Billet de blog 30 nov. 2021

Crise sociale et climatique : 17 Mds d'euros de cach brûlés par les groupes du CAC40

L'Observatoire des multinationales sort une nouvelle alerte sur les aides publiques versées sans conditions aux groupes du CAC40 qui servent à entretenir le niveau de rémunération de leurs actionnaires sur le dos de la planète et des salariés...

Bruno Dalpra
Citoyen engagé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

@transnationales

voir la publication sur le compte twitter de l'Observatoire des Multinationales

[LE SAVIEZ-VOUS ?]

En 2021, les groupes du CAC40, dont 100 % sont soutenus par les aides publiques, ont brûlé 17 milliards d'euros  de cash pour racheter leurs propres actions et augmenter la rémunération de leurs actionnaires.

C'est équivalent à

  • la construction de 34 hôpitaux publics
  • la rémunération annuelle de 320 000 personnes au salaire moyen
  • une aide de 10000 € par étudiant
  • la rénovation intégrale de 320 000 passoires thermiques

Dans le même temps, toutes ces entreprises vous disent qu'elles agissent à réduire leurs émissions de CO2, contribuent à limiter le réchauffement climatique et se présentent comme des sociétés pleinement engagé dans l'environnement à plus vertueuse que le diable lui-même. Foutaise puisque dans le même temps, l'objectif qu'elles ont toutes c'est  de fabriquer des dividendes avec le concours des contribuables, floués deux fois : quand ils paient leur impôt et quand ils consomment.

Le climat et les 99 %, ce ne sont pas leur priorité ! 

«


17 milliards d'€ de cach brulés pour servir les intérêts exclusifs des actionnaires avec la complaisance de l'État et sur le dos de l'emploi

» 

Parce qu'en réalité, malgré la fin annoncée du « quoiqu’il en coûte », le robinet des aides publiques aux entreprises continue à couler à flots. Avec le plan France 2030 et la poursuite des achats de titres par les banques centrales, ces aides profitent de manière quasi exclusive aux très grandes entreprises, toujours sans conditions sociales, écologiques ou fiscales.

Ce soutien massif par les pouvoirs publics, à l’utilité économique douteuse, explique pour partie les records de capitalisation boursière enregistrés par le CAC40 cet automne. Ces records sont alimentés par les liquidités sur les marchés, le versement croissant de dividendes et des montants exceptionnels de rachats d’actions :

  • Près de 3 milliards d’euros de dividendes 2021 supplémentaires cet automne (Alstom, complément BNP Paribas, Pernod Ricard), et des avances sur dividendes de plusieurs groupes dont Total et Orange.
  • Aux 6 milliards d’euros de rachats d’actions au premier semestre 2021, en pleine pandémie, s’ajoutent au moins 11 milliards supplémentaires depuis juillet 2021.

Le CAC40 a affiché des bénéfices record au premier semestre 2021 (plus de 57 milliards d’euros, 22 fois plus qu’au premier semestre 2020 et 30 % de plus qu’en 2019, avant la pandémie). En revanche, ni ces profits record ni les aides publiques massives débloquées au profit du CAC40 ne l’empêchent de supprimer des emplois :

  • Sur 12 douze entreprises qui affichent les plus gros bénéfices au premier semestre 2021, 7 figurent également parmi celles qui ont supprimé le plus d’emplois en 2020.
  • Stellantis (-4 780 emplois en 2020), LVMH (-12 830 emplois), ArcelorMittal (-23 505 emplois) représentent 30 % des bénéfices du CAC40 au premier semestre ; et même 50 % de ces bénéfices avec BNP Paribas (-5 497 emplois)

source : Observatoire des multinationales - novembre 2021

@transnationales

ALLO BERCY – Novembre 2021

 
CAC40: des records financés par les aides publiques

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato