Véronique Duval
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Vert-tige

Suivi par 435 abonnés

Billet de blog 16 nov. 2019

Chris de Stoop à Cognac pour Ceci est ma ferme

Rencontre avec Chris de Stoop, auteur de Ceci est ma ferme, au salon des littératures européennes de Cognac : dimanche 17 novembre. Un homme contraint de reprendre l'exploitation familiale en Flandres découvre ce qu'est devenue la paysannerie moderne. Edité chez Christian Bourgois, le livre a reçu le prix du Livre du Réel cette année.

Véronique Duval
auteure, éditrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi soir, je rencontre Chis de Stoop qui vient d’arriver au festival de littérature européenne de Cognac. Nous parlons de son livre, afin de préparer l’intervention prévue dimanche matin.Je viens de le terminer, je suis habitée par ce récit poignant. Face à moi, un homme au visage long et fin s’exprime avec infiniment de retenue.

Chris de Stoop est belge flamand, écrivain et journaliste. Ceci est ma ferme est paru en 2018, en néerlandais. Le livre a eu un grand succès en Belgique et aux Payx-Bas.Trasduit en français, il a reçu cette année le Prix du livre du réel*, décerné à la Maison de la Poésie à Paris. 

Issu de deux lignées de paysans, Chris de Stoop a grandi avec son frère dans la ferme familiale, situé dans les polders qui bordent l’Escaut, près du port d’Anvers. Il l’a quittée pour devenir écrivain et journaliste. Son frère avait la vocation et est devenu paysan, associé avec sa mère au décès du père. Après le suicide de son frère, le narrateur revient à la ferme et mène l’enquête sur la situation des paysans des polders, du côté du port d’Anvers.

Dans cette région gagnée sur la mer, les fermes sont installées depuis des siècles. Le paysage intègre une centrale nucléaire, un mega-complexe chimique et les porte-containers hauts comme des immeubles.
Le port veut s’agrandir. Des compensations écologiques sont prévues : pour chaque hectare de port, un hectare de « nouvelle nature ». Pour 800 hectares de port, 800 hectares sont attribués à une association écologiste pour créer de la  « nouvelle nature ». Ces  1600 hectares sont pris sur les fermes alentours. Les paysans sont expropriés. Les fermes centenaires sont détruites. Les paysages séculaires sont bouleversés. On coupe des arbres, on inonde des terres. 

1es  paysans protestent, manifestent, résistent. Rien n’y fait. Les habitants historiques de ce territoie sont chassés de chez eux, Au nom de l’économie, par une alliance  qui se proclame « pragmatique » de la mondialisation et d’une écologie bureaucratisée, passée à la moulinette d'une vision "écocentriste". 

Sans ce livre, d'une sobriété et d'une sensibilité lumineuses, qui raconterait cette histoire ? Hormis un reportage paru dans Libération sur la ville fantôme de Doel, je n'ai trouvé nulle part de tel récit. En revanche, j'ai trouvé plusieurs publications vantant la depolderisation, et des documents de la Commission européenne. Nulle part, la situation humaine n'est évoqué autrement qu'en terme de "résistance au changement".

*Créé en 2016 par la librairie Mollat et le journal Sud-Ouest, le Prix du Livre du Réel promeut des livres de non-fiction qui associent la littérature et l'enquête. Le jury est composé de : Florence Aubenas, Yves Harté, Jean Paul Kauffmann, Philippe Lançon, Florence Martin-Kessler, Olivier Weber, Pierre Coutelle et Sylvain Arrestier. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra