Hål Harfang
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Vert-tige

Suivi par 437 abonnés

Billet de blog 29 août 2012

La Terra Preta, une méthode d'avenir en agriculture durable.

La Terra Preta est un sol artificiel, une terre noire exceptionnellement fertile se trouvant sur les bords du fleuve Amazone. C'est l'une des terres les plus fertiles au monde, mais sa particularité est de ne pas être un sol "naturel". Il a été crée entre -800 et 500 par une civilisation précolombienne aujourd'hui disparue.  

Hål Harfang
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Terra Preta est un sol artificiel, une terre noire exceptionnellement fertile se trouvant sur les bords du fleuve Amazone. C'est l'une des terres les plus fertiles au monde, mais sa particularité est de ne pas être un sol "naturel". Il a été crée entre -800 et 500 par une civilisation précolombienne aujourd'hui disparue. 

UN MELANGE COMPLEXE

La terra Petra se caractérise par une terre noire très riches en carbone, et d'une épaisseur allant de 50 cm à 2 mètres. Mais aussi par sa capacité à se renouveler d'elle-même à raison de 1cm par an. Structurellement,  Cet anthroposol est composé de grain de charbon de bois qui sont autant de piège à nutriment facilement accessible pour les plantes…

Cette terre n'est toutefois pas uniquement constituée de morceau de charbon. Les amendements effectués par les populations amazonienne précolombienne consistèrent en un mélange complexe fait de charbon de bois, de tesson de poterie matériaux aussi poreux, de cendre riche en en phosphore et potassium (P et K), de résidu de récolte composté (P et K), de matière organique diverse disponible sur place, ainsi que fumier animal et humain et d'arrête de poisson, d'os broyé, riche en phosphore et calcium… 

QUALITE STRUCTURELLE

Ce sol forme par sa structure un sol aéré donc chaud, poreux, il capte facilement l'eau, il est donc particulièrement propice a un bon développement racinaire... Le charbon, les tesson, quand à eux maintiennent une humidité constante (fraicheur) nécessaire aux échanges chimiques entre les plantes et  le sol…  la particularité de la terra Preta sur ce point tient comparativement à d'autres sol de qualité, à la plus grande disponibilité des éléments chimiques nécessaire à une plante, car il n'est pas tout d'avoir du soleil, de l'eau, un sol aéré et riche, encore faut-il que les éléments du sol ne soit pas totalement captif, donc inaccessible par les plantes… c'est sans doute ici que se trouve le "plus" de la terra Preta en face de nombreux autres sols de qualités égale, naturels ou artificiels…

UNE TERRE VRAIMENT VIVANTE

L'on pourrait penser qu'une terre amendée de charbon plus ou moins actif serait totalement stérile, le charbon étant réputé pour ses facultés bactéricides. Toutefois, dans le cas de la terra Preta il a été démontré que le charbon, par sa porosité, servait de refuge au micro organisme et préservait la vie microbienne nécessaire à un sol riche, vivant et productif.

Car cette terre est une terre surtout vivante car l'on y dénombre plus d'un millier de micro-organisme participant a la fertilité et à la structuration du sol. Mais au-delà de cette diversité microbienne, une variété de lombrics locaux y ont une activité toute particulière, car c'est sans doute grâce a leur action que la terra Preta se renouvèle et gagne du terrain si on lui apporte de quoi s'étendre. En effet, ceux-ci, en absorbant la biomasse et le charbon déposé en surface, en les broyant finement et en faisant migrer ces éléments en profondeurs. Ils permettent à cette terre, tant de conserver ses propriétés exceptionnelles, que de s'étendre…

UNE DEFORESTATION PARADOXALE

La présence d'un sol aussi riche au sein du bassin amazonien réputé pour ses sols argileux et jaunes, très pauvres peux sembler paradoxal quant on sait combien la déforestation vivrière sur brulis est à l'origine de la déforestation massive de la foret amazonienne… la terra Preta existe et est connue depuis longtemps, toutefois les méthodes "indigène" de sa production semble avoir été perdue en même temps que s'effondrait la civilisation qui l'avait inventé

C'est sans doute la raison pour laquelle les populations actuelles ignorant la reproductibilité de cette terre, ne pratique que des cultures sur brulis après déforestation. De fait, ces populations ne peuvent espérer produire plus de deux ans sur une parcelle déforestée, car les terres jaunes de l'Amazonie demandent un temps de jachère de 8 à 10 ans pour renouveler leur faible capacité productive.

