De la maltraitance ordinaire de l'assistance à domicile

Si les Français.e.s commencent à être sensibilisés à la maltraitance quasi généralisée dans les maisons dites de retraite, peu sont conscients des problèmes rencontrés par les personnes qui ont besoin d’assistance au quotidien à domicile : personnes âgées ou, comme moi, personnes à mobilité très réduite. Voici mon vécu et mes observations sur les dysfonctionnements de certains organismes.

 Atteinte de sclérose en plaques depuis 30 ans, je suis handicapée. 

Paraplégique, je passe 24 heures entre le fauteuil électrique et le lit.

Il me reste l’usage du bras et de la main gauche avec laquelle je peux taper ce texte.

Mes besoins d’assistance sont multiples : infirmière, aide-soignante, auxiliaire de vie… 

Soit 6 passages par jour. Je bénéficie de ces services depuis plusieurs années.

Avec l’infirmière comme avec le SSIAD (service de l’Hôpital) pas de problème. 

Par contre ils sont nombreux avec l’organisme d’aide à la personne qui envoie une auxiliaire de vie (matin, midi et soir), et multiplie les dysfonctionnements occasionnant des maltraitantes envers leur personnel comme envers les personnes aidées.

De chez moi j’observe, j’analyse ce «fonctionnement».

Les responsables sont au «Bureau» d’où sont gérés les plannings.

En cas d’absence d’une intervenante, le «Bureau» doit envoyer une autre personne afin qu’il n’y ait pas de manque (afin que l’aide soit apportée à chacun)… C’est «l’engagement» de ce Service.

Le Bureau exige que les auxiliaires soient «professionnelles» ce qui se traduit par :

Faire le travail sans avoir de relation humaine, sans «s’impliquer». Ceci est impossible !

La base de ce travail c’est «le respect et l’amour de son prochain».

Les interventions sont toutes éloignées les unes des autres donc il y a des trajets.

Souvent le temps prévu entre 2 interventions est mal évalué : trop ou trop peu.

Parfois les intervenantes arrivent chez quelqu’un, il n’y a personne (hospitalisation) et le Bureau n’a pas prévenu… ou bien personne ne va chez quelqu’un qui attend, il ou elle a été «oublié»… parfois 2 intervenantes arrivent chez quelqu’un : elles ont la même intervention sur leur planning...

Le Bureau (la Secrétaire) répond «c’est la faute du logiciel qui prévoit les interventions» ou «du répondeur qui n’a pas transmis le message»… Bref ce n’est jamais la faute du «Bureau». 

Or un logiciel ou un répondeur est un outil qui est là pour être utilisé et non pour décider.

Donc je constate : mauvaise gestion du logiciel ou matériel.

Le Bureau téléphone «au coup par coup» aux intervenants pour les remplacements ou autre.

Ainsi la Secrétaire semble passer son temps au téléphone.

Mauvaise organisation, pourquoi ne pas regrouper la transmission d’infos ?

Autrefois les auxiliaires trouvaient des messages sur leur téléphone, modifiant le planning au fur et à mesure; …ce n’était pas mieux… Mauvaise organisation pour la transmission d’infos

Il n’y a aucune communication entre les auxiliaires elles mêmes, sinon par affinité si elles ont réussi à se rencontrer. Et peu entre auxiliaires et le «Bureau».

Aucun «esprit de groupe» ou d’entreprise.

Le WE s’il y a un imprévu personne ne peut intervenir puisque le Secrétariat est fermé.

Pourquoi ne pas organiser une «astreinte» : quelqu’un qui répondrait au téléphone et organiserait le remplacement, en ayant un planning de toutes les interventions du WE avec un numéro d’appel unique que tout le monde aurait (intervenants et clients).

Pourquoi pas une « bénévole » pour remplir cette fonction car le « Bureau » ne fonctionne pas le week-end et les intervenantes (débordées), ne peuvent faire plus. C’est quelque chose que je pourrais faire pourtant j’imagine qu’on ne voudra pas me confier cette tâche…!

Il me semble que cela «arrange» le Bureau que les auxiliaires soient «isolées».

Le Bureau manque de respect pour les autres : auxiliaires ou clients.

Tous sont sensés faire fonctionner le Service sans poser de problème ou de question.

Les auxiliaires sont supposées être à la disposition du Service durant 12 heures par jour (sauf le jour de congé prévu dans la semaine). Un rendez-vous (médecin, école, dépannage..) doit tomber ce jour là sinon c’est impossible… Sauf qu’en pratique il y a peu de professionnels qui sont disponibles le jour de votre choix… 

Manque de «souplesse» et d’écoute.

Étant cliente on doit accepter mes absences (RV chez un médecin spécialiste) et s’y adapter.

A l’inverse : s’il y a un remplacement on m’envoie une personne sans me consulter ni m’avertir. 

Quand je demande le remplacement d’une auxiliaire fumeuse par une non fumeuse, le Service n’est pas assuré. 

Du genre «c’est ça ou rien».  Ainsi en juillet 2017 j’ai eu plusieurs interventions non assurées…

Dernier exemple :

En hiver ou en été quelle que soit l’époque de l’année, la coupure pour le repas (mi-journée), est souvent trop courte pour que l’auxiliaire ait le temps de rentrer chez elle. Alors le repas se réduit à un sandwich mangé dans la voiture… Au Bureau il y a un espace pour que les secrétaires déjeunent (micro-onde etc), pourquoi les auxiliaires n’y ont elles pas accès ? 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.