Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

276 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 sept. 2022

Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

Fabien, t’es un drôle de coco !

Fabien Roussel effectue une reddition sans conditions à l'ennemi, en rase campagne et à la ville, partout, avec les mêmes mots que l’ennemi. Ils partagent une approche identique. La pire des approches.

Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand j’étais enfant, de très jeune jusqu’à ma pré-adolescence, j’étais très souvent malade. De violentes crises d’asthme, de ces crises étouffantes, bruyantes, à répétition, qui m’obligeaient à être ventilé, sérieusement ventilé, qui m’éloignaient de l’école. A ces moments, j’étais assigné à résidence, pas facile d’aller faire les 400 coups dehors avec les copains alors qu’on éprouve des « difficultés » à respirer.

Je n’ai pas fait le calcul, mais j’ai manqué du temps scolaire, souvent. De longues journées immobiles, suspendues, sifflantes. A attendre, comme si j’étais à une frontière où jamais rien n’arrive, sauf la prise d’un médicament, la visite d’une infirmière ou du médecin, quand des variations de sifflements se produisaient… ma chambre était devenue un univers de très petite taille dont les parois parfois se rapprochaient dans un bruit de soufflet de forge.

Je garde en mémoire (oui, cette mémoire trompeuse) les nombreux retours en classe, où parfois des « camarades » de classe se moquaient de mes nombreuses absences, avec des propos qui m’assimilaient à un « feignant », déjà.

« Alors, t’as encore loupé l’école ? T’étais encore malade ? » et autres quolibets assez pénibles desquels il ressortait qu’en tant que malade, avec mes absences, j’étais en quelque sorte « coupable » de quelque chose que je ne comprenais pas, mais cela semblait être clair dans les esprits des ces « camarades » de classe.

Un instituteur, une fois, m’a dit que j’étais un « fumiste », j’avais été particulièrement malade à répétition au cours du troisième trimestre de cette année de mes 10 ans.

C’était en 1968. En mai, mon père était de piquet de grève à l’usine. Pas tout le jour, mais parfois de nuit aussi, car c’était une usine de la sidérurgie lorraine, et les usines produisaient sans s’arrêter, avec des équipes tournantes, les funestes postes de 3 fois 8h. Il fallait bloquer de nuit aussi. Je ne l'ai su que bien plus tard, mais il y avait eu des échauffourées, aux piquets.

Ma mère était très inquiète, j’arrivais à le percevoir, même si soufflant, sifflant, même si fatigué. Inquiète car mon père était de piquet de grève, inquiète car le fric allait manquer, inquiète car j’étais dans mon tunnel étouffant. A ramper.

Quand j’allais mieux, je retournais à l’école, en ce mai 1968, car l’instit ne faisait pas grève, lui. Et c’est là qu’il ma dit que j’étais un « fumiste ». Oh, je ne comprenais pas vraiment le sens de ce mot, mais j’ai compris la gifle orale que c’était.

Pourtant, j’avais de bons résultats scolaires. Au cours de cette année-là, celle du CM2, j’étais parmi les 3 premiers de la classe, parfois même 1er. C’était l’époque des bons points et des classements.

Mais voilà, j’étais un « fumiste ».

Presque un profiteur de la sécurité sociale, un assisté, alors que les autres, en si bonne santé, eux, vont à l’école sans manquer. Ne profitent pas de la sécurité sociale vu qu’ils n’ont pas besoin de soins.

Par la suite, j’ai appris que cet instituteur était un « pied-noir », même si je ne savais pas bien ce que ce terme voulait dire. Farouchement anti-gréviste. C’était le seul à faire la classe pendant ce mai 68 dans le petit groupe scolaire de l’école primaire.

Il était très violent, vraiment très violent, surtout avec des élèves qui vivaient dans un village SOS. Mais c’est une autre histoire.

Le reproche en fumiste de la part de cet instituteur m’a terriblement blessé. Je ne comprenais pas que cet instituteur puisse me reprocher de manquer l’école, en raison de mes crises d’asthme. En plus, il l’a fait en classe, devant tous les autres élèves, comme ça, à froid, à la première minute d’un matin où je revenais en classe.

Je n’étais pas allé au « Club Med »(C), non, je revenais de ma chambre. Après une énième crise et ses conséquences, cette fatigue immense.

Mais il y avait là, de la part de cet instituteur, ainsi que de la part de certains camarades de classe, avec leurs quolibets sur mes absences, une immense injustice, énorme, et je n’avais que 10 ans.

Fabien Roussel m’évoque cet instituteur qui voyait un fumiste en moi, alors que je manquais les cours car j’étais malade, à siffler dans mon tunnel, avec le poids d’une enclume sur la poitrine.

Fabien Roussel reprend la sémantique de l’ennemi, celui qui glorifie la « valeur » travail tout en détruisant les conditions de travail, en précarisant le plus possible, en ubérisant le travail.

Fabien Roussel reprend exactement la sémantique de l’extrême-droite, de la droite, quand ils stigmatisent les assistés, assistés à qui ils veulent ne pas verser les allocations de rentrée scolaire, car celles-ci doivent être versées à ceux qui font des « efforts », ceux qui acceptent des boulots ubérisés. Assistés qui vivent grassement de maigres aumônes.

Fabien Roussel nous met dans la têtes les mêmes mots que les droites, que les éditorialistes vendus et achetés par les milliardaires qui possèdent les médias.

Fabien Roussel se range aux côtés des chasseurs viandards, stigmatise la gauche quinoa, toujours à la recherche d’un « bon mot » bien gras, vulgaire, un mot de beauf qui soutient les boulots parmi les plus précaires, comme les droites les plus vulgaires.

Fabien Roussel dit des chômeur que ce sont des fumistes.

Le programme de Fabien Roussel est bien de soutenir les camps politiques des droites, à participer à la traque des précaires, des pauvres, des chômeurs…. les boucs émissaires des droites.

Demain, avec le même zèle, il va y ajouter les migrants.

Fabien Roussel a emprunté "Les Jours heureux" au CNR (le vrai) pour sa campagne électorale pour mieux trahir "les Jours Heureux" à stigmatiser les plus précaires aux côtés des ennemis des "Jours Heureux". Il est désormais sur la mauvaise rive du Rubicond.

Fabien Roussel a perdu toute décence commune.

EK, ancien asthmatique !

NB : quant à mes anciens camarades de classe de ces années de plomb sur la poitrine, peut-être sont-ils maintenant des retraités qui à leur tour stigmatisent les chômeurs comme avant ils voyaient en moi le « fumiste » désigné comme tel par cet instituteur....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias