Le permis de conduire : c'est trop cher

A chaque élection (c'est à dire en permanence) les politiques et le gouvernement mettent en avant le coût du permis de conduire qu'ils entendent rendre accessible au plus grand nombre, faisant de cette promesse un cheval de bataille destiné aux jeunes électeurs.

Depuis le début des années 1990 les réformes vont bon train pour communiquer quant à l'intérêt politique porté au permis de conduire. Les médias, friands de rajeunir leur audience, se font le relais de ce sujet plusieurs fois par an, et quand une belle escroquerie est mise à jour ce sont les gros titres qui s'en emparent.

Comme dans tous les domaines commerciaux épris de publicité, vous pouvez voir fleurir des publicités aguicheuses un peu partout, et depuis peu à la télévision.

Que nous disent ces publicités ?

1. L'auto-école c'est trop cher.

Une formation en auto-école représente effectivement un coût non-négligeable, surtout que cette dépense se fera dans un temps réduit. En moyenne il en coûte 1800 euros pour une formation vous portant vers un permis de conduire obtenu (source : ministère de l'intérieur). Cette formation est pour moitié collective (code de la route), pour moitié individuelle (conduite pratique).

C'est une somme ! Le dispositif du permis à 1 euro (par jour) vous permettra d'absorber cette dépense en douceur. Votre auto-école vous accordera des échéanciers, espérons le! Fuyez les auto-écoles qui vous demandent la totalité de la somme dès le départ, mais fuyez également les tarifs alléchants ou passant par des plateformes d'achat groupé. Pourquoi les fuir ? Tout d'abord car la vente à perte est interdite en France. Ensuite demandez vous pourquoi, tout d'un coup, une auto-école affiche 300 ou 400 euros de moins que le voisin ? Tout simplement pour attirer le client avec des promesses douteuses et, surtout, plein de petites astérisques. Au final vous risquez de dépenser beaucoup plus (sans forcément avoir la qualité de formation).

Pourquoi  les tarifs sont-ils à ce niveau ?

Les deux principaux postes de dépense sont le coût du travail (cotisations sociales) et la collecte de l'impôt indirect qu'est la TVA. Les formateurs sont assez peu rémunérés dans l'ensemble mais les cotisations sociales et patronales se montent à plus de 80% de leur salaire. Pour 10 euros net de l'heure, ce sera 18 euro dépensés par l'entreprise au total. La TVA représente quant à elle un montant de 300 euros pour une formation ayant coûté 1800 euros.

Est-ce que le prix a augmenté ? si l'on fait le rapport entre l'augmentation du salaire de base (SMIC) (année 1990) et l'augmentation du coût de la vie (année 1990), on s'aperçoit que l'augmentation du prix de la formation est infinitésimale.

2. Avec nous c'est 10 fois moins cher (pour le code de la route).

(Rires). 10 fois moins cher que quoi ? Pour quoi ? Quand une entreprise annonce un "code de la route pour 29.90 euros" il s'agit d'une formation en ligne, sans formateur et sans garantie que les tests n'aient été conçus conformément à l'examen  qui vous attend. Le même produit (presque) vous est vendu entre 30 et 50 euros en auto-école, avec plus de tests, des cours et la garantie de conformité.

Ces entreprises confondent, vous font confondre l'accès à un site internet de piètre qualité avec une formation dispensée par une personne diplômée. La publicité comparative c'est bien… quand on compare des "choses" comparables. Une auto-école facturera la présence d'un formateur pour dispenser des cours, répondre aux questions, corriger des tests afin d'être au plus près des soucis d'apprentissage de ses élèves.

3. Avec nous c'est 2 fois moins cher.

(re-rires). Deux fois moins cher ???? Le ministère de l'intérieur annonce une dépense de 1580 euros en passant par une plateforme, permis obtenu, contre 1800 en passant par une auto-école. 220 euros de mois mais pas deux fois moins cher!!!! Notez que si la TVA que vous payez sur une formation traditionnelle était de 5.5% l'écart serait en faveur d'un établissement traditionnel.

Vous pouvez décider de votre travail et de votre formation.

Ah bon ? il n'y a pas un programme de formation imposé par l'Etat?

4. Notre réussite est bien meilleure qu'en auto-école.

(Fou rire). Les taux de réussite des auto-écoles sont consultables en préfecture. La moyenne nationale est à peine inférieure à 60% (pour une première présentation). Une auto-école rurale ne pourra  malheureusement pas avoir les mêmes succès qu'une auto-école située dans une zone de type ZUP, dont les client pourraient avoir des lacunes linguistiques, ni une auto-école située dans une zone à circulation dense.

Revenons à nos moutons. Les "plateformes" n'ont pas de taux de réussite à présenter au public car leur clients sont candidats libres et  ils ne peuvent tenir de statistiques qu'en se fiant aux retours de leur élèves (quand il y en a).

 

CONCLUSION

La formation au permis de conduire est onéreuse, principalement en raison du coût du travail et des taxes collectées. Le prix que vous allez payer est un indicateur important, mais pensez à vérifier le contenu des prestations qui vous seront facturées, cela vaut le coup de souscrire à de meilleures prestations afin d'optimiser le résultat.

Toute formation doit impérativement être soumise à un contrat de formation (sans astérisque).

Pour être juridiquement valable le contrat doit avoir été établi sur la base d'une évaluation préalable (informatisée ou en voiture). SI vous n'avez pas été évalué, le contrat (et donc les sommes qui en découlent) ne sont pas valables. Or les plateformes ne procèdent pas à cette évaluation initiale et vous font donc payer indûment.

Payer moins cher est une motivation , mais payer le juste prix en est une autre.

L'auto-école n'est pas une garantie absolue (il y a des filous dans tous les domaines) mais elle vous donne un interlocuteur juridique en cas de litige.

Imaginez que l'on supprime l'éducation nationale et qu'on la remplace par des cours en ligne, déshumanisés et sans enseignant pour guider vos enfants… Ca coûterait beaucoup moins cher..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.