mot de passe oublié
Live
Parrainnez vos amis

«En direct de Mediapart» : six heures pour nos libertés. Tous à Grenoble !

Rendez-vous dimanche 7 février, dès 16 heures, pour un événement spécial en direct du Palais des sports de Grenoble.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME
Le Club de Mediapart dim. 7 févr. 2016 7/2/2016 Dernière édition

Lettre ouverte à Stéphane le Foll

La France, modèle mondial de l’agroécologie ?

Par Richard Marietta (18 décembre 2012)

L’agriculture française a perdu 160 000 paysans entre 2000 et 2010, soit 21 % de sa population active. Une véritable « hémorragie sociale » qui ne doit pas être ignorée lors de la conférence nationale « Produisons autrement » le 18 décembre. Dans une lettre ouverte au Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, la fédération internationale de l’agriculture biologique Nature & Progrès appelle à une réforme agraire. L’enjeu, devenir le « modèle mondial de l’agroécologie ».

Nous nous félicitons, monsieur le Ministre, de vos récentes déclarations : « La France doit être le modèle mondial de l’agroécologie. Il faut réconcilier écologie et agriculture ». Nous apprécions la prise en compte de pratiques agricoles écologiques comme l’agroforesterie lors de la conférence nationale « Produisons autrement » organisée par le Ministère le 18 décembre 2012. Cependant, il nous semble regrettable que le volet social ne soit pas du tout abordé dans le cadre de cette Conférence nationale, accueillie pourtant au sein du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE). Pour la pratiquer et la promouvoir depuis plusieurs décennies, nos membres en témoignent haut et fort : « L’agroécologie ne se résume pas à une technique agronomique ! »

Une agriculture plus écologique nécessite plus de main d’œuvre et plus de paysans, de nombreuses études concernant l’agriculture biologique le démontrent. Or en France, c’est l’inverse qui se produit. La réduction et le vieillissement de la population agricole est inquiétante : l’agriculture française a perdu 160 000 paysans entre 2000 et 2010, soit 21 % de sa population active [1]. C’est la plus forte hémorragie sociale toutes professions confondues ! Oserez-vous affirmer que le nombre de paysans doit continuer à diminuer ou au contraire déclarer avec nous que c’est en stimulant les installations et les systèmes autonomes paysans que nous pouvons inverser la tendance pour devenir le « modèle mondial de l’agroécologie » et « produire autrement » ?

Nous soutenons la position de Via Campesina dans la déclaration de Surin datée du 11 novembre 2012 [2], qui défend une vision globale de l’agroécologie et des semences paysannes comme moyen d’atteindre et conserver notre souveraineté alimentaire. Via Campesina se positionne pour une autonomie paysanne indépendante des firmes d’intrants agro-industriels, qui ne relègue pas une poignée d’agriculteurs survivants au statut de sous-traitants de l’industrie agroalimentaire. Une approche écologique de l’agriculture implique un positionnement fort pour la production et la consommation locales par des paysans nombreux, ceci afin de reconquérir la souveraineté alimentaire de la France perdue dans les années 80.

Nous appelons à une réforme agraire, dans le cadre de l’agroécologie, qui prenne en compte les problématiques majeures telles que : l’accès au foncier, l’accès aux semences paysannes, l’adaptation des normes industrielles et des dispositifs administratifs aux agricultures diversifiées à taille humaine, la promotion des circuits courts et des marchés locaux, le changement du système de subvention à l’hectare vers une aide proportionnelle au nombre d’actifs sur les fermes, la suppression des subventions à l’exportation et la révision du système fiscal pour plus d’équité.

Une telle approche permettra de tendre vers un équilibre écologique, social et économique pour les filières agricoles et agro-alimentaires, et servira de base nourricière pour la société dans son ensemble.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre très haute considération.

Pour le Conseil d’Administration de la Fédération Nature & Progrès, son Président,

Richard Marietta, paysan-transformateur dans le Tarn

 

Notes

[1] Source Agreste, recensement agricole 2010.

[2] Texte intégral de la déclaration de Surin disponible sur le site www.viacampesina.org

 

SOURCE BASTAMAG.NET ICI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Le problème n’est pas simple, l’UE a démonté tous les systèmes de régulation, et l’agriculture a été livrée au marché mondial et à ses spéculations. Pas besoin de lire dans les marcs de café pour savoir que les prix des matières premières vont flamber sur le long terme : moins de surface (77 000 hectares de moins chaque année en France !), davantage d’habitants, c’est clair. Il y aura des années avec de grosses collectes et des prix en baisse, mais la tendance lourde est là. En revanche, la consommation de viande bovine va se réduire (il faut 9 kg d’équivalent orge pour 1kg de viande bovine, il n’en faut que 2,5 pour 1 kg de volaille et 1,2 pour un kg se saumon), les rendements augmenteront, mais les prix continueront à monter. Les céréaliers ont de beaux jours devant eux, et le aides agricoles de l’UE pour soutenir les producteurs pourront baisser et même disparaître à terme.

Il faudra une volonté politique forte au niveau européen pour détourner les aides vers une agriculture favorisant la biodiversité et l’emploi, l’installation des jeunes, l’agriculture de montagne… Une partie importante va se jouer en 2013 sur la nouvelle orientation des aides communautaires. Les gros céréaliers feront monter les petits producteurs au créneau, on connaît le scénario. 

Soutenez Mediapart !

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert.
ABONNEZ-VOUS

L'édition

suivi par 181 abonnés

Vert-tige

  • 22 rédacteurs
  • Rédacteur en chef : Corinne N
À propos de l'édition

Cette édition est un espace de paroles pour les passionnés de jardinage et ceux qui s’intéressent à l’agriculture. Il nous faut remettre  urgemment l’homme au centre de tout développement car son

avenir sera politiquement écologique. Notre espèce ne pourra survivre sur une planète souillée, abimée, irradiée.

De l’union de nos initiatives personnelles, du croisement de nos informations et de notre énergie à dénoncer les abus, de nos luttes pour exiger de nouvelles lois environnementales, naîtra un monde plus vert, plus solidaire, plus durablement humain. Ca vous branche ?