EditionSQSB
Littérature, spectacles vivants, photographies, les arts, sans esprit lucratif et avec une farouche volonté de partage !
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2020

EditionSQSB
Littérature, spectacles vivants, photographies, les arts, sans esprit lucratif et avec une farouche volonté de partage !
Abonné·e de Mediapart

Christophe, disparition d'un artiste hors norme

Le chanteur Christophe n’est plus. Artiste sublime dans ses compositions, sa voix et ses gestes, il avait l’élégance des baroudeurs félins et sophistiqués. Son décès est une lourde perte pour notre culture et une lourde peine pour ceux qui l’aimaient.

EditionSQSB
Littérature, spectacles vivants, photographies, les arts, sans esprit lucratif et avec une farouche volonté de partage !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce jeudi 16 avril 2020, en début de soirée, Christophe s’en est allé, emporté par un barbare emphysème. Aucun artiste français, voire même étranger, n’avait atteint un tel degré de sophistication dans ses compositions et ses arrangements. Sa voix qui montait haut, pure comme un cristal, était immanquablement reconnaissable car unique. Christophe est emporté alors qu’il était en tournée et venait tout juste de sortir le deuxième volume de son album de duos.

Pour beaucoup, Christophe était l’interprète d’Aline, des Mots Bleus, de Succès Fou voire de Senorita. Ces titres ont la particularité d’être construits sur une mélodie entêtante et d’avoir fait danser nombre de couples dans des soirées où très vite les lèvres, encore humides de quelques boissons sucrées/alcoolisées, se scellèrent en un long baiser, gage de plus amples voluptés. Christophe, pour un public de plus en plus important,

Christophe en Concert à Lille 2013 © PascalDeLyon

était aussi l’auteur/interprète de quelques chansons sublimes dont l’album Le Beau Bizarre est le phare étincelant. Et puis, il y a eu, un jour, ce nouveau public qui a acheté, pour des raisons plus ou moins claires, un album ayant pour titre le nom que l’artiste portait à l’état civil : Belivacqua. C’est sobre et ça claque comme un drapeau en prise avec un vent violent. Glissé dans le lecteur CD, l’album Bevilacqua a provoqué un choc et a frappé l’auditeur. A l’écoute, Bevilacqua est un ovni musical : richesse sonore rarement offerte sur ce type de support, un son d’une beauté absolue et une ambiance qui très vite se révèle être les bruissements et mélopées qui hantent l’esprit d’un génial bidouilleur de son et véritable poète. Après écoute, le titre de l’album s’impose avec naturel : le disque offre à entendre l’habillage sonore qui résonne dans la tête de Christophe, ce disque, c’est Christophe ! et Christophe semblait avoir une préférence pour cet album. 

Christophe collectionnait les synthétiseurs. Il achetait, avec la fébrilité d’un gosse, de nouvelles machines. Avec ces instruments, il créait des sons, les triturait, leur donnait de l’écho, les compressait, ajoutait des filtres, les étirait, les accélèrait et les mélangeait pour essayer de traduire et matérialiser ces vagues invisibles qui nous accompagnent de l’intérieur et se nourrissent du monde qui nous entoure et dans lequel nous puisons allègrement détails et couleurs, sons et chaleur, amour et haine. Christophe mixait les sons des instruments avec ceux du monde extérieur : des moteurs, des oiseaux, divers bruits et des voix… celle, sublime, d’Isabella Rossellini.

Christophe, depuis l’album Bevilacqua, suivi de Comm' si la terre penchait, Aimer ce que nous sommes  et Les Vestiges du Chaos était devenu un artiste majeur qui semait dans le paysage musical des compositions exigeantes, troublantes. Des œuvres qui cassent le modèle traditionnel de la chanson pour aller vers autre chose. Les compositions de Christophe possèdent cette part de modernité, d’avant-gardisme et de prototype qui les rend à tout jamais hors mode et intemporelles. L’album Paradis retrouvé qui compile des maquettes et compositions non utilisées pour des albums est un magistral don pour comprendre le processus de création de Christophe et son rapport aux sonorités.

L’artiste était complexe et son long parcours dans l’univers musical français donnait une richesse particulière à ses concerts. Cette particularité créait une impression bizarre ; la grande majorité du public venait écouter Aline ou Les Mots Bleus. Pour tout autre artiste, il y aurait eu une sorte de déphasage entre ce qu’a été produit il y a 20 ou 30 ans et ce qui a été composé depuis 1996. Pour Christophe, tout s’enchaînait dans une somptueuse cohérence sonore. D’une part, des chansons comme Aline ou Les Mots Bleus, compositions originales, possèdent leur beauté et envoûtent par la justesse des mots collés à la musique, d’autre part, toutes les compositions de Christophe possèdent au moins deux points communs : la sensibilité de l’artiste qui se traduit dans les compositions et la voix de Christophe. Cette voix a son importance : elle grimpe dans les aigus, parait fragile et prête à fuir mais elle reste et s’entortille aux notes des instruments acoustiques et des synthés pour jouer à cache cache : tantôt mêlée aux autres sons, tantôt au dessus d’eux mais toujours reconnaissable et bien présente.

Christophe s’en est allé. Il a rejoint Alan Vega et tant d’autres. A compter de ce 16 avril 2020, notre pays a perdu l’un de ses plus incroyables artistes. Une étoile vient de s’éteindre mais son éclat scintillera encore longtemps au-dessus de ces petites galettes argentées, parsemées par Christophe dans nos discothèques.

Christophe, paix à ton âme géniale et merci, merci pour toutes ces choses, tous ces Petits Luxes que tu nous laisses.

Fred Lecoeur

Vous pouvez voir ici un très beau shooting de Christophe par notre photographe PascaldeLyon. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy