Macron : sa capacité de faire croire qu'il agit pour le climat est déconcertante !

Emmanuel Macron a la capacité de faire croire qu'il agit pour le climat, là où les exemples du contraire sont légion depuis le début de son quinquennat. Il l'a encore démontré ce lundi 20 septembre devant le Conseil de l'ONU.

Emmanuel Macron n'a aucun complexe, ni de conscience et encore moins d'état d'âme face à l'urgence climatique. Comme si la France était leader dans les mesures entreprises pour limiter l'impacte du réchauffement. Comme si le parlement avait voté une loi Climat et Résilience ambitieuse, conforme aux 149 propositions de la Convention Citoyen pour le Climat.


« +2.7°C à horizon 2100. Ce scénario est dramatique.

+2.7°C, les États insulaires mesurent ce que cela implique pour leur devenir. Aucun pays n'en sortira indemne. Les incendies de cet été en Méditerranée, en Russie, en Californie, en Amazonie, en sont une illustration de plus.

Le temps de la prise de conscience est derrière nous. Nous devons nous donner les moyens d’atteindre la neutralité carbone au niveau mondial d’ici 2050, en réduisant nos émissions, en sortant du charbon et des énergies fossiles.

L’objectif le plus ambitieux que nous nous étions fixé à Paris en 2015, 1.5°C, est encore possible à condition d'agir tous, maintenant. N'ayons pas honte de l'héritage que nous laisserons à nos enfants.

L'écologie est le combat du siècle. L’Europe sera au rendez-vous. Mais l'Europe ne pourra pas faire seule. Chaque État doit être à la hauteur des engagements pris à Paris en 2015.

Voilà le message que j'ai porté ce jour auprès des États réunis par le Secrétaire général des Nations unies. »


Ce message qu'il a porté ce lundi 20 septembre auprès des États réunis par le secrétaire général des Nations unies est le parfait exemple de sa capacité de faire croire qu'il agit pour le climat, là où les exemples du contraire sont légion depuis le début de son quinquennat. La régularité de ses blabla a eu raison de trois ministres de l'écologie. La dernière, devrait tenir la chandelle jusqu'aux prochaines élections présidentielles. Un constat affligeant dont il n'a pas honte... Dans sa bulle, il est peu probable qu'il ait conscience de son échec.

Le 2 octobre prochain, à l'appel de plusieurs associations, une nouvelle marche pour le climat aura lieu à Strasbourg, un territoire qui sait ce que vaut la parole présidentielle en matière d'écologie avec le contournement ouest de Strasbourg (GCO), autoroute imposée par l'État en 2018, contre toute logique environnementale (7 avis négatifs). Le tribunal administratif donnant raison aux opposants trois ans trop tard sur la plupart des manquements environnementaux du projet (20 juillet 2021)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.