ispahan
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Visages de Marseille

Suivi par 153 abonnés

Billet de blog 30 août 2013

Hervé Germain, l'engagement d'un artiste marseillais

Alors que Marseille a été propulsée capitale de la culture pour l’année 2013 il a été difficile de réellement trouver une place aux artistes marseillais, ceux-là même qui n’avaientt pas quitté la ville, ceux, qui pour rien au monde ne quitteraient Marseille, ceux qui ont Marseille dans la peau, chevillée au corps.

ispahan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que Marseille a été propulsée capitale de la culture pour l’année 2013 il a été difficile de réellement trouver une place aux artistes marseillais, ceux-là même qui n’avaientt pas quitté la ville, ceux, qui pour rien au monde ne quitteraient Marseille, ceux qui ont Marseille dans la peau, chevillée au corps.

Hervé Germain a rencontré Marseille lorsque son père, officier de l’armée française, y a été nommé, il avait alors 16 ans, depuis il n’a plus jamais quitté la ville. Hervé Germain diplômé des Beaux-arts de Marseille, est un artiste dont le travail, si j’avais à le définir, tourne autour de la question du corps comme reflet du moi.

En effet, depuis le début des années 80 Hervé Germain s’est intéressé aux habitants de Marseille, il creuse et construit son Marseille, un Marseille hors cadre celui des lieux invisibles ou plutôt qu’on ne saurait voir. Pour payer ses études aux Beaux-arts il fait des petits boulots qui n’auront de cesse d’être des terrains de recherche pour son art ; ainsi, en tant que moniteur en centre aéré il travaillera avec les enfants des beaux quartiers de Marseille puis il ira de lui-même à la rencontre des enfants  du parc Bellevue, quartier réputé difficile. Aussi construira-t-il une passerelle entre ces deux mondes, les faisant se rencontrer au travers de leurs portraits respectifs par un travail de sérigraphie (1).

Les fins de mois difficiles de l’étudiant des Beaux-arts l’obligeront à accepter un travail d'accueil dans un hôtel de passe de la rue Curiol. Quelques années plus tard, il finira par décrocher un contrat comme designer pour la marque Grain de Sable (2). Suite à un licenciement économique, il décide de tout plaquer et de se consacrer à son travail d’artiste. Il rencontre alors l’Amicale du Nid avec qui il mettra en place un atelier d’arts-plastique pour le centre de jour des femmes prostituées de Marseille cherchant à sortir de leur condition. Le travail avec ces femmes donnera naissance à la série Corps qui lui permettra d’exorciser le tragique et souvent commun destin de ces femmes: http://hervegermain-modelage.blogspot.fr/ethttp://www.flickr.com/photos/monsieur-g/sets/72157623800202713/page2/ .

Cette première initiative donnera lieu à un centre de jour consacré, cette fois-ci, aux hommes prostitués où là encore Hervé Germain installera un atelier d’arts-plastique. Il recevra un salaire pour ces ateliers d’arts plastiques et sera même embauché en CDI pendant 19 ans, c’est l’arrêt des subventions qui mettra fin à cette expérience singulière et nécessaire. Une expérience singulière qui s’élargira aux compagnons d’Emmaüs et aux habitants des quartiers Est de Marseille de 1996 à 2011 créant ainsi des rencontres « sociales », alors inimaginables, autour de l’art.

 Cette expérience sera, aussi, bénéfique pour l’artiste qui explique que le regard de ses élèves lui a permis de renouveler sa façon de voir, mais aussi de « se servir de son savoir-faire comme d’une béquille pour tous ces « boiteux » de la vie ».

Aujourd’hui il continue son travail auprès des psychotiques au CRP de la Calade et des travailleurs handicapés avec lesquels il a dernièrement réalisé un court documentaire sur les graffeurs Marseillais: http://www.youtube.com/watch?v=kcgSCJwxlBg, comme une suite logique de ce travail, il réalisera une vidéo dans laquelle il se met lui-même en scène: http://www.youtube.com/watch?v=2VzUKXFFZaQ.

Hervé Germain ne se considère pas comme un militant politique et refuse toute étiquette, pourtant son travail est celui d’un engagement hautement militant. En effet l'artiste a toujours été habité par un fort sentiment de justice; dèjà à l'âge de 8 ans, il fut choqué par la manière dont étaient représentés les africains dans la célèbre bande dessinée Astérix et Obélix. Il vivait alors au Tchad avec ses parents,  cette bande dessinée avait suscité en lui le désir de montrer par le dessin son image de l’Afrique, désir qui lui donnera plus tard la possibilité d'intégrer,le temps d'un atelier, plus de justice sociale.   

 Rendre l’art accessible à celles et ceux qui n’auraient même pas osé en rêver : le miroir fut traversé et l’art offert et désacralisé.

Vers d'autres liens:

http://rv2main.blogspot.fr/p/champs.html

http://herve-germain-illustrations.blogspot.fr/p/corps.html

http://www.flickr.com/people/hervegermain/

Quartier Parc Bellevue, Marseille 1984 © Hervé Germain

 (1)Quartier Parc Bellevue Marseille, 1984

(2)Design d'Hervé Germain pour la marque Grainde Sable

Grain de sable © Hervé Germain

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoit Drevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Justice
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien