Billet de blog 25 oct. 2021

Vittel : le scandale Nestlé !

Dans les Vosges, sur la commune de Vittel et dans ses environs, des habitant·es et citoyen·nes ont engagé un bras de fer avec le géant Nestlé, propriétaire de la marque Vittel, eau minérale française moyennement minéralisée appartenant à Nestlé Waters, division Eaux du groupe suisse Nestlé depuis 1992.

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mise à jour le 26 octobre 2021 à 18h55 

© photo We Report

 L'Eau qui mord (1) est un collectif qui défend « son eau », à VITTEL dans les Vosges, comme partout ailleurs sur la planète, l’eau est menacée par le pillage industriel. Dans les viseurs des militants : Nestlé Waters, propriétaire de la marque Vittel, eau minérale française moyennement minéralisée appartenant à la division Eaux du groupe suisse Nestlé depuis 1992.

Plusieurs articles récents viennent conforter les habitants de Vittel et militants dans leur bras de fer engagé contre la multinationale.

Le 18 octobre dernier, Alexander Abdelilah et Robert Schmidt, deux journalistes du Collectif de journalistes indépendants We Report, ont publié un article intitulé « Eau : Lidl plonge la marque Vittel dans la crise » dans lequel ils expliquent que les enquêtes mené par leur collectif ont déjà lourdement mit en cause Nestlé pour sa gestion de la nappe phréatique dans les Vosges et voilà que « le géant de la distribution Lidl annonce qu’il va cesser de vendre les bouteilles de Vittel dans ses magasins allemands ». Ni Lidl, ni Nestlé ont voulu commenter cette décision aux journalistes qui rapportent que pour Eau 88, le collectif citoyen opposé aux pratiques de Nestlé, la raison de ce revirement de Lidl ne fait pas non plus de doute. « C’est bien sur les arguments de l’épuisement de la nappe et de la pollution plastique que Lidl met fin à la vente de l’eau de Vittel dans ses magasins. Cette décision démasque les mensonges de Nestlé qui déclare protéger l’eau, la puiser sans l’épuiser et préserver la biodiversité des écosystèmes. »

– lire l’article de Médiapart ici :
Eau : Lidl plonge la marque Vittel dans la crise

L'article de Médiapart fait suite à la révélation, le 7 octobre par le magazine allemand Manager Magazin, de l'expiration du contrat liant LIDL à NESTLE-VITTEL en Allemagne.

– lire l’article ici :
Nestlé zieht umstrittenes Wasser Vittel zurück

– lire la version traduite de l’article ici :
Nestlé retire l'eau controversée de Vittel

L'eau est un bien commun sur laquelle des entreprises comme Nestlé, voudraient mettre la main dessus. Seulement, des citoyens vigilants, à l'image du collectif L'eau qui mort, bataille aux côtés d'associations, à l'image de Eau 88, pour faire valoir nos droits sur l’eau… 

Parce que le risque de la surexploitation des ressources en eau est son épuisement, comme l'évoque un documentaire diffusé sur ARTE le 19 octobre dernier.

« A sec - la grande soif des multinationales » – un documentaire sur Arte, à voir en replay (durée 55 mn)

« À SEC - LA GRANDE SOIF DES MULTINATIONALES »
Un documentaire sur Arte, à voir en replay (durée 55 mn)

On y voit "Nestlé Waters qui contrôle le territoire de Vittel dont il surexploite sciemment l’aquifère. La firme suisse se trouve désormais embourbée dans une affaire de prise illégale d’intérêts doublée d’un scandale de pollution des sols" • On y voit aussi Danone à Volvic et de Coca-Cola à Luneburg, en Allemagne.

« l'eau est à nous, pas aux multinationales ! »,

Pour le collectif L'eau qui mord, il est nécessaire d'aller vers une entente des luttes contre le pillage et la pollution – « l'eau est à nous, pas aux multinationales ! » – disent-ils.
Nous pouvons être plus que d'accord. L′eau est un bien commun qui est à la disposition de toutes et de tous dans la limite de ses besoins personnels mais qui n′appartient à personne. Une eau que nous devons apprendre à économiser face aux sécheresses qui vont se répéter. Un autre sujet sur lequel nous reviendrons. 

A la suite de la diffusion du documentaire d’Arte, le journal Vosges matin a relayé “la réponse de Nestlé pour qui ce documentaire « ne reflète ni la réalité ni l’engagement de Nestlé à contribuer au développement durable du territoire » (VM édition du 22 octobre), rapporte L’eau qui mord sur son compte Facebook et qui ajoute :

“Le journal poursuit : « Pour Nestlé Waters cependant, impossible de nier la présence de déchets sauvages…. Devant les images diffusées, la société a rappelé qu’elle avait déjà chargé Seureca , filiale de Véolia, d’effectuer une évaluation environnementale complète de ces sites ». Sans donner aucune échéance prévisionnelle pour l’évacuation des décharges et la dépollution des sites.
La « réalité » c’est quoi ? L’Etat démissionne une fois de plus face à l’« engagement de Nestlé ». Il laisse à la multinationale suisse la responsabilité de gérer ce nouveau problème en partenariat avec Véolia, une autre multinationale pour qui le monde est plein d’opportunités » comme en atteste le scandale de l’eau en Guadeloupe.
Selon Nestlé, Seureca serait « experte dans les stratégies de gestion des déchets ». Pour exemple, à Dandora au Kenya, cette filiale de Véolia a résolu le problème d’une décharge arrivant à saturation par la création d’un nouveau « centre d’enfouissement technique». Seureca s’inspirera-t-elle de sa « référence emblématique » kényane pour les décharges de plastique Nestlé ? Après « puiser sans épuiser », Nestlé va-t-il proposer pour Vittel le nouveau slogan « enfouir sans désenfouir " ? L’Etat et les élus apprécieraient sûrement !
Malgré plus de 168 000 signatures lui demandant de dépolluer ses décharges et d’abandonner ses poursuites, Nestlé n’a toujours pas retiré sa plainte contre les lanceurs d’alerte (plainte contre X avec dégradation en réunion et effraction). Dans l’affaire de la décharge mise à jour à coups de pelle mécanique, la gendarmerie a entendu l’agriculteur Didier Thouvenin puis Bernard Schmitt porte- parole du Collectif Eau 88. Elle a annoncé convoquer prochainement Jean-François Fleck, Président de VNE lui aussi porte-parole du Collectif …
Nestlé poursuit ses pratiques criminelles écocides mais ce sont les défenseurs de l’eau qui risquent de se retrouver face à la justice !"

sources à voir et à lire :

signer et partager :
Nestlé : dépolluez vos décharges et abandonnez les poursuites !

La lutte continue ! L’eau pour la vie, pas le profit ! 


(1) L’eau qui mord – « Ici, nous défendons notre eau ».

A VITTEL dans les Vosges, comme partout ailleurs sur la planète, l’eau est menacée par le pillage industriel. Face à l’inaction voire la complicité des pouvoirs publics et des élu.e.s, c’est aux citoyennes et citoyens de s’indigner et d’agir. On se mobilise ! Pour que l’eau reste un BIEN COMMUN et non une marchandise au seul profit des multinationales et de leurs actionnaires.

L’eau qui mord, support libre et indépendant de toute association ou mouvement politique, est solidaire du Collectif eau 88 en lutte contre la surexploitation de l’eau dans le secteur VITTEL-CONTREX et met ses différents supports à sa disposition – aller sur leur site ici


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan