Un nouveau ministre pour nos retraites qui donne froid dans le dos.

En 2 mois de travail chez Auchan, en 2019, Laurent Pietraszewsk a gagné 71 872 euros net soit 35 936 euros par mois, plus de 5 ans de salaire de SMICARD pour un "petit boulot" complémentaire de son lourd travail de député en 2 mois ! Il va concocter une réforme "aux petits oignons" pour les caissières à temps partiel d'Auchan !

Un nouveau ministre pour nos retraites qui donne froid dans le dos.
Un "incident" survenu en 2002, révélé par Le Monde et rappelé par le site France Info qui en dit long sur ce personnage qui, en 2019, bien que député était toujours rémunéré par le groupe Auchan, pionnier du travail du dimanche.
Selon ce site, "alors qu'il est responsable des ressources humaines dans le magasin Auchan de Béthune, une employée du rayon boulangerie, qui est aussi déléguée CFDT, a été mise à pied à titre conservatoire à cause d'une erreur de commande sur deux viennoiseries. La salariée en question aurait été convoquée au commissariat et placée en garde à vue. Une -discrimination syndicale- que Guy Laplatine, délégué syndicat central de la CFDT, relativise comme étant une "erreur de jeunesse" dans Le Monde".
IMPORTANT : en 2 mois de travail chez Auchan alors qu'il est aussi député, en août et septembre 2019, Laurent Pietraszewsk a gagné 71 872 euros net soit 35 936 euros par mois. Soit encore plus de 60 mois de SMIC ou plus de 5 ans de salaire de SMICARD pour un "petit boulot" complémentaire de son lourd travail de député en 2 mois ! On est certain qu'il va nous concocter une réforme "aux petits oignons" pour les caissières à temps partiel d'Auchan, surtout pour celles qu'il a contribué à mettre au chômage avec les caisses automatiques ! ! !
Ces gens sont si loin du peuple qu'ils prouvent que la démocratie est moribonde.
Nous vivons en ploutocratie, les riches nous gouvernent à leur seul profit avec l’assentiment de notre vote.
Terrible régression historique !
Je pense à mon père, enfant de la misère ouvrière de Picardie et de l'assistance publique qui me disait avoir pleuré quand, dans le maquis, il a lu le programme du Conseil national de la résistance reçu par parachute ! Il ne pensais pas qu'un jour, pour ses petits enfants et arrières petits enfants, dans la France du XXIème siècle, la régression sociale remplacerait le progrès social !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.