Une belle victoire !

« C’était une belle victoire, d’autant que ce type de décision est rare ! » Gérard Sadik, Responsable national de la thématique asile.

Chère amie, cher ami, 

À l’approche de la Journée mondiale des réfugié·e·s, La Cimade souhaite vous faire part d’une heureuse nouvelle : après plusieurs mois de lutte, le gel illégitime et illégal des visas au titre de la réunification familiale a été suspendu !

En effet, depuis des mois, en raison de la crise sanitaire des familles de personnes bénéficiaires d'une protection ou résidents légalement en France ont vu leurs procédures de demandes de visas de regroupement familial bloqué par le gouvernement.

Informé·e·s de ces nombreux cas recueillis par les bénévoles de nos permanences, nous regroupons les informations et les témoignages de personnes concernées et nous découvrons que c’est une instruction non publique du Premier ministre qui est la base de ce blocage en violation du droit de vivre en famille.

 

Avec d’autres associations et des avocat·e·s, nous avons contesté en urgence cette instruction devant le Conseil d’État qui a suspendu ce blocage.

Enfin, les familles ont pu se retrouver, comme Mme B, qui n’avait pas vu son fils de 7 ans depuis 5 ans. Une victoire qui montre que tout est possible avec notre détermination !

Le Gouvernement a depuis lors inscrit ces familles parmi les catégories de personnes qui peuvent venir en France malgré les restrictions mais l’accès aux ambassades reste difficile, en particulier pour la première nationalité des personnes protégées qu’est l’Afghanistan. Avec la fermeture pour des raisons de sécurité de l’ambassade au Pakistan qui traite leurs demandes, plus de 3 500 dossiers de famille sont en souffrance.

Soutenez-nous pour nous aider à poursuivre notre combat pour les personnes réfugiées et à en gagner d’autres ! 

Merci infiniment du soutien que vous pourrez nous apporter. Chaque don compte. 

Gérard Sadik, 

Responsable national de la thématique asile.

petit-logo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.