Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

58 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2017

Emmanuel Macron, chef des armées ou adjudant-en-chef ?

C’est entendu, les militaires doivent obéissance pleine et entière aux civils. D’ailleurs, la constitution prévoit expressément que le président de la République est le chef des armées tandis que le Premier ministre, disposition assez oubliée aujourd’hui, est responsable de la défense nationale en vertu du même texte.

Ehtugdual
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est entendu, les militaires doivent obéissance pleine et entière aux civils. D’ailleurs, la constitution prévoit expressément que le président de la République est le chef des armées tandis que le Premier ministre, disposition assez oubliée aujourd’hui, est responsable de la défense nationale en vertu du même texte. La IIIe République en 1940 puis la IVe République en 1958 ont disparu dans la honte pour s’être inclinée la première devant de vieilles badernes cagoulardes puis la seconde devant des fous furieux de la guerre colonialo-psychologique.

Inversement, Charles de Gaulle, dans un discours célèbre prononcé en tenue de général, neutralisa la rébellion d’une partie de ces mêmes fous furieux en faisant jouer l’obéissance que les militaires appelés ou engagés lui devaient en tant que chef suprême contre l’autorité directe, mais factice des putschistes. Puis, une fois mis au garde-à-vous les sages et les récalcitrants dépêchés en prison, Mongénéral veilla à parer aux récidives en chassant méticuleusement des cadres toutes les fortes têtes. Depuis lors, l’ordre paraît régner dans les légions tricolores priées de se concentrer sur la gestion de leur quincaillerie coûteuse et de se contenter d’un petit baroud de temps à autre.

À entendre Emmanuel Macron ces derniers jours, on a eu l’impression d’être revenu cinquante ans en arrière. Jupiter n’a eu de cesse de tonner contre le numéro un de la hiérarchie militaire, le général d’armée Pierre de Villiers, dans deux interventions publiques fortement médiatisées. Une première fois, le 14 juillet, juste après le défilé, devant les subordonnés du mutin « Je considère pour ma part qu'il n'est pas digne d'étaler des débats sur la place publique. J'ai pris des engagements, je suis votre chef ». Une seconde fois, comme si l’humiliation précédente n’était pas suffisante, le 16 juillet dans un entretien accordé au JDD, « La République ne marche pas comme cela. Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change. »

Diable, se dit-on, Pierre de Villiers serait-il de la lignée de ces soldats de métiers, de ces condottieres, de ces soldats de fortune qui ont dans le passé ou dans d’autres contrées abusé de leur force pour se créer des empires ? Au fait, que lui reproche-t-on ?

Oh, mais quelque chose de fort grave. Il a osé faire part au Parlement de son désarroi face à une décision brutale de l’administration du budget d’imputer sur le budget de la défense l’intégralité du coût des interventions extérieures pour 2017. L’usage était qu’il soit financé par un budget rectificatif, mais il a été brusquement révoqué pour des raisons assez obscures.

Certes, il y a ces dispositions constitutionnelles fâcheuses qui font du parlement l’instance chargée de veiller à ce que le budget prévu soit exécuté dans les conditions les plus transparentes possible afin d’être en mesure de vérifier le bon usage des impôts. On pourrait considérer que leur application implique que tout fonctionnaire civil ou militaire auditionné par ce parlement se doit d’exposer franchement et complètement les tracas qu’il rencontre dans la mise en oeuvre du budget devenu loi de par la volonté des représentants du peuple.

Mais, le Prince souhaite dépoussiérer ces antiques pratiques démocratiques. Désormais, le Parlement sera une « place publique » c’est-à-dire en bon français un lieu extérieur. Les soldats autorisés par le Prince à y ouvrir la bouche devront ou chanter une variation sur le thème du « tout va très bien madame la Marquise » ou sinon maîtriser l’art du parler pour ne rien dire. Espérons qu’ils auront droit quand même à de meilleures formations en communication que celles suivies par leur maître.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone