MARSEILLE, capitale des goals !

Paris, c’est fini, elle cède sa place à Marseille.

Le président l’a choisie comme lieu de vacances sur la colline du Roucas Blanc qui surplombe la Corniche Kennedy et la mer que l’on appelle ici le Golf du Lion !

Son principal opposant, un insoumis, l’avait précédé suite à son élection de député. Le beau parleur a pris ses quartiers, non loin de la Mairie avec comme stratégie de remplacer à brève échéance un sénateur-maire "rémusien" qui va jeter l’éponge dans le Port de la Joliette. Le fief populaire de la Marine est à prendre toutes voiles dehors et il n'est pas question qu'elle bouche l'entrée du Vieux Port aux émigrés. !

La cité phénicienne a toutes  les qualités pour assurer le devenir d’une France en désespérance. Ouverte sur le Monde par la Méditerranée, elle bénéficie de 300 jours de soleil pour 100 jours de mistral qui balaient les odeurs putrides de la cité. Il n’y pas photo avec le climat pollué et nauséabond d’un état parisien voué aux hégémonies d’une clique d’oligarques de tout poil, ni de droite, ni de gauche, mais avides de rançonner le bon argent des français. Ici, à Marseille, pas de problèmes insolubles, tout se règle avec une tournée de pastis et une bouillabaisse à l’Estaque ou à la Pointe rouge.

Seul problème majeur, à la taille d’un stade Vélodrome, c’est celui de l’OM qui, depuis qu’il flirte avec Orange et un amerlock, a des bleus à l’âme, il collectionne les goals à l'envers ! Mais en aucune façon, il est question  d’accueillir des Qataris, à l'image de Zidane, nos Magrébins font l’affaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.