Billet de blog 23 mars 2018

« Depuis, nous vivons toujours ensemble »

Par Daniel Heurtault, 23 ans, opérateur téléphonique, Paris.

Mai68parceuxquilontfait
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand j’ai débarqué, venant de Lamballe, avec ma valise, gare Montparnasse, au début du mois de février 1968 pour rejoindre mon affectation, au central téléphonique de Paris Inter archives après une réussite au concours externe d’agent des PTT, j’étais loin d’imaginer que j’allais vivre, trois mois après, une période déterminante pour la suite de mon existence.

J’étais un jeune homme de 23 ans, arrivé de mes Côtes-du-Nord de l’époque, Côtes-d’Armor aujourd’hui, heureux d’avoir un emploi dans une grande administration au service du public. Le hasard des affectations a fait que mon premier métier allait être opérateur téléphonique, avec un casque sur la tête, une fiche entre les mains pour mettre les gens en relation entre eux.

Très vite je m’intéressai au syndicat local, probablement une influence familiale, car mon père était délégué syndical CGT au Haras de Lamballe.

Puis vinrent les grèves et le 13 mai, le central téléphonique entrait dans le mouvement. Les assemblées générales, les piquets de grèves et les manifestations étaient notre quotidien. Nous voulions changer la France et le monde…

Les manifestations, avec leurs parcours traditionnels, Nation-Bastille, Nation-République, étaient des moments de ferveur populaire impressionnants pour le jeune provincial que j’étais. J’ai conservé ma carte de grèves qui marque 18 jours de grèves avec reprise du travail le 19e jour, le 6 juin exactement.

Et puis on y fait des rencontres. J’y ai fait une rencontre. Une petite jeune fille brune, à l’accent chantant (elle est originaire du Gers) qui allait devenir ma femme sept mois plus tard.

J’ai conservé aussi des coupures de journaux (l’Humanité, Noir et Blanc) et des photos où j’apparais avec une jeune fille sur mes épaules lors de l’immense manifestation du 29 mai (le jour où disparaissait de Gaulle !). La légende présente cette photo comme une « passionaria » en herbe sur les épaules d’un camarade galant.

Depuis nous vivons toujours ensemble et avons fondé une famille avec deux garçons mariés également et six petits-enfants de 19 à 7 ans (deux filles et quatre garçons).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — France
« La Cité de l’ordre », dans la citadelle assiégée de la police
À l’école de police de Oissel (Seine-Maritime), et dans son village reconstitué pour l’entraînement des jeunes recrues, se révèle la vision du monde et de ses dangers telle qu’on l’enseigne aux forces de l’ordre. Ce film de 51 minutes, signé Antoine Dubos, a reçu le soutien de Tënk, la plateforme de documentaires d’auteurs, et de Mediapart.
par Tënk et Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux