictions anglo-saxonnes profiteraient de la mort du secret bancaire - les Caïmans, ou des Etats américains comme le Delaware, le Dakota, le Wyoming - et capteraient la part du lion dans la gestion des avoirs non déclarés, grâce au trust, un outil bien plus élaboré que le secret bancaire", explique-t-elle.

« Les Pandora Papers révèlent cela mot pour mot et révèlent l'immense potentiel d'opacité des trusts, que j'ai souligné en détail dans ce livre d'il y a 11 ans. »

Myret Zaki ajoute que "Ces dernières années, on entendait souvent dire que non, l'évasion fiscale est derrière nous, et qu'elle est parfaitement réglementée par l'OCDE. Mais comme je le prédisais, il n'en était rien, car la géopolitique joue un rôle majeur. Des grandes puissances comme les USA peuvent s'autoriser des pratiques d'évasion fiscale dignes des années 70 et 80, mais encore plus opaques, tout en les refusant au reste du monde. Tout comme les juridictions contrôlées par le Royaume Uni (îles vierges, Caïmans) et par la Chine (Hong Kong). Je ne peux donc que répéter la conclusion du livre, toujours valable 11 ans après: si si, accueillir l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent sur son sol, sans être inquiété, est bien un privilège de grandes puissances, et surtout de puissances nucléaires (une affirmation que beaucoup n'ont pas réussi à avaler, mais qui est l'évidence de notre état du monde, chaque jour démontrée par les faits)."

. © Dessin de Dr Meddy, Tanzanie, Cartoon Movement . © Dessin de Dr Meddy, Tanzanie, Cartoon Movement

LUTTER CONTRE L'EVASION FISCALE ET L'ENRICHISSEMENT DES ENTREPRISES DU CAC40 A DU SENS !

Comme quoi, quand les économistes engagés comme par exemple Maxime Combes avec Attac France, ont raison de dénoncer la situation financière des entreprises du CAC40 qui profite à l'enrichissement de leurs dirigeants, à contre-courant de la crise économique et sociale lié entre autre, à celle de la covid.

L'UE dispose d'une « liste noire » des paradis fiscaux, ce qui n'empêche pas l'évasion fiscale au regard des révélations des Pandora Papers © source : Le Figaro L'UE dispose d'une « liste noire » des paradis fiscaux, ce qui n'empêche pas l'évasion fiscale au regard des révélations des Pandora Papers © source : Le Figaro
11 300 milliards de dollars envolés dans les paradis fiscaux. Le scandale « Pandora Papers » révèle une évasion fiscale dénoncée depuis plus d'une décennie alors que la levé du secret bancaire suisse en 2009 aurait du mettre un terme à cette pratique, garantie par la réglementation de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), organisme internationale d'étude économique, dont les pays membres sont censés la respecter.
En réalité, personne ne joue réellement le jeu puisque par exemple en France, l'Etat préfère appauvrir une partie de sa population avec l'entrée en vigueur le 1er octobre 2021 de la réforme de l'assurance-chômage ou d'engager des mesures pour combattre la fraude sociale, en entretenant des stéréotypes mensongers, au lieu d'engager un vrai combat pour aller récupérer les 80 milliards d'évasion fiscale estimé pour la France. 

À la lecture des noms dévoilés dans la liste des Pandora Papers, nous pouvons vite nous rendre compte que l'influence entre les dirigeants mondiaux, certains politiciens d'influence, souvent eux-mêmes millionnaires et les milliardaires, brouillent la carte autour des enjeux de la lutte pour éliminer l'évasion fiscale. Dans cette liste, nous retrouvons 300 personnalités publique, 35 chefs d'Etat et 130 milliardaires.

Merci aux lanceurs/lanceuses d'alerte !

Dans cette affaire, les économistes engagés ont raison de pointer l'enrichissement des entreprises du CAC40, au service de leurs dirigeants et principaux actionnaires. Ils ont raison de dénoncer le manque de courage des dirigeants à combattre l'évasion fiscale et on comprend mieux encore aujourd'hui.

Mais demain, que va-t-il se passer ?

« Protéger le climat et respecter les limites planétaires, mettre fin à la misère, reconstruire nos écoles ou l'hôpital public... Les gouvernements le répètent sans cesse : nous manquons d’argent pour agir ! », dit Marie Toussaint (2), eurodéputée écologiste, cofondatrice de Notre affaire à tous. Car oui, l'argent existe, il suffit d'aller le chercher !

L'évasion fiscale, le cheval de bataille d'Emmanuel Macron... ou pas ! – Nous étions en 2018 ! © dessin : Allan Barte L'évasion fiscale, le cheval de bataille d'Emmanuel Macron... ou pas ! – Nous étions en 2018 ! © dessin : Allan Barte


(1) Pandora Papers – le consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a publié le dimanche 3 octobre 2021 des enquêtes issues d’une gigantesque fuite de documents provenant de quatorze cabinets spécialisés dans les paradis fiscaux. Quelque 300 responsables publics, 35 chefs d’État et 130 milliardaires y figurent.


(2) le texte de Marie Toussaint peut être lu dans le 3e commentaire de cet article.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.