Guerres néocoloniales, exclusion et affairisme saoudien font le terrorisme islamiste

La formidable hypocrisie des occidentaux, largement responsables du terrorisme islamiste

L'Afghanistan était un pays laïque ; les talibans, financés et armés par les Etats-Unis et le Pakistan (Ben Laden compris) y ont pris le pouvoir un temps. Ce pays est aujourd'hui détruit. L'Irak était un pays laïque, il est aujourd'hui détruit, 1 million de morts, 4 à 5 millions de réfugiés internes et externes. La Libye était un pays laïque, elle est aujourd'hui détruite. La Syrie est un pays laïque, mais aujourd'hui détruit.

La France a participé de façon active à ces guerres (en Irak, la première guerre) au côté des Etats-Unis et du Royaume-Uni ; on peut y rajouter les bombardements de la Serbie, du Kosovo et du Mali. A ces guerres très chaudes, il faut ajouter celle "tiède" de la Palestine, qui consiste à faire mourir un peuple à petit feu, l'enfermer dans le ghetto de Gaza, en le bombardant quand même de temps en temps, et à lui voler ses terres jour après jour, dans le silence gêné du regard détourné.

Mais dans le monde arabo-musulman, tous les États confessionnels, tels l'Arabie Saoudite ou le Qatar sont bien en place. En fait il y a une communauté d'intérêts économiques entre les trois grands pays impérialistes et les monarchies les plus réactionnaires.

Il faut que subsiste une sacrée pensée coloniale dans la population française, y compris universitaire, (le fort écrase le faible pour en tirer profit et c’est son droit), pour croire que la France peut bombarder en 30 ans : l’Irak, la Serbie, l’Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Mali, en toute impunité, et son territoire rester un sanctuaire. La pensée coloniale a toujours de bonnes raisons : au cours des siècles, elle s’est justifiée en apportant successivement la foi chrétienne, la civilisation, la démocratie ( ?)…, à parier que la prochaine fois ce sera au nom de l’écologie.

On connaît à l’unité près le nombre et le nom des malheureuses victimes d’attentats islamistes en France. Un seul lecteur de ces lignes a-t-il seulement une idée de l’ordre de grandeur du nombre de femmes, d’enfants et de civils non combattants tués par les bombes et les obus français servis par des militaires français au cours des 30 dernières années ? Sauf à croire que nos militaires ne font pas de victimes collatérales, aussi innocentes que celles du Bataclan. Et sans compter les victimes des obus et des bombes françaises vendues, et utilisées par exemple au Yémen.

Ça, c’est pour l’international. En France, il n’y aurait pas de racisme d’État à l’encontre des musulmans ? C’est plus complexe : la France, enfin ceux en France qui décident, les Pinault, Arnault, Bolloré, Dassault etc., qui ne sont ni néo ni libéraux, maltraitent la population, et en particulier la partie la plus pauvre. Il se trouve que la proportion de musulmans parmi la population la plus pauvre est forte, beaucoup plus forte que parmi les habitants de Neuilly. Ceci ouvre bien sûr la porte à toutes les fausses pistes, y compris et surtout par ces couches les plus pauvres qui confondent facilement leur oppression sociale avec une oppression raciale ou religieuse. Et se trouvent en sympathie des musulmans qui reçoivent des bombes un peu partout.

Alors, la dénonciation de l’islamo-gauchisme, ce n’est que du terrorisme intellectuel. Le problème c’est l’islamo-affairisme, celui des acheteurs de produits pétroliers et de vendeurs d’armes à l’Arabie Saoudite, des constructeurs de tours aux EAU, ou de ceux qui donnent des avantages fiscaux exorbitants au Qatar, comme Sarkozy .Cerise sur le gâteau, madame Badinter fait la leçon de morale d’un côté sur l’islamisme, et s’enrichit de l’autre comme premier actionnaire de Publicis, qui a l’Arabie saoudite, officiellement depuis 2016, comme client pour sa communication institutionnelle.

Et pendant ce temps-là, les politiques, ceux qui font de la mousse, ceux qui occupent les écrans, virent à l’union nationale, de l’extrême-droite à la gauche « convenable », coups de menton à la Duce de Manu Militari Vals compris, comme en 1914, comme en 1938. Il est d’ailleurs singulier de constater qu’au cours de 30 dernières années, la politique étrangère de la France est absolument constante, que le gouvernement ou le président soient de gauche, de droite ou en marche. Pendant ce temps-là, certains, même de bonne foi, continuent à raisonner « hors sol » et hors bombes en maniant des concepts comme si on était dans une joute oratoire de salon mondain.

La liberté d’expression ? Oui. Mais quelle est la liberté d’expression de ceux qui ne sont pas d’accord avec l’hommage à Samuel Paty, victime au cercueil porté par des militaires dans la cour de la Sorbonne, dans une sublime alliance du sabre et du feutre à tableau blanc ? Liberté d’expression, oui, mais pas à géométrie variable, et fraternité, aussi. Les dessins de Charlie ne sont pas très fraternels. D’ailleurs si l’homme nu à quatre pattes n’avait pas été Mahomet, pas un professeur n’aurait osé montrer ce dessin aux enfants, ce qui prouve leur caractère antimusulman. Mais pendant que certains ratiocinent sur la liberté d'expression, les affaires continuent.

Texte publié avec l'accord M. Lacroix.

coloniale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.