Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2021

Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

La parodie, la mascarade et l’enfumage : vous avez dit « démocratie » ?

Les derniers soubresauts des décideurs politiques afin d'apporter leur touche néfaste au site du lac du Tolerme ! Petite métaphore des dérives volontaires en faveur d'un "développement" source de toutes les destructions actuelles.

Edmond KOBER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Attention, texte colérique tant ils sont nuls et persistent ! Avec petit rappel des épisodes précédents plus quelques éléments d’humeurs du genre colère qui monte, mais pas que...

- des élus décident entre-eux, oui, c’est comme ça la « démocratie » (les « milieux autorisés qui s’autorisent », selon Coluche!), d’offrir à un opérateur privé, spécialiste du tourisme de masse de luxe (?), des terres du domaine public du site du lac Tolerme, pour un projet de « développement » touristique sur un site encore épargné par les prédateurs !

- « Oh mais quelle chance  cette proposition », se dit l’opérateur privé qui, fort aise se frotte déjà ses mains, « Quelle aubaine ! Mais quel magnifique projet de développement que nous avons-là, mes très chairs (sic) actionnaires ! Un petit coin de nature tout propre et neuf à exploiter, mais c’est magnifique ! ». Pille, pille, pille… Saccage, exploite, et remplis toi les poches !

- Attention, le mot « développement » est un mot piège. Ce qui est appelé à être « développé », c’est l’artificialisation des sols, les constructions de piscines, les coupes d’arbres, les terrassements donc du travail d’engins qui polluent, la sur-consommation d’eau et son gâchis abject, une très forte présence de grosses bagnoles genre SUV qui puent et polluent sur nos toutes petites routes de campagne pour transporter les quelques 1400 touristes espérés hebdomadairement, un encouragement fort donné par les élus et l’opérateur privé à l’augmentation massives d’émissions de gaz à effets de serre… Mais êtes vous tous devenus fous ???!

- Bref, ce qui va ainsi être « développé », c’est tout ce qui accélère et aggrave la crise climatique ! Ce « développement » est bien celui de tous ces éléments qui sont dénoncés par les scientifiques du GIEC qui ont sorti le carton rouge, en août dernier ! Ce « développement », c’est comme les « plans de sauvegarde de l’emploi » qui... détruisent de l’emploi ! Ce « développement » est bien synonyme de destruction des conditions de vie sur la planète ! Voilà la Grande Œuvre de certains membres éminents de l’espèce humaine : comment des élus participent avec enthousiasme et zèle à la destruction des conditions de vie sur la planète. Si nous en sommes à ce point où la planète n’en peut plus, c’est bien suite à tous les « développements » économiques précédents ! Et vous savez quoi ? Les décideurs politiques n’ont pas l’intention de s’arrêter, oh, non, y compris sur les rives du lac du Tolerme ! Artificialisons donc follement, c’est à peu près tout ce que les élus savent faire ! Dans une posture de déni absolu !

- ces mêmes élus sont restés muets pendant deux (2) ans face à nos questions, c’est ballot ? Oui, c’est ballot, tout ce silence méprisant ! Les élus sont les plus grands des méprisants. Faudrait leur botter les fesses pour leur apprendre les bonnes manières ! Quand des gens te questionnent, très chair (sic) élu, tu réponds, c’est même pour cela que tu as été élu, apporter des réponses, et pas rester pendant 2 ans dans un silence méprisant avec tes petits manœuvres d’évitement pour satisfaire les appétits des prédateurs ! . Je reviens plus bas sur tes villes mascarades habillées de « démocratie » frauduleuses...

- après un appel à un pique-nique le 14 juillet dernier, appel public, 3 élus se sont invités, pour nous annoncer, un peu triomphant, qu’une réunion d’information publique allait avoir lieu. Très bien, bravo, après deux (2) ans de questions sans réponses, mais quelle extraordinaire avancée ! 2 ans sans la moindre réponse…

- oui, il y a eu réunion publique, on en a pris plein les yeux, purée, mais que c’est bô, la belle langue du « développement » tellement, mais tellement usée jusqu’à la corde que c’est avec un sentiment de dégoût qu’on ressort de cette séance de pacotille.

Ils sont venus tels des colonisateurs, avec leurs si belles diapos, leurs si beaux mensonges, leur verroterie! Pensez-donc : des piscines, des chalets, des milliers d’arbres (pour faire des charmilles qui délimitent les parcelles, des trucs de bobos pétés de thunes), des transats (sur la plage du domaine public, transats interdits au populo, faut pas exagérer), un restaurant, un amphithéâtre (!) pour les fêtes nocturnes (du bruit, beaucoup de lumière…!)… stop, n’en jetez plus ! Trop c’est trop !

Des discours interminables d’élus séduits, pour ne pas dire fascinés par les éclats de lumières colorés de la verroterie, comme des mômes : ils tiennent leur «développement», ces ignares incultes qui veulent apporter leur participation aux destructions des conditions d’habitabilité de la planète, même qu’ils se poussent du coude ! Des sots, des sots définitifs ! Des paons grotesques, qui se pavanent comme si nous ne savions pas les dangers climatiques, leurs causes et leurs conséquences. Même pas capables de faire des liens ni de s’informer, presque des zombies.

- nous avons donc créé une association car les élus en avaient un peu marre de nos sollicitations et nous ont clairement envoyé chier. Oui, c’est le mot. Le quotidien régional a accepté de publier une lettre ouverte, mais renâcle à en faire plus, tout en laissant la vulgaire propagandes des élus paraître aussi souvent que nécessaire. Oui, c’est la posture de ces élus, du haut de leur mépris confondant. Mais nous ne sommes pas naïfs, nous savons exactement à qui nous avons à faire, à des pleutres sans imagination définitivement bloqués dans les années 1980, celles de la sur-consommation de masse ! Oui, ils sont comme ça, les choupinets vendus au « développement » ! Vendus aux opérateur privés du tourisme de masse ! Ils se vendent et vendent notre seul patrimoine commun, et ils osent nommer cela « développement » ! A croire qu’ils sont ignorants de la connaissance et des savoir climatiques actuels ? Oui, ils sont ignorants ces choupinets pleutres qui soldent le domaine public à des prédateurs cupides ! Comme une vulgaire privatisation de la SNCF, ou d’EDF ! Une immense arnaque au seul bénéfice funeste d’un vulgaire vendeur de camping qui favorise le tourisme de masse…

- au cours de la réunion publique du 1er septembre dernier, avec moult trémolos dans la voix, des élus se sont exprimés en faveur de ce projet dément, en mettant en avant des éléments de langage d’une bêtise confondante, absurde, dans une absolue ignorance des débats actuels urgent sur la préservation des conditions d’habitabilité de la planète, alors que la 6e extinction massive des espèces est en cours. Des irresponsables, des butors. Des destructeurs. Mais savent-ils seulement à quel point les décisions qu’ils prennent sont LA cause de cette 6e extinction de masse des espèces, et s’ils savent, c’est quoi, leur problème qui fait qu’ils sont dans le déni ? Savoir et en même temps rester dans le déni ? Des schizophrènes ?

- les mêmes élus (qui ne reculent devant rien) ont osé instrumentaliser leurs enfants qui, selon eux, sont pour ce projet sous prétexte qu’il y aura un parc aqua-ludique ! Mais ces élus ont-ils informés leurs enfants de cette large étude menée dans une dizaine de pays qui montre que les jeunes sont, dans leur très large majorité, dénués d’espoir sur le futur de l’humanité mis en péril par la crise climatique. Les jeunes partagent aussi une défiance très prononcée dans l’honnêteté et l’action de leurs représentants politiques. Je précise bien, c’est une enquête, pas un sondage débile, ce qui signifie des questions ouvertes, des échanges. Les détails se trouvent sur le site de Reporterre, notamment ! Allez, mes très chairs (sic) élus, c’est un conseil de lecture. Je milite pour l’instruction, l’éducation, le savoir, la connaissance, les faits mis en contexte,… et pas pour l’ignorance.

- un autre argument, c’est la création d’emploi, ce qui mène à l’installation de gens sur site et même à de futurs enfants scolarisés dans les écoles locales, selon les élus !! ! Ah le mythe du repeuplement basé sur du « travail » saisonnier et précaire !

Mais où donc ont-ils déjà vu que des travailleurs saisonniers précaires s’installent et fondent des familles proche de leur lieu de travail ? Mais où ? Nulle part, ils doivent soit nous prendre pour des quiches, soit en être eux-même pour diffuser ces énormités stupides ! C’est quoi leur problème d’envoyer de telles bêtises comme arguments ? Après, dans le discours, le nombre de saisonniers est très gonflé. Et pire encore, ils nous affirment qu’il y aura des emplois à l’année, rien que ça ! Au moins 10 !!! Quand le camping l’hébergement de luxe de plein air sera fermé pendant plus de 6 mois dans l’année, cela fera du travail pour qui, et quelle sera la nature de ce travail ? Tailler les charmilles ? Pendant 6 mois ? Ramasser les feuilles, pendant 6 mois ? Entretenir les chalets, pendant plus de 6 mois ? Vider et purger les piscines, pendant plus de 6 mois ? Au mieux, cela fera quelques contrats d’entretien pour des artisans locaux, au mieux…. En échange du massacre du site pour attirer des hordes de gaspilleurs d’eau !

- je passe rapidement sur les températures locales parfois froides y compris en pleine saison, sur les frais de chauffage des piscines et des chalets. Sur le mépris envers le tourisme populaire qui se contente de quelques pétanques, de quelques grillades, de quelques pédalos, de quelques baignades, de quelques balades, de quelques siestes. Touristes populaires, dans le beau sens de ce mot, tel qu’il apparaît dans de nombreux écrits de Jacques Prévert, entres autres, dans le cinéma de Renoir, ou de Marcel Carné, quand le cinéma filmait la classe populaire ...! ou simples promeneurs qui tous vantent le calme et la tranquillité de ce site, car encore épargné par les prédateurs et le cynisme de ceux qui considèrent qu’ils peuvent encore agir comme si la nature leur appartenait, afin de la modeler et de l’exploiter, y compris sur le domaine public gracieusement offert par les élus.

Oui, le calme et la tranquillité de la nature, c’est même cela, notre patrimoine commun. Pas question de le céder à des butors ! Oui, « développement » c’est synonyme d’exploitation de la nature, je l’achète et elle est à moi, à moi, à moi… je peux donc la détruire, dans la logique de ce système de « développement » absurde. « Développement » en lieu et place de destruction. J’achète des coins de nature, et j’en dispose, comme un sale gosse de 3 ans qui casse ses jouets ! L’immature posture des prédateurs, ceux qui détruisent !

- l’eau. Oui, l’eau. Les sécheresses à venir, les canicules longues, … ces phénomènes qui touchent déjà d’autres lieux sur la planète y compris en France, et même parfois dans le Lot, vont aussi se produire dans le Ségala, sans le moindre doute. Si l’opérateur privé est « séduit » par le site, comme l’a dit le personnage cupide qui préside aux destinées de l’entreprise de vente de camping de luxe, c’est parce qu’il y a « de la flotte » ! Certes, ce lac d’environ 38 ha est séduisant, mais cela n’a pas de lien direct avec la consommation immense d’eau potable que nécessite un tel camping destiné à environ 1400 personnes par semaine.

- les douches, les eaux des toilettes, celles des vaisselles, des lessives… les piscines chauffées qu’il faut remplir,.. le fait que les campeurs surconsomment de l’eau en quantité plus importante que chez eux… le tout confronté aux canicules et aux épisodes de sécheresse à venir, avec des problèmes certains de tension et de partage, entre les campeurs gaspilleurs, les riverains, les exploitants agricoles. La question est pourtant simple, non ? Qui, parmi les usagers de l’eau, en cas de mesures de restrictions, sera visé ? Qui ? Les campeurs de luxe ? Les riverains ? Les exploitants agricoles ? Qui ? Ou alors nos têtes pensantes d’élus supposent que jamais il n’y aura d’épisodes de restriction d’eau, nous sommes sous cloche et donc nous serons épargnés.

- je fais une suggestion, toute simple. Au lieu de porter des projets d’immenses gaspillages d’eau, via ce camping de luxe pour tourisme de masse, ne serait-il pas plus pertinent de prendre des mesures d’économies d’eau ? Afin de nous préparer aux périodes de sécheresses ? Dites, mes élus séduits par la pacotille et le clinquant, qu’en pensez-vous ? Et parmi les mesures d’économie d’eau, ne serait-il pas enfin temps d’aider et de soutenir le plus possible les exploitants agricoles à développer des activités moins gourmandes en eau ? A inciter les riverains à moins gaspiller l’eau ? A faire en sorte que l’eau soit mieux retenue dans les sols, nous savons faire, ça, et c’est d’un intérêt général, à l’inverse de l’intérêt égoïste et cupide des promoteurs de ce camping, non ? Ah, vous préférez l’artificialisation des sols ET le gaspillage d’eau ? Ok, désolé de vous gâcher votre petit plaisir morbide...

- l’eau, encore. Les canicules à venir vont chauffer l’eau du lac. Avec le surplus de campeurs de luxe, les risques sanitaires deviennent d’un coup très sérieux… quelques bactéries et hop, interdiction de baignades. Oui, je sais, ils auront des piscines… mais pas tous !

- augmenter les déplacements et les contacts, alors que nous n’arrivons pas à éliminer ce virus qui traîne, est un projet stupide ! Tout en prenant très au sérieux les propos des scientifiques qui nous en annoncent d’autres, vu que nos modes de vies à base de colonisation des espaces vitaux des animaux se poursuivent et même augmentent !

- ah, ce n’est pas un « camping » qui va dérégler le climat ? Eh bien si, tout compte, absolument tout ! Ce qui est caractéristique et triste, sur le site du lac du Tolerme, c’est l’absence d’imagination et de sérieux des élus ! Ils agissent comme si de rien n’était et portent un projet dément. Puis ils se « félicitent » et se « congratulent » d’avoir organisés une réunion publique, d’organiser le « débat démocratique », ces ignares ! Donc, ils osent nommer « débat » le fait d’imposer un projet dément de tourisme de masse, puis de réunir les gens pour se prononcer, pendant une séances où le colonisateur a déployé toutes les astuces du marketing afin de séduire et fasciner. Et bien entendu, ça marche, voyez comment la publicité fait acheter ! Les roublards savent y faire, les élus cèdent tellement facilement !

- Un débat, cela aurait été des réunions publiques de divers gens et groupes, sur un projet à construire ensemble, après des discussions et des débats sur différents projets, en sollicitant des scientifiques du climat, du vivant… afin d’informer correctement les gens. Mais informer les gens, pour des élus qui se pensent sachants et démocratiques, c’est long, très et trop long. C’est fou comme ces élus cèdent très facilement au miroir aux alouettes. Oui, les alouettes disparaissent aussi, d’ailleurs! Et ça fait chier, toute cette nature, tout ce vivant… Vivement les grosses bagnoles des touristes….

- ah oui, les « retombées économiques » ! Cela va « rapporter », disent-ils la bouche en cul de poule ! D’abord, cela va « rapporter » des clopinettes et à la com’ com’, pas aux communes, sinon à la marge. Mais chaque fois que cet argument est avancé, personne, mais personne n’est capable d’avancer un élément chiffré ? C’est du pifomètre absolu ! Les commerces locaux ? Que dalle, y’a rien ! Les restaurants locaux ? Que dalle encore, vu qu’il y aura un restaurant sur le site (un agrandissement d’un restaurant qui existe déjà) ! Chaque fois que l’argument de la cupidité est avancé, jamais, mais jamais n’est mis en balance ce que ce projet coûte, en terme de dégâts.

- ah oui, la mascarade ! Les élus ont donc décidés de consulter les habitants des 11 communes riveraines de ce lac, sur l’opportunité de ce « projet » funeste ! Ce sera en mars prochain. Voilà. Gageons qu’il y aura donc des réunions dans au moins toutes les communes, et qu’une information sérieuse, sincère et honnête y sera diffusée. Oui, sincère, sérieuse et honnête ! C’est le minimum, non, quand on se prétend « démocrate ». Seuls les électeurs inscrits de ces 11 communes seront sollicités. Bon, parfait ! Il y a juste un truc un peu gênant, au sujet de tous les usagers de ce site, à savoir les environ 30 000 personnes, comptées en 2020, qui font partie de ce tourisme populaire, ces personnes qui, en cas de vote favorable, vont devoir soit côtoyer des riches touristes sur leurs transats situés sur la plage publique soit aller se faire voir ailleurs.

Ce projet dément qui participe à toutes les agressions contre le vivant possède aussi un aspect de violence sociale. ! Il y a d’autres projets possibles à construire, à l’opposé de celui qui favorise le tourisme de masse, qui gaspille les ressources en eau, qui artificialise des sols. C’est bien de cela dont il faut débattre, et pas de ce projet stupide ! Le bien commun n’est pas un concept flou, la nature doit être étayée, renforcée, préservée, partout où c’est possible, c’est le dernier rempart qu’il nous reste contre les dégâts climatiques déjà présents !

Un peu partout sur la planète, des projets fleurissent, afin d’ensemencer la terre, de planter des arbres, de préserver les écosystèmes et la bio-diversité, d’ensauvager les espaces, de ralentir le plus possible la 6e extinction des espèces vivantes (nous en faisons partie). Pourquoi nos élus, dans notre petit coin du Ségala, ne s’inspirent pas de ces projets ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte