Billet de blog 23 mars 2018

« Je volais je le jure, je jure que je volais… »

Par Michèle Sis, surveillante en collège, Soissons (Aisne).

Mai68parceuxquilontfait
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis née dans un milieu petit bourgeois catholique et gaulliste. Malgré un père fabuleux et une mère aimante, dès le jardin d'enfant j'ai été en rébellion : je haïssais l'autorité sadique des maîtresses de l'école privée, le harcèlement moral des bonnes sœurs qui me peignaient comme le diable. Je haïssais les rangs par deux, les uniformes, je m'échappais de la pension dès que je le pouvais. J'ai été renvoyée une fois, deux fois, pour des raisons de discipline. C'était la guerre d'Algérie. Autour de moi, bien que sans fanatisme, on aurait voulu conserver la colonie. Moi, je voyais les ouvriers arabes, et le hasard m'a fait découvrir leurs ignobles conditions de vie. Le colonialisme proliférait au cœur même de nos cités métropolitaines. J'étais révoltée. Mai 68 allait donner du sens à ce que je ne percevais encore que comme un scandale isolé, en l'inscrivant dans la vaste problématique d'un système économique anthropophage, le capitalisme. Un mot que j'ignorais.

Ah ! la blouse bleue du lycée de filles ; Blouse obligatoire dont j'arrachais les boutons dès la rentrée, pour orner les boutonnières de squelettes miniatures ! Les conseils de discipline, les conseils de professeurs, les humiliations qui voulaient me casser… et puis je suis devenue pionne. Mai 68 arrive… le carcan explose. Bien que, faute de transport, je sois coincée en province à une centaine de kilomètres de Paris où j'étudiais à Censier, c'est ma première vraie respiration ! Je ne suis plus barbare, je peux hurler la vie. Le vieux monde se désarticule et tombe en poussières. À Soissons, les défilés rigolards avec les ouvriers en grève m'apprennent un autre monde. Je nais, c'est ma vraie naissance. Fraternité avec tous, manifestants, ouvriers, élèves. Hara-Kiri m'accompagne, Cavanna me délivre, de retour à Paris les AG tumultueuses me forment politiquement, j'apprends la gauche et le gauchisme, ma rébellion a un nom : R.É.V.O.L.U.T.I.O.N, je ne suis plus un canard boiteux.

Mais, bon dieu, plus jamais je ne reviendrai dans ce corset qui m'a étouffée pendant vingt ans ! Mai 68 c'est ma liberté trouvée. Je volais, je le jure, je jure que je volais…

…et nous voilà ce soir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP