Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2017

Des consignes de vote chez les insoumis

Des trésors de l’INA on a exhumé une vidéo, qui a beaucoup circulé en début de semaine sur les réseaux sociaux, de la grande manifestation du 1er mai 2002, dans laquelle un certain nombre de personnalités politiques font part de leur vote pour le deuxième tour de l’élection présidentielle opposant Jean-Marie Le Pen à Jacques Chirac.

Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des trésors de l’INA on a exhumé une vidéo, qui a beaucoup circulé en début de semaine sur les réseaux sociaux, de la grande manifestation du 1er mai 2002, dans laquelle un certain nombre de personnalités politiques font part de leur vote pour le deuxième tour de l’élection présidentielle opposant Jean-Marie Le Pen à Jacques Chirac. Arlette Laguiller y annonce qu’elle ne donnera son suffrage ni à l’un ni à l’autre. Puis, défile une série de recommandations de plus en plus forte pour le vote en faveur de Chirac de la part de personnalités du PS. En émerge, un dénommé Mélenchon Jean-Luc qui détonne par la gouaille avec laquelle il appelle à soutenir Chirac et surtout par l’étrange chapeau sombre qui le coiffe.

 Je ne sais pas si le Jean-Luc Mélenchon d’aujourd’hui, la tête remise à l’endroit après sa rupture avec la rue de Solférino, regrette d’avoir appuyé de toute sa force le fameux front républicain. Son action d’alors s’inscrit en tout cas dans sa période dirigeante au sein du parti socialiste, où les injonctions morales, seul remède trouvé par l’appareil pour pallier la déconnexion croissante entre la politique du parti et les aspirations de son électorat, ont eu le même effet qu’un cautère qu’une jambe de bois. Il lui en est resté un malaise s’accentuant sans cesse entre 2002 et 2005, comme il l’a expliqué à Marion Lagardère dans son ouvrage « il est comment Mélenchon, pour de vrai » (page 62) :

 « …Sur ma période passée au PS, je peux rendre des comptes et expliquer. Mais après, il y a aussi des choses que je ne veux pas nier, par exemple le choc que j’ai reçu en 2005….Quand je me suis retrouvé dans des meetings avec les gens en petites blouses, des ouvriers, classe populaire et que je me suis dit “bon sang, je fais partie des gens qui leur ont fait fermer leur gueule” ». Ça, ça été le déclic ».

 Aujourd’hui, beaucoup d’insoumis sont dégoûtés que les institutions ne leur laissent une nouvelle fois que le choix entre la peste raciste et le choléra de la finance. Ils ont vu que, pour la première, le barrage de 2002 n’a servi qu’à faire monter l’eau et n’a en rien empêché la perpétuation sur un mode féodal de l’un des partis hélas majeur de notre vie politique. Quant au choléra, il s’incarne dans un inquiétant condottiere de la finance, au CV politique bien mince, dont ils ne savent au fond pas grand-chose à part les fadaises des médias dominants, sauf qu’il veut directement les atteindre dans leurs intérêts pour accroître la part des profits dans l’économie au détriment du travail.

Aussi, l’invocation de considérations morales ou idéologiques fumeuses, de références historiques sorties de leur contexte risque d’être de peu d’effets. La raison pratique, les sondages, la campagne d’entre les deux tours, d’ultimes provocations ethnicistes de Marine Le Pen ou antisociales d’Emmanuel Macron ou encore la référence aux décisions des autres électeurs seront bien plus opérants. 

C'est pourquoi, l’absence de consigne de vote de leur porte-parole sinon celle de ne donner en aucun cas leur suffrage à l’extrême droite et l'organisation d'une consultation pourraient les satisfaire bien plus que d’éventuels commandements de l’homme au chapeau vu dans les rues de Paris en 2002. S’il était retombé dans ces errements, c’est à bon droit que l’on pourrait le qualifier d’« apprenti sorcier » « sectaire », « exclusif » voire « intolérant », comme une certaine légende noire voudrait qu’il fût.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart