Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2017

Commentaire sur les commentaires du billet « Médiapart et Tariq Ramadan »

Petite mise au point suite à des commentaires surprenants

Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1 J’ai présumé de la bonne foi de Mediapart et de ses journalistes ; j’attends le même présupposé de leur part.

2 J’ai pensé à Tartuffe, car la pièce vise la fausse dévotion, celle des apparences, et non pas la vraie (que je n’ai pas, mais qui est parfaitement respectable).

3 Les insinuations déplaisantes et les qualificatifs méprisants signalent le manque de sérénité de leur auteur. Ils ne peuvent être pris que comme une tentative pour brouiller les pistes et ne pas répondre à la question posée dans le billet précité à savoir pourquoi Médiapart n’a pas publié l’information sur Tariq Ramadan.

4 D’autres que moi se la posent, comme Daniel Schneidermann : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/notre-epoque/20171108.OBS7093/ramadan-que-savait-mediapart.html. Celui-ci conclut son article comme suit : « Dans une logique en noir et blanc, le site, qui a construit son légitime succès sur une investigation sans concession, est apparemment coincé. Soit, ils savaient, et ils ont couvert. Soit-ils n'avaient que le bout du fil de cette "vie sexuelle, disons, remplie", et pour des investigateurs, ils se sont montrés bien peu empressés à tirer le fil, à une époque (avril 2016) où Mediapart, par ailleurs, était en pleine enquête sur l'affaire Baupin, donc sensibilisée à la question…. On ne trouve que ce qu'on cherche vraiment. »

5 Cette question est au fond celle de la prise de décision en situation d’incertitude, situation dans laquelle se trouvent placés les journalistes comme les juges, les prêteurs, les investisseurs, les banquiers centraux, les entrepreneurs, etc. Il est clair que l’on ne gagne pas à tout coup à ce jeu-là. De temps en temps, une mauvaise décision est prise et la collectivité en paie le prix : une information cruciale sur un personnage public est tue, un innocent se trouve en prison, un fraudeur reçoit un crédit, un banquier central ne relève pas à temps ses taux, un investisseur brûle les fonds qui lui ont été confiés dans de mauvais placements.

6 La mauvaise décision peut provenir d’une appréciation erronée ex post soit de la probabilité d’occurrence de l’événement sur lequel la décision est fondée (véracité de l’information, solvabilité de l’emprunteur, état de la conjoncture) soit des risques que l’on veut minimiser. Au cas d’espèce, on peut supposer soit que Médiapart n’était pas au courant (ou qu’il tenait l’information pour totalement fausse, ce qui revient au même pour la prise de décision) soit que la probabilité que l’information soit vraie a été évaluée comme très inférieure au coût possible d’une fausse révélation, déterminé en fonction des dommages et intérêts à payer à l’issue d’une procédure perdue en diffamation et/ou en fonction de la ligne éditoriale du journal. Or, Mediapart affiche très clairement ses choix en matière de « désutilité » (cf. les mots très forts utilisés hier par le directeur du journal qui évoque l’existence de « campagne générale de guerre contre les musulmans » : cf.
http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/tariq-ramadan/pour-edwy-plenel-la-une-de-charlie-hebdo-sur-mediapart-est-une-guerre-aux-musulmans-menee-par-une-gauche-egaree_2457924.html).

7 Il est de bonne pratique de tirer les leçons de ces échecs, ne serait-ce que pour éviter de reproduire l’erreur qui en est à l’origine. Le journalisme ne saurait échapper à cette remise en cause permanente ou à tout le moins fréquente dans la plupart des professions.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés