Didier Lallement ?

"Vous allez finir sur un croc de boucher" !

Un personnage avec déjà une longue carrière de "débordements" !

"Pour comprendre le personnage, il faut remonter à une altercation datant de 2018. Didier Lallement est à l'époque préfet de Nouvelle-Aquitaine. Un passage qui marquera les esprits. "À Bordeaux, certains ont sabré le champagne lors de son départ", raconte une source dans L'Obs. Lors d'une réunion à la préfecture de Bordeaux, pour signifier son mécontentement, le préfet a lancé à l’un des commissaires du service lors d’une réunion hebdomadaire de sécurité intérieure : "Vous allez finir sur un croc de boucher". "Le lendemain, on a tous regretté de ne pas s’être levés", a raconté l’un des fonctionnaires présents dans Le Monde."

N'oublions pas qu'à Bordeaux, Lallement a félicité les policiers qui ont frappé Loïc Prudhomme, clairement identifié comme député...  et Castaner a mis en doute la parole de Loïc Prudhomme à l'Assemblée Nationale !

Pas un seul député d'En Marche (d'un pas de l'oie vers le fascisme) n'a à ce moment là témoigné de la moindre solidarité avec Loïc Prudhomme, pas un seul ! Et maintenant, ils seraient "horrifiés) par le tabassage de Michel Zecler ? Oh, les choupinets, que n'ont-ils dits sur les mutilations barbares infligées à des manifestants par les policiers ? Rien, comme "absents", les choupinets d'En Marche vars le fascisme...

Voilà, c'est bien de savoir exactement qui sont les gens au pouvoir et comment agissent ceux qui sont en responsabilité de la police.

Je passe sur l'hypocrisie et le cynisme des députés.

Qui votent le texte de la "Sécurité Globale" le lendemain du terrible tabassage des migrants par les policiers.

N'oublions pas que le pouvoir actuel, l'extrême-centre, est censé faire "barrage" à l'extrême-droite. Ce "barrage" est un mythe, un mensonge tragique. Car ceux qui sont censés faire "barrage" érigent des murs pour enfermer nos libertés, exactement comme ceux qui devaient être stoppés.

Les flots de l'extrême-droite ont débordés les fausses-digues érigées par l'extrême-centre, pour se rejoindre dans un même courant violent, brutal, mutilant et liberticide, avec en ligne de mire, la destruction de l'état social, de nos libertés, "quoiqu'il en coûte".

Le néo-libéralisme, pour assurer sa pérennité, emprunte exactement les mêmes chemins que ceux de l'extrême-droite : les bourgeois n'ont pas la moindre hésitations sur ce sujet. Ils s'acclimatent des 2 systèmes, car les 2 systèmes garantissent leur perpétuité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.