Billet de blog 25 mai 2018

«Nous portions tous des blouses blanches, notre vêtement de travail»

Par Ghislain Nicaise, 26 ans, assistant au laboratoire de zoologie générale, Faculté des Sciences de Lyon (Rhône).

Mai68parceuxquilontfait
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1968, la Faculté des Sciences de Lyon était logée dans des bâtiments du XIXe siècle qui s’ouvraient sur les quais du Rhône. Le même bloc d’immeubles aux toits d’ardoise abritait la Faculté des Lettres, l’endroit chaud occupé en permanence par des étudiants et de jeunes chômeurs qui s’étaient baptisés « les trimards » (l’équivalent de ceux que l’on nommait à Paris les katangais). L’amphi de lettres qui permettait la tenue des assemblées générales quotidiennes avait été rebaptisé « Amphi Cohn-Bendit », il était desservi par les « chiottes Waldeck-Rochet[1] ».

J’avais 26 ans et j’étais assistant au laboratoire de zoologie générale. Plutôt que de rester chez nous, nous occupions les locaux, comme un reflet atténué des ouvriers occupant leurs usines. Il y avait parmi les occupants un certain nombre de professeurs, ceux qui redoutaient le pillage des locaux et aussi qui avaient assez d’indépendance d’esprit pour dormir tout habillés sur un lit de camp. Nous nous disions que si des manifestants s’emparaient des bouteilles de réactifs dangereux, un simple litre d’acide sulfurique pouvait devenir une arme létale.

Pour montrer que nous étions les occupants légitimes et peut-être inconsciemment par goût de l’uniforme, nous portions tous des blouses blanches, notre vêtement de travail pour manipuler en labo et enseigner les travaux pratiques.

Un des laboratoires non occupé avait déjà été pillé et le contenu de flacons qui n’aurait jamais du être ingéré avait été assimilé à des boissons récréatives. L’alcool éthylique en particulier est très utilisé dans certains laboratoires de biologie et il avait été rapidement identifié par les pillards.

Un trimard nommé Ahmed rendu à moitié fou par l’ingestion d’éther était engagé dans une rixe avec un autre trimard, sous les yeux d’un groupe de blouses blanches, dans le hall d’entrée du 16 quai Claude-Bernard. Comme Ahmed avait sorti de sa poche un rasoir et comptait s’en servir contre son adversaire, un étudiant plus résolu que les autres blouses blanches s’est saisi d’une chaise et l’a assénée sur la tête d’Ahmed. Il n’en fallait pas autant pour plonger le jeune homme au rasoir dans le coma et il était allongé immobile, tout pâle. On avait vraiment l’impression qu’il était mort et après un moment de stupeur, nous avons entendu : « Une blouse blanche a rétamé Ahmed, nous allons rétamer une blouse blanche. » Lesdites blouses blanches se sont repliées vers les laboratoires pendant que les trimards présents, qui n’étaient pas très costauds, étaient allés chercher du renfort. Leur samouraï était un colosse simple d’esprit nommé Michel Raton, qui eut son heure de célébrité par la suite en étant dans le camion qui aurait causé la mort du commissaire Lacroix[2].

Nous nous étions barricadés dans le laboratoire de zoologie, armés de manches à balai, pas trop fiers mais quand le commando mené par Raton est arrivé, Yvette Dupanloup, qui occupait un poste de technicienne au labo, est allée à leur rencontre. Elle a levé le bras pour prendre Raton par l’oreille en le grondant et lui a fait faire demi-tour pour le ramener vers la Faculté des Lettres, quartier général des événements. Raton s’est laissé faire, revivant peut-être un épisode de sa petite enfance. Le groupe de trimards armés qui suivait Raton a fait demi-tour derrière le géant mené par la jeune femme.

Des années plus tard, Yvette Dupanloup-Bouvet est devenue professeure de biologie des populations et écologie (et à l’occasion vice-présidente de l’Université Claude-Bernard).

[1] Du nom du secrétaire général du Parti communiste français d’alors.

[2] Reprendre note du livre. //Faire un renvoi vers enquête Kergrist//

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau