edmond.harle
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mai 2022

MONDE D’HIER ET MONDE D’AUJOURD’HUI

Ce 7 mai marque la rencontre de deux mondes. Le matin, autour de Macron le monde d’hier. L’après-midi, le monde de demain. La gauche renoue avec la volonté politique, la conviction que la politique doit, plus que gérer le quotidien, changer la vie, améliorer la vie des humains et assurer l’avenir de l’humanité et donc de la planète.

edmond.harle
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MONDE D’HIER ET MONDE D’AUJOURD’HUI

Ce 7 mai marque la rencontre de deux mondes.

Le matin, autour du président réélu, le monde d’hier, celui de la politique inscrite dans la fin de l’histoire. Macron a réuni tous ceux qui pensent et ont agi comme si, suite à la chute de l’URSS, le capitalisme, la mondialisation libérale, l’accumulation de la richesse entre quelques mains et les inégalités étaient définitives.

En politique, cela s’est traduit par 2 mots que je déteste : « pragmatisme » et « gestion ».

Les gouvernants de droite et de gauche ont appelé « pragmatisme » leur soumission aux dictats des financiers et ont dénié toute idéologie à leur action alors qu’elle mettait en œuvre « l’idéologie gestionnaire » du néocapitalisme sous le masque du pragmatisme.

Ils ont   appelé « bonne gestion » leur politique au service des plus riches comme les baisses d’impôts des plus riches sous Sarkozy, le CICE sous Hollande et la suppression de l’Impôt sur la fortune et la « flat-taxe » sous Macron.

Ils ont conçu une société où le contrat social est remplacé par la compétition, un monde où la lutte de chacun contre tous pour sa propre place remplace la lutte des classes et la solidarité humaine.

Depuis 1983 et le renoncement socialiste, ils ont conduit la même politique, avec seulement quelques nuances. La gauche faisait un peu plus de soins et la droite un peu plus de punition, un peu plus de carottes ou un eu plus de bâton, mais pour les 2 camps, les inégalités résultaient de l’inégalité des humains, des défauts ou des insuffisances des individus responsables de leurs situations. Ils déniaient au système la responsabilité des inégalités, de la pauvreté, de la misère et aussi des guerres.

Résultat, les luttes politiques n’opposaient plus 2 politiques, 2 projets de société mais des acteurs politiques entre eux, souvent dans le même camp (Giscard/Chirac, Mitterrand/Rocard, Sarkozy/Chirac …).

C’est ce monde d’hier qui était réuni autour de Macron et qui se rassemble derrière lui pour tenter de bloquer la renaissance d’un nouveau monde, un monde qui mettrait au service des humains la révolution de la communication universelle instantanée et de la robotique, grandes révolutions humaines depuis l’invention de l’écriture puis de l’imprimerie pour la communication et de la traction animale puis de la motorisation pour la production.

L’après-midi, c’est le monde de demain qui se réunit. La gauche renoue avec la volonté politique, la conviction que la politique doit, plus que gérer le quotidien, changer la vie, améliorer la vie des humains et assurer l’avenir de l’humanité et donc de la planète.

Ce monde politique nouveau c’est celui qui se réunit pour dépasser progressivement le capitalisme et rompre avec la mondialisation libérale et l’exploitation humaine et pour inventer une économie au service des humains, une mondialisation humaniste affirmant la primauté absolue du travail sur le capital dans la production des biens matériels et immatériels et des services. Un monde où la solidarité humaine se substitue à la compétition entre les individus, un monde qui, face à la mondialisation libérale de la finance dominante et de la ploutocratie mondiale, invente une mondialisation humaniste et universaliste et une démocratie universelle.

Ce monde est à construire et Mélenchon a, cette fois, totalement assumé la responsabilité que les citoyens lui ont confié.

Ce monde ne va pas se construire sans susciter une terrible résistance du monde précédent qui réunit tous ceux qui profitent du système inégalitaire, tous ceux qui lui sont inféodés, notamment dans les médias devenus propriété des milliardaires. Il va être défendu par les tenants de l’Europe libérale qui vont se liguer contre la France si le monde nouveau gagne en France. Ce sera pour eux une lutte où tous les coups seront permis pour la survie de leur système et où tous les leviers qu’ils détiennent, médias mais aussi textes juridiques, dette des États pour nous punir en augmentant les taux, fuite des capitaux et même répression du peuple seront utilisés.

Face à eux, pour initier ce monde en France, il va falloir que nous soyons réellement tous rassemblés et déterminés. Il faut mieux que les rats quittent le navire, que les gens se disant de gauche mais cautionnant le monde d’hier se positionnent clairement avec Macron, grand défenseur de ce monde. Il faut de la clarté et de la détermination politique.  Il faut aussi la détermination et la mobilisation de tous les citoyens, des syndicats, des associations, des corps intermédiaires convaincus de la nécessité de ce nouveau contrat social de progrès humain, social, démocratique et écologique pour gagner l’élection législative puis soutenir ensuite la politique qu’il faudra mettre en œuvre contre les tenants de la servitudes à la finance internationale pour concrétiser la nouvelle utopie de ce contrat social de progrès humain, social, démocratique et écologique mettant la communication universelle et la robotique au service des humains.

Ce combat est difficile, le chemin ne sera pas une route tranquille, mais ce chemin est celui de l’avenir et il nous appartient de le construire ensemble. C’est l’utopie réaliste que nous devons à la jeunesse et c’est l’engament de leur vie pour une vie meilleure sur une planète préservée que nous leur proposons.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart