Billet de blog 23 mars 2018

Mai 68 et moi, émoi ?

Par Hugues Lenoir, 15 ans, élève de 3e au lycée Gabriel-Fauré, Paris (13e).

Mai68parceuxquilontfait
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour moi Mai 68 ne fut rien à proprement parler. En effet, malgré que je sois issu d’une famille de gauche proche du PSU, je fus coupé du mouvement pour plusieurs raisons. La première peut-être fut le fait que mon père, adhérent CGT à EDF, était, suite à un accident de transport, immobilisé à domicile, victime d’une fracture de la jambe. La seconde est sans doute liée à mon jeune âge à l’époque – j’avais 15 ans – et ma situation d’élève de 3e. De fait, au lycée Gabriel-Fauré dans le 13e arrondissement de Paris où j’étudiais, ce sont les « grands » qui se mirent en mouvement, laissant les premiers, les « petits », aux mains de l’institution scolaire.

Je ne pris conscience des « choses » que quelques semaines plus tard lors de mon séjour en colonie de vacances dans le cadre des œuvres sociales d’EDF, la CCAS. Dans cette colo, j’ai rencontré d’autres enfants d’agents qui avaient participé aux événements. Des enfants de syndiqués d’un peu partout et beaucoup de catégorie ouvrière. Des enfants d’ouvriers de centrales électriques, de gaziers ou de lignards, que sais-je encore. Ce qui est sûr c’est qu’eux avaient vécu 68 par procuration… Ce sont de ces rencontres et de nos échanges d’alors que je pris conscience, c’est le terme exact, de la nature de classe et de l’importance des événements. Ce premier choc idéologique fut suivi d’un second, quelques mois plus tard, lors du retour au lycée. L’activité militante naissante pour beaucoup y était foisonnante et j’étais devenu « grand » suite à mon passage en 2nde. Les sensibilités y grouillaient et s’y disputaient le pavé encore chaud de la révolte printanière. Les Jeunesses communistes tentaient, déjà et encore, d’imposer leur vues dans le cadre de l’Union nationale des comités d’action lycéens (UNCAL). Leurs analyses étant forcément justes parce que scientifiques et formulées par le grand et seul légitime Parti des travailleurs. Quelques pré-trotskistes commençaient à s’informer et à se former. Ils rejoindraient, bientôt, le groupe animé par Michel Recanati des Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR). Et puis il y avait les anarchistes qui eux animaient le Comité d’action lycéen (CAL) du lycée et qui étaient adhérents pour quelques-uns d’entre eux aux Jeunesses anarchistes-communistes (JAC), petite organisation issue de la Fédération anarchiste (FA) qu’ils trouvaient veillotte. Quant à moi, souvent considéré comme insolent par les enseignants, j’osais répondre et peut-être penser autrement et librement, j’avais un peu par hasard rejoint le groupe des libertaires sans trop savoir de quoi il s’agissait vraiment. Mais de fait à Fauré, hormis les JC, les anars étaient les plus actifs, les plus radicaux et aussi les plus habiles pour organiser le débat, voire mettre une certaine zizanie qui empêchait le lycée de fonctionner normalement. Climat de révolte dans lequel je me trouvais comme un poisson dans l’eau.

La rencontre décisive eut lieu quelques semaines après la rentrée scolaire. Les animateurs libertaires du CAL à des fins de propagande avaient demandé à Daniel Guérin et à Georges Lapassade de venir un soir au lycée expliquer et présenter l’anarchisme. Guérin venait de publier un petit ouvrage de synthèse[1], édité depuis à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires. Cette soirée fut pour moi décisive, j’allais pouvoir m’inscrire dans un courant d’idées, à savoir celui dans lequel et pour lequel je milite aujourd’hui depuis cinquante ans, le courant anarchiste. Suite à cette soirée où eut lieu mon premier émoi militant, j’avais plus de questions que de réponses.

Une partie des réponses me fut donnée par un jeune militant le lendemain à qui naïvement je demandais le pourquoi de cette conférence. Il me répondit tout de go « parce que nous sommes anarchistes, tiens donc ». Pourquoi pas, me dis-je alors. Mais il fallait aller plus loin qu’une simple déclaration. Je me procurai alors le livre de Guérin. Ce fut alors pour moi une révélation à la Diderot, j’étais anarchiste. De facto, à la lecture de l’ouvrage, hormis l’intérêt de sa dimension historique, j’étais en harmonie avec tous les principes éthiques et d’action de l’anarchisme, je pouvais donc, moi aussi, m’en revendiquer. J’avais jusqu’alors pratiqué l’anarchisme sans le savoir, ce serait mieux désormais en le sachant.

C’est aussi le souvenir de ce mai libertaire de 1968 qui me conduisit avec un collectif militant à recueillir et à publier en 1989, pour les vingt ans du joli moi(s) : Mai 68 par eux-mêmes, floréal an 176[2]. Document où témoignent pour le coup des acteurs et actrices de Mai, militant-e-s libertaires mais pas exclusivement et quelques personnalités comme l’ami Léo Ferré et Maurice Joyeux.

Voilà, ce que fut pour moi, l’émoi de l’immédiat après 68, la découverte de mon moi militant. Ce moi qui depuis a continué son chemin de raison et de passion visant à la construction d’une société future par la liberté. Une société sans inégalité politique et économique où à l’image de la toile de Signac[3] Au temps d’anarchie devenu Au temps d’harmonie et de la chanson de Ferré régnera le temps d’anarchie ou, en d’autres termes, l’Harmonie.

[1] Daniel Guérin, L’Anarchisme, Paris, Gallimard, 1965.

[2] Cet ouvrage a paru aux éditions du Monde libertaire avec une belle couverture signée dessinée et signée de Cabu.

[3] Cette toile est visible dans la mairie de Montreuil sur simple demande. À noter qu’elle a été débaptisée, semble-t-il, par la veuve du peintre qui la légua à la ville d’où le titre au temps d’harmonie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa