Je deviens une guetteuse

Greenpeace lance sa campagne « Je deviens un guetteur ». L’idée est de demander aux firmes agro-alimentaires leur position au sujet des pesticides, OGM, savoir quels produits elles utilisent  pour fabriquer notre nourriture.

 © Greenpeace © Greenpeace
Greenpeace lance sa campagne « Je deviens un guetteur ». L’idée est de demander aux firmes agro-alimentaires leur position au sujet des pesticides, OGM, savoir quels produits elles utilisent  pour fabriquer notre nourriture.

 

Certains cultivateurs pensent cultiver des champs de maïs sans OGM. Or il arrive que des firmes piègent ces agriculteurs en leur refilant des OGM dans leurs semences. Amusant, non ? La firme malhonnête,  c’est le semencier espagnol Semillas Fito. Si l'OGM est dans les semences, il se retrouve forcément dans notre alimentation à l’insu de notre plein insu.

Nous avons le pouvoir et le devoir d’agir, en choisissant en toute connaissance de cause ce qu’il y a dans notre assiette, et en devenant un guetteur, pour sortir la France de l’agriculture toxique.

Tout est là, sur le site de Greenpeace, consultable jusque dans les plus petits recoins pour savoir quoi mettre dans son caddie : http://greenpeace.fr/guetteur/

 

Lisez bien par exemple la liste des marques en rouge, celles qui ne font aucun effort pour fabriquer des produits hors pesticides et OGM, et enfin, atterrissez sur le paragraphe vert, celui des firmes qui ont fait le choix de produits non agressifs pour les abeilles , et sans OGM. Certaines entreprises sont en orange, elles font des efforts méritoires pour améliorer leurs qualités environnementales. Pour résumer, à moins d’avoir une amap près de chez soi, ou un jardinet bio, il ne va plus rester grand chose au fonds du caddie …

La page du calendrier des légumes et fruits de saison est particulièrement instructive. A lire et à relire.

 

En devenant guetteurs, nous devenons plus vigilants et attentifs à ce que nous mangeons. Greenpeace se charge d’interpeller les entreprises et de leur monter que nous ne les lâcherons pas tant qu’elles n’ont pas fait preuve de bonne volonté à mieux faire.

Nous voulons être nourris, pas empoisonnés. Les abeilles, entre autres, nous remercieront ! Guettons, camarades, guettons ! 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.