Le paradoxe est là, car la terra Preta a des rendements supérieur a de 20 à 50% supérieur sans apport d'engrais à celle des terres jaunes, et ne demande que 6 mois de jachère pour retrouver leur fertilité... Il a été montré qu'avec l'ajout d'engrais une terre jaune devenue terra Preta permettait un bond productif de 800%. L'on à même démontré que ses sols pouvait rester productif pendant 40 ans sans apport extérieur.

Tout le paradoxe de la déforestation est là, car si cette technique de culture avait été transmise les "locaux" n'auraient pas besoin de réduire l'Amazonie en cendre pour survivre, les parcelles supplémentaire déforestée resterait pérenne au lieu de voir les sols dénudées et cendré, être lessivés par les fortes précipitations tropicale.

UNE SOLUTION A L'APPAUVRISSMENT DES SOLS

Ce type d'amendement est donc une méthode sûre d'amélioration des sols les plus pauvres, et une certitude de rendement sans apport externe multiplié par 1,2, ou 1,5, et par 8 avec engrais... Donc de parvenir aux rendements des sols les plus fertiles du monde sans toutefois que ses sols ne s'épuisent, soit tout à fait dans une optique de développement agricole et horticole "durable"…

De fait la volonté de l'usage des terra Preta (car elles sont multiples dans le bassin amazonien) ne saurait donc seulement se limiter aux sols les plus pauvres, car il n'est d'agronomes qui ne sache que la fertilité des sols années après années, au vu et su de nos modes de culture intensive et peu respectueuse de l'environnement dépérissent du fait d'une stérilisation progressive des biotopes microbiens.

Certains disent que jamais nos sols n'ont été aussi pauvre qu'actuellement, même nos terres les plus riches ne résistent pas a l'intensification des rendements, car ses rendements s'accompagnant de l'usage de nombreuse molécules biocides formant des cocktails chimiques dans le sol réduisent la flore et la faune nécessaire à une production tant saine que réellement durable... Les terra Preta sont donc sans doute l'une des solutions les plus sûres quand aux type d'amendement possible des sols dans une optique de durabilité d'une agriculture, qui, sans perdre ses rendements, produirais surtout beaucoup mieux.

Ici, l'exemple précolombien démontre bien qu'il fut possible pour cette civilisation de produire en de grande quantité nécessaire à une population nombreuse, pour une civilisation et pas simplement une agriculture vivrière villageoise. C'est dit-on cette civilisation de l'Amazonie, vivant sur ces terres noire, qui fut à l'origine de la légende de  l'Eldorado, le pays de l'or certes, mais aussi et surtout pays de cocagne, ou tout pousse en abondance et sans difficultés.

UNE SOLUTION DURABLE A L'ECHELLE MONDIALE

Ainsi, l'on peut affirmer que les terra Preta participerons à l'avenir des productions agricole mondiale, car du fait de leurs propriétés exceptionnelles, (durabilité, économies d'intrant, santé du sol, santé des production, résistance aux maladies, moins de traitement), les terra Preta permettrons de produire une agriculture aussi performante, voir plus performante que l'actuelle (du à l'amélioration des sols ingrats) et surtout de retrouver une qualité de production malgré l'intensification nécessaire de la production.

Ainsi promouvoir les terra Preta comme moyen premier à toute volonté de production durable ne doit rester lettres mortes. Car l'on ne peut penser à une agriculture forte dans le futur perdurant dans des méthodes qui réduisent les capacités du sol tant à produire, qu'à fournir des productions saines et de qualités.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat