SUPPLIQUE AUX ÉLECTEURS EUROPÉENS

Voter pour la démocratie c’est voter contre Macron, contre Le Pen et contre tous leurs complices de droite ou socialistes. C’est voter pour une Europe qui invente un nouveau contrat social de progrès humains social et démocratique pour mettre la révolution robotique au service des humains alors que Macron veut le mettre au service de l’exploitation des humains.

SUPPLIQUE AUX ÉLECTEURS EUROPÉENS

 

Électeurs européens,

Un vieux syndicaliste de terrain vous adresse cette lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps.

Pendant 44 ans de syndicalisme de terrain, j’ai rencontré des milliers de salariés qui avaient eu besoin du code du travail pour faire valoir leur droit et que je pouvais opposer aux patrons devant les prud’hommes.

Pendant 44 ans j’ai rencontré des salariés, des familles, des enfants, des chômeurs, des retraités qui avaient besoin de la Sécurité Sociale pour ne pas mourir.

Pendant 4 ans j’ai rencontré des parents qui pouvaient élever dignement élever leurs enfants, les loger, les éduquer grâce aux allocations familiales, aux aides au logement et au services publics dont l’Éducation Nationale.

Pendant 44 ans je pouvais exiger l’application du code du travail, des salaires conventionnels nationaux, des temps de repos, des congés, des horaires de travail …, qui s’imposaient à tous les patrons.

Pendant 44 ans j’ai pu utiliser ce que nos parents ont gagné dans le combat de la Résistance et plus généralement dans l’action syndicale.

Pendant 44 ans j’ai vu des retraités vivre dignement (même si hélas ce n’était pas encore vrai pour tous), grâce à la retraite solidaire.

Tout cela Macron et la politique de l’Europe libérale le détruisent.

Pendant longtemps j’ai cru naïvement que le progrès social allait se poursuivre. C’était une erreur fondamentale.

Progressivement j’ai entendu changer le vocabulaire, les « « cotisations » sont devenues des « charges » alors qu’elles sont « levain pour la solidarité sociale et le bonheur », le code du travail est présenté comme un « carcan » qui réduit la liberté alors qu’il est « une loi qui libère » les salariés de l’arbitraire patronal. Et avec le changement de vocabulaire est venu le changement de doctrine et de politique : le progrès social est devenu l’ennemi des politiques publiques qui ont organisé la régression sociale y compris par le parti socialiste français qui aujourd’hui ne peut prétendre, même en mettant en tête de liste un cache misère, incarner une Europe sociale alors qu’il a fait la loi antitravail et le CICE.

Mon père, qui n’avait été à l’école que 4 ans,  m’a appris ce poème de Victor Hugo qu’il récitait comme un cri d’espérance quand il était quasi esclave dans la ferme où l’avait placé l’Assistance Publique : 

L’arbre saint du Progrès, autrefois chimérique,

Croîtra, couvrant l’Europe et couvrant l’Amérique,

Sur le passé détruit.

Et laissant l’éther pur luire à travers ses branches.

Le jour, apparaîtra plein de colombes blanches,

Plein d’étoiles dans la nuit.

 

Et nous qui serons morts….

Sous ce grand arbre, amour des cieux qu’il avoisine,

Nous nous réveillerons pour baiser sa racine

Au fond de nos tombeaux.

 

Demain, je veux encore pouvoir l’apprendre à mes petits enfants sans leur mentir

Après demain au fond de mon tombeau je ne voudrais pas regarder cet arbre du Progrès social mort grâce à l’abstention ou au vote protestataire de ceux qui ont le plus besoin du progrès social, mort parce que ma génération n’aura pas su proposer une alternative politique cohérente et rassemblée à le régression sociale.

 

Un militant la démocratie réelle ne peux pas rester silencieux face à une menace sans précédent sur la démocratie en Europe car, avec Le Pen immédiatement, avec Macron rapidement (c’est déjà commencé), la régression sociale entraînera violences, replis identitaires, révoltes du désespoir, répressions violentes et la démocratie n’y survivra pas. La régression sociale de Macron-Merkel-Socialistes traîtres et autres entraîne inévitablement des régressions humaines et démocratiques.

Voter pour la démocratie c’est voter contre Macron, contre Le Pen et contre tous leurs complices de droite ou socialistes. C’est voter pour une Europe qui invente un nouveau contrat social de progrès humains social et démocratique pour mettre la révolution robotique au service des humains alors que Macron veut le mettre au service de l’exploitation des humains. 

Pour moi ce sera voter pour la liste conduite par Benoît Hamon.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.