L’économie atrophiée par l’idéologie gestionnaire totalitaire

L'idéologie gestionnaire a réduit l'économie à la science de la gestion en lui donnant le nom de "sciences économiques" à la place du terme "économie politique" qui signifiait le rapport entre les humains et l'activité économique dont l'orientation et les choix étaient éminemment politiques et non scientifiques au sens d'une vérité unique et incontournable.

Merci à Médiapart de faire connaître cette volonté d'un philosophe de reprendre l'économie aux seuls tenants de l'idéologie gestionnaire. Alain Deneault veut reprendre l’économie aux économistes dans l'interview réalisé par

PAR ROMARIC GODIN :[Le philosophe canadien Alain Deneault a engagé la publication d’un feuilleton théorique en six épisodes pour redonner sa polysémie au mot économie, au-delà de son usage restrictif actuel. Une entreprise qui permet de se réarmer théoriquement face à « l’impérialisme économique »].

Cette question, enfin portée par un philosophe, me semble répondre à une évolution des sociétés dites démocratiques de la démocratie vers la ploutocratie. 

L'idéologie gestionnaire du néolibéralisme capitaliste a réduit l'économie à la science de la gestion en lui donnant le nom de "sciences économiques" alors que, dans ma jeunesse, on préférait le terme "économie politique" qui signifiait le rapport entre les humains et l'activité économique dont l'orientation et les choix étaient éminemment politiques et non scientifiques au sens d'une vérité unique et incontournable.

Cette réduction a un but précis : faire croire que le monde n'est plus gouverné par une idéologie mais par un "pragmatisme" qui oblige l'humain à s'adapter à des exigences dites incontournables alors qu'il s'agit de choix politiques d'une idéologie dont le but est de faire accepter la domination des possédants sur la masse pour assurer l'accroissement du capital de quelques riches par l’exploitation de la masse.

Aujourd'hui, cette idéologie réductrice et totalitaire est même inscrite dans programmes scolaires et justement dénoncée par l'APES comme "instrumentalisation et atteinte à la neutralité de l'école":

[« Où réduire le poids de la dépense publique ? » Tel est l’intitulé très orienté d’une « ressource pédagogique » pour élèves de première et terminale, mise en ligne par France Stratégie en partenariat avec l’Institut de l’Entreprise, le lobby patronal actif depuis des années pour promouvoir le libéralisme économique au sein même des programmes de sciences économiques et sociales (SES) au lycée.
En présentant les objectifs gouvernementaux de réduction de la dépense publique comme indiscutables, au lieu de poser la question « Faut-il réduire la dépense publique ?», France stratégie et l’Institut de l’Entreprise font œuvre d’idéologie, et non de pédagogie. Le tout avec l’aval et même la participation du Ministère de l’Éducation nationale !]

C'est le principal ingrédient de toute dictature, l’endoctrinement de la jeunesse, ici par la ploutocratie qui progressivement détruit la démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.