Une députée jetée à terre !

Pendant la manifestation de la Confédération Paysanne devant le siège de Pôle Emploi, la députée Bénédicte Taurine a été violemment poussée par un membre des forces de l'ordre.

Je sais, la police nous protège, c'est Darmanin qui le dit car lui aussi protège la police qui nous protège !

En général, les manifs de paysans de la FNSEA sont toujours laissées tranquilles, y compris quand il y a des dégâts importants, dégâts qui ne font pas les Unes des médias, car c'est la FNSEA. La police, si elle est présente, elle se tient loin, et n'intervient jamais...

Or, là, c'est la Confédération Paysanne. Il semble que les consignes données à la police sont claires, y compris si vous êtes députée avec votre écharpe. C'est fou, non.

Il y avait déjà Loïc Prudhomme, contrôlé par des policiers très zélés (pour le dire ainsi) et donc empêché de rejoindre l'Assemblée Nationale, alors que jamais la police ne peut empêcher un député de se déplacer, c'est non-constitutionnel.

Le même matraqué à Bordeaux par des policiers. Un climat délétère ? Oui, comme une forme de stratégie de la tension, histoire de voir jusqu'où cet état peu pousser le bouchon trop loin, et tester ce "trop" loin. La "réponse" de Castaner est à la "hauteur" de sa bassesse...

A croire que des "cibles" sont désignées parmi certainEs députéEs d'un seul mouvement. Nous nous rapprochons, lentement, de ce qui se passe dans certaines "démocraties", quand la police est laissée ivre de sa toute-puissance : les règles sont ignorées, ce que demandent d'ailleurs certains syndicats d'extrême-droite qui prétendent représenter la police de la République.

La députée LFI Bénédicte Taurine bousculée par un policier en marge d'un rassemblement © LeHuffPost

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